Archives par mot-clé : recherche

Visite dans les archives — Montpellier

Le transfert des œuvres de l’artothèque de Montpellier au Musée Fabre

Tiroirs conservant les œuvres de l’artothèque au cabinet d’Arts graphiques du Musée Fabre ©ARP 2024

En février 2013, le Musée Fabre organise une exposition de certaines de ses œuvres conservées dans son cabinet des Arts graphiques. Le dossier de presse publié à cette occasion annonce que « le fonds d’estampes, riche de 1000 gravures, s’est vu augmenté en 1996 d’environ 300 pièces contemporaines issues de l’ancienne artothèque qui composent un panorama intéressant de la deuxième moitié du XXème siècle (Asse, Cueco, Alechinsky…) » [Montpellier Agglomération, « dossier de presse, “l’atelier de l’œuvre” », février 2013,p. 11]. Afin d’en apprendre davantage sur cette artothèque et sur le transfert de sa collection au cabinet des Arts graphiques, l’équipe ARP s’est rendu aux archives municipales de Montpellier et au Musée Fabre.

Tiroirs conservant les œuvres de l’artothèque au cabinet d’Arts graphiques du Musée Fabre ©ARP 2024

L’histoire de l’artothèque de Montpellier est relativement singulière. Elle fait partie des galeries de prêts « historiques », c’est-à-dire fondées avec le soutien du ministère de la Culture. Si le vote du conseil municipal procédant à la création de l’artothèque stipule que le Musée Fabre doit « en assurer le contrôle », il semble que dans les faits elle a disposé d’une certaine autonomie [Délibération du conseil municipal de Montpellier, 23 septembre 1982, cote 1D180, AM Montpellier]. L’artothèque rassemble en son sein la galerie municipale d’art contemporain ainsi qu’une salle d’exposition, une collection de livres d’artistes et un cabinet de dessin (appelé aussi galerie d’art graphique). En 1986, la galerie de prêt ouvre une antenne au sein de l’hôpital Lapeyronnie. Ces services sont placés tout au long de leur existence (1983-1996) sous la direction de Jeanne Struyve qui est seule responsable des achats des œuvres [à ce propos, voir Béatrice Auvray, Quarante-six artothèques publiques en France, mémoire de maîtrise, dir. Jean-Marc Poinsot, Université de Haute-Bretagne, Rennes 2, 1994, n. p.].

Archives municipales de Montpellier, Direction des affaires culturelles, 569W143, Établissement socio-culturels de la Ville de Montpellier dépendant de la Direction des Affaires Culturelles, aménagement et avant-projets de l’artothèque (1980-1992) ©ARP 2024

Grâce à un budget d’acquisition conséquent (il est en moyenne de 128 555 francs par an durant la période 1983-1991) [voir « Bilan d’activité 1990 » et « Bilan d’activité 1991 », cote 548W18, AM Montpellier], l’artothèque est riche en 1995 d’une collection de plus de 2000 œuvres [« Registre d’inventaire (de 1980 à 1992) », cote 607W4, AM Montpellier]. Celles-ci représentent le travail de plusieurs centaines d’artistes qui sont « mondialement reconnus pour leur contribution à l’histoire de l’art : Delaunay, Calder, Bram Van Velde, Tàpies, Chillida, Morellet… [mais aussi] des artistes régionaux avec un travail graphique reconnu : De Charmoy, Gramatzki, Gunsett, Jaulmes, Dezeuze, Bioulès, Di Rosa, Combas, Hugo, Montbron » [« Bilan d’activité 1990 », cote 548W18, AM Montpellier].

