Archives par mot-clé : politique culturelle

Le Journal des Arts parle des Artothèques !

Sindbad Hammache, “Les artothèques un service apprécié en quête de visibilité”, Grand Angle, Le Journal des Arts n°632, 26 avril-9 mai 2024, p. 28-29.

Le n°632 du Journal des Arts est actuellement disponible en kiosque, vous pouvez aussi retrouver l’article de Sindbad Hammache sur le site du Journal des Arts https://www.lejournaldesarts.fr/patrimoine/70-000-oeuvres-dart-meconnues-emprunter-172122

Entretiens — L’arthotèque-Galerie Pierre Tal-Coat d’Hennebont

Panneau situé à l’entrée du centre socioculturel d’Hennebont ©ARP 2023

En janvier 1999, l’artothèque d’Hennebont inaugure ses espaces. La brochure municipale annonçant son ouverture indique que sa collection est riche de plus de 400 œuvres (gravures, sérigraphies, lithographies, photographies, etc.) témoignant de la création artistique allant des années 1950 jusqu’à la dernière décennie du XXème siècle. Afin d’en apprendre davantage sur cette structure municipale, l’équipe ARP a rencontré Jean-Philippe Dhollande, directeur de la culture de la ville d’Hennebont, ainsi que Fanny Gingreau, responsable de l’artothèque-galerie. De cette rencontre résulte des entretiens dont nous reproduisons ici quelques extraits.

Vue de l’artothèque d’Hennebont ©ARP 2023

Équipe ARP : « Pouvez-vous revenir sur l’histoire de l’artothèque-galerie ? »

Jean-Philippe Dhollande : « L’artothèque est liée à l’histoire de ce bâtiment [le centre socio-culturel, qui comprend notamment la médiathèque, l’artothèque et la galerie] et à Jacques Guilchet. C’est lui qui a créé cette médiathèque en 1985 […] et qui a accompagné la création de l’artothèque avec Thierry Le Saëc. »

Fanny Gingreau : « Dans les années 1980/1985, l’équipe municipale, avec Jacques Guilchet et Thierry Le Saëc, s’est intéressée à l’accessibilité à l’art, à la démocratisation de l’art. De fait, la collection [de l’artothèque] a commencée à être créée dans ces années-là. […] Il y a, selon moi, plusieurs époques dans l’histoire de l’artothèque. La première est celle de Thierry Le Saëc et de Béatrice Frutos [la première responsable de l’artothèque]. Ensuite, il y a la période où Lucie Cabanne a la charge de la structure. Toutefois, l’accessibilité à l’art voulue par la mairie dans les années 1980 est toujours présente