Archives municipales de Montpellier, Artothèque gestion, 607W4, registre d’inventaire (de 1980 à 1992) ©ARP 2024

En 1996, l’artothèque, ainsi que l’ensemble des services de la galerie d’art contemporain de Montpellier, ferment. Une partie de la collection est alors versée au Musée Fabre. Afin d’en apprendre plus sur ce transfert, nous avons rencontré Mme Marina Bousvarou, chargée de campagnes de restauration et du cabinet des Arts graphiques au Musée Fabre. Elle a supervisé le recollement et le reconditionnement des œuvres issues de l’artothèque.  Si elle n’a pu nous renseigner sur les conditions de ce transfert, elle nous a fourni un inventaire détaillé des dessins, estampes et photographies conservés actuellement au cabinet des Arts graphiques. Alors que l’artothèque disposait de plus de 2000 œuvres lors de sa fermeture, l’inventaire du cabinet n’en recense que 413. Si les archives municipales détiennent des dossiers concernant le fonctionnement de l’artothèque au cours des années 1983-1995, rien ne mentionne sa fermeture et la dispersion de sa collection. De même, aucun document justifiant le choix des œuvres qui sont désormais au musée n’a été retrouvé. L’équipe ARP poursuit donc ses recherches !

Pour en savoir plus, l’inventaire des archives municipales de Montpellier est disponible ici. Quant au cabinet d’Arts graphiques du Musée Fabre, une partie de sa collection est présentée ici.

Visite dans les archives – Brest

Les Archives municipales de Brest – Itinérance d’une artothèque

Archives municipales de Brest ©ARP 2023

Dans le cadre de ses recherches sur les artothèques bretonnes, l’équipe ARP s’est rendue aux Archives municipales de Brest. En effet, dès 1982, la cité du Ponant souscrit au projet du Ministère de la Culture de créer sur son territoire une artothèque. L’année suivante, la nouvelle galerie de prêt d’œuvres d’art dresse un premier bilan des achats qu’elle a effectué grâce à la subvention de 200 000 francs allouée par l’État. Le dossier « Assurance des expositions (1970-1988) » (cote 360W17) conservé par les Archives municipales contient la liste des œuvres acquises durant l’année 1983. Il y en a 194, réalisées par 98 artistes.

Ces œuvres ne sont pas prêtées à des particuliers mais aux collectivités et notamment aux établissements scolaires. En effet, l’artothèque de Brest ne dispose pas encore d’un local lui permettant d’accueillir un public qui viendrait, individuellement, lui emprunter ses œuvres. Ce n’est que le 28 novembre 1985 que l’artothèque est officiellement inaugurée à la bibliothèque municipale de Brest, au sein du « carré des arts », qui regroupe le conservatoire de musique, l’école et le musée des beaux-arts. L’espace, d’une superficie de 100 m2, doit lui permettre de présenter les œuvres du fonds mais aussi des expositions temporaires. La galerie de prêt d’œuvres de Brest répond alors, en partie, aux attentes du Ministère de la Culture qui préconise des locaux d’une superficie de « 200 m2 minimum qui permette l’accrochage permanent du plus grand nombre possible d’estampes ou de photographies » ainsi qu’un « lieu d’exposition temporaire » (Ministère de la Culture, Direction du Livre et de la Lecture, « Les Artothèques dans les bibliothèques », mars 1984, cote 437W1, AM Brest).

AM de Brest, 360W17 – Assurance des expositions: Artothèque – 1984 – Liste des estampes et photographies d’art de la Galerie de prêt achetées en 1983 ©ARP 2023

Au cours de l’automne 1988, la mairie décide de transférer l’artothèque dans les locaux de la discothèque située quelques rues plus loin. Les dossiers 445W24 et 437W1 conservent des pétitions de même que de nombreuses lettres de protestations d’employé·es municipaux et d’administré·es brestois·es à l’attention de la mairie. L’artiste Yves Picquet écrit ainsi que « l’initiation à l’art contemporain », « l’organisation d’expositions » et « la mise en valeur du fonds de l’artothèque », qui sont les piliers de l’artothèque, sont remis en question par son déménagement au sein de la discothèque (Yves Piquet, « Lettre au Maire de Brest », 22 septembre 1988, cote 437W1, AM Brest).

Malgré ces démarches, la galerie de prêt partage pendant quelques années les locaux de la discothèque avant d’intégrer la médiathèque Saint-Marc dans le courant des années 1990. Puis, en 2000, elle revient dans le « carré des arts » mais cette fois-ci en s’installant au sein du musée.

AM de Brest, 437W1 – Association des Bibliothèques de France, Agence de coopération, Association ENKI, Artothèque : correspondance – 1994 – Galerie d’œuvre d’art 1989 – Plan de la future artothèque de Brest à la bibliothèque Saint-Marc ©ARP 2023

Les documents conservés par les Archives municipales de Brest permettent de mieux saisir l’histoire de l’artothèque de la ville, notamment en ce qui concerne sa création, la constitution de sa collection mais aussi ses multiples déménagements. Concernant ces derniers, la consultation des archives laisse entrevoir la façon dont la municipalité a géré le développement de la galerie de prêt d’œuvres au sein des bibliothèques de la ville. Enfin, les lettres de protestations ainsi que les différentes pétitions qui font suite au déplacement de l’artothèque dans la discothèque illustrent bien l’importance que revêt la structure artistique auprès de certain·nes administré·es de la cité du Ponant.

Les Archives municipales de Brest recèlent de nombreuses autres informations sur la galerie de prêt d’œuvres d’art, pour les consulter le lecteur peut se rendre à cette adresse : https://archives.brest.fr/

Visite dans les archives – Rennes

Les Archives de la critique d’art de Rennes – L’artothèque sur les rails

Les recherches de l’équipe ARP concernant les artothèques de Bretagne nous ont conduits aux Archives de la critique d’art de Rennes. Créée en 1989, cette structure conserve des fonds d’archives de critiques, de théoricien·nes, d’historien·nes de l’art, d’artistes, de collectionneur·euses, de galeries, de centres d’art, de manifestations culturelles et d’institutions. Et parmi ces dernières, la DRAC (Direction Régionale des Affaires Culturelles) Bretagne. Les DRAC sont placées sous l’autorité des préfet·es de région et sont chargées de mettre en œuvre, au niveau régional, la politique culturelle définie par le gouvernement. En liaison avec la Délégation aux arts plastiques, les DRAC interviennent dans le domaine de l’art contemporain et font partie des acteurs majeurs de la création des artothèques.

Le fonds d’archives de la DRAC Bretagne contient de nombreuses informations sur la création des artothèques et sur leurs premiers mois d’existence. On apprend ainsi qu’en 1982, trois villes bretonnes souhaitent ouvrir des galeries de prêt d’œuvres d’art. L’année suivante, l’artothèque de Vitré débute ses activités ; puis en 1984, c’est au tour de celle de Saint-Brieuc. Quant à Brest, c’est en 1985 qu’elle accueille son public.

            C’est également en 1985 que le Ministère de la Culture lance la première édition de la « Ruée vers l’art », dans le cadre du « Mois des musées et des arts plastiques ». Plus de quatre cents manifestations artistiques sont alors prévues partout en France en novembre. En Bretagne, la DRAC organise – avec le concours de la SNCF Bretagne et les artothèques de Brest, de Saint-Brieuc et de Vitré – l’« Artothèque sur les rails ». Du 7 au 29 novembre, un « wagon-exposition » réalise quotidiennement les trajets Rennes-Brest et Rennes-Quimper afin de présenter une sélection d’œuvres acquises et conservées par les galeries de prêts bretonnes. Le double objectif de cet évènement est de faire connaître les artothèques et de familiariser le public avec l’estampe.

Archives de la Critique d’art, Rennes, FR ACA DRAC K0391 34003 – Dossier France. Bretagne. La Ruée vers l’art – 1985 – Communiqué de presse. Artothèque sur les rails. Brest – Saint-Brieuc – Vitré ©ARP 2023

Dix-neuf artistes français·es et étranger·es sont ainsi exposé·es. Leurs préoccupations les rapprochent des tendances figuratives des années 1960, 1970 et du début des années 1980 comme la nouvelle figuration, la figuration narrative ou encore la figuration libre. Les organisateur·ices de cette exposition itinérante souhaitent en effet, selon le « Communiqué de presse »retrouvé par l’équipe ARP, « montrer quelques aspects de la figuration contemporaine dans ses rapports au récit, à la narration, à la fiction ». Quinze de ces artistes sont inscrits sur la « Liste des estampes » fournie par le CNAP (Centre National des Arts Plastiques) aux artothèques lors de leur création et qui leur fournit une première sélection pour l’acquisition de leurs œuvres. Aussi, l’« Artothèque sur les rails » expose des estampes d’Eduardo Arroyo, de Valerio Adami, d’Henri Cueco, de Gérard Fromanger, de Peter Klasen, de Jacques Monory, de Bernard Rancillac, d’Hervé Télémaque, de Wolfgang Gäfgen, de Joël Kermarrec, d’Antonio Recalcati, de Gérard Schlosser, de Leonardo Cremonini, de Roberto Matta et de Gérard Titus-Carmel. Les autres artistes présenté·es sont Jean-Charles Blais, Hervé Di Rosa, Jean Le Gac et [Jill ?] Culiner.

            Si l’équipe n’a pas encore eu la possibilité d’en savoir plus sur cet évènement (déroulé, réception, etc.), ces documents de la DRAC Bretagne conservés aux Archives de la critique d’art de Rennes nous ont tout de même permis d’en apprendre davantage sur les politiques de démocratisation et de décentralisation de l’art menées par le Ministère de la Culture (Mois des musées et des arts plastiques, « Ruée vers l’art », etc.) et sur le rôle qu’ont pu y jouer les artothèques.

Pour en savoir plus sur les documents conservés par les Archives de la critique d’art, le lecteur peut consulter son catalogue en ligne à cette adresse: https://www.archivesdelacritiquedart.org/

La Base de Données collections-artotheques du Projet ARP (épisode 1)

Création et Suivi

Pendant plusieurs mois, l’équipe ARP a développé avec Bulle Tuil-Leonetti, Ingénieure de recherche au sein de l’UAR3103 In Visu CNRS/INHA, une base de données ouverte sur les collections des artothèques publiques françaises. Celle-ci a été élaborée selon les pratiques FAIR et conçue avec le modèle de description standard open source Dublin Core qualifié implémenté dans l’outil open source OMEKA S. L’objectif était de concevoir une base de données adaptée aux spécificités du projet ARP dont le but est de recenser, réunir et mener des études comparées et statistiques, réalisées selon une approche à la fois quantitative et qualitative sur les collections des artothèques et leur écosystème culturel, social et économique.

Cette base de données, désormais opérationnelle, est hébergée par l’INHA sous le nom de domaine collections-artotheques. Actuellement, les membres de l’équipe, dont les étudiant.e.s inscrit.e.s en Master 1 et 2 Patrimoine et Musées de l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, effectuent la saisie dans la base de données des informations présentes dans les inventaires des collections des artothèques (noms des artistes, des producteurs et vendeurs, soit un ensemble d’acteurs du monde de l’art, éditeurs, imprimeurs-fabricants, galeries, agences photographiques, etc), collectés grâce à l’engagement de nos référents en région.

La base de données, dans sa version de travail, présente sept “collections” qui correspondent aux sept catégories sélectionnées par les membres de l’équipe : les artothèques, comme lieux de conservation des collections, les artothécaires, les conseillers artistiques et directeurs d’établissements, responsables des acquisitions et de la gestion des collections, les oeuvres acquises, les artistes, auteurs des oeuvres acquises pour faire collection, les producteurs qui ont contribué à l’élaboration des oeuvres, les vendeurs qui ont participé aux acquisitions.

Actuellement la “collection” Artistes est la plus documentée ; elle compte 1173 fiches dont celles des 192 artistes qui figurent sur les deux listes fournies – Estampes et Photographies – par le CNAP aux artothèques entre 1983 et 1986.

Parmi ces artistes, Gilles Aillaud auquel le Centre Pompidou consacre, jusqu’au 26 février une exposition Gilles Aillaud, Animal Politique https://www.centrepompidou.fr/fr/programme/agenda/evenement/DgS6TDU. Cet artiste, très présent, dans les collections des artothèques possède sa fiche “d’identité” dans la base de données, à laquelle est reliée la liste du CNAP sous la forme d’un document téléchargeable en pdf.

Quelques-unes de ses oeuvres ont déjà été intégrées à la collection “Oeuvres”, comme la lithographie Crocodile tirée à 30 exemplaires qu’Aillaud a réalisée en 1983, acquise en 1985 auprès du Studio Franck Bordas par l’artothèque de Toulouse, dont la collection a été déposée en 1995, au moment de sa fermeture, aux Abattoirs Musée-FRAC Occitanie Toulouse.

L’ensemble des informations – les années de réalisation et d’acquisition, le numéro de tirage, l’identité du vendeur – qui figurent dans cette fiche “Oeuvre” pourront être interrogées, comparées, croisées, une fois que les saisies seront plus nombreuses, avec celles réunies dans d’autres fiches oeuvres consacrées à la production d’Aillaud présente dans l’ensemble des artothèques publiques françaises en activité et fermées dont les collections auront été intégrées dans la base de données.

À terme, cet outil (dont l’accès public est prévu en 2026 par le biais d’une plateforme numérique hébergée par Huma-num ou AGORHA-INHA) recensera l’ensemble des collections des artothèques publiques. Il proposera ainsi le plus grand ensemble d’estampes et de photographies contemporaines interrogeable et donnera accès à des données historiques, économiques et matérielles jusqu’à présent inaccessibles transformant les recherches en histoire de l’art, en économie de l’art, en histoire culturelle etc.

Pour plus d’informations sur le laboratoire In Visu CNRS/INHA qui nous aide au quotidien dans l’élaboration de notre base de données voir https://invisu.cnrs.fr/

L’équipe ARP au Séminaire “Actualité de la recherche” Paris 1 Panthéon-Sorbonne

L’équipe ARP vous signale sa participation, le 6 juin 2023, à la demi-journée Actualité de la recherche, intégrée à la semaine de la recherche de l’ED441 Histoire de l’art, organisée par le Centre de recherche HiCSA de l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne à la Galerie Colbert, salle Jullian.

Arnaud Bertinet (porteur du projet) et Juliette Lavie (cheffe de projet) présenteront le projet de recherche financé par l’ANR ARP-Les artothèques publiques françaises et leurs collections 1982-2022.

Pour consulter le programme complet :

https://hicsa.pantheonsorbonne.fr/evenements/hicsa-demi-journee-actualite-recherche

L’équipe ARP au séminaire actualité de la recherche du département histoire de l’artl’université de Nantes

Campus Tertre Nantes Université 2023 ©In situ–Architecture Culture(s) & Ville

Juliette Lavie a été invitée par Thomas Renard, Maître de conférences d’histoire de l’art contemporain à Nantes Université, à présenter, dans le cadre du séminaire du master Histoire de l’art et culture matérielle “Actualité de la recherche”, le projet Les artothèques publiques françaises et leurs collections 1982-2022.

Notre collègue a partagé son expérience et expliqué quel est son rôle au sein de l’équipe ARP. Elle a retracé l’origine du projet, a mis en évidence les étapes qui ont contribué à sa sélection par l’ANR. Elle a présenté les outils numériques que les membres de l’équipe avec l’UAR 3103 IN-VISU (CNRS-INHA) sont en train de concevoir et mis en évidence les apports de ce projet à l’histoire de l’art contemporain.

Nous remercions chaleureusement Thomas Renard et l’ensemble des enseignants-chercheurs de l’UFR d’histoire, d’histoire de l’art et d’archéologie de Nantes Université pour leur invitation et leur accueil, et les étudiants du Master 1 et 2 recherche pour leur écoute qui a permis de riches échanges.

le 8 mars 2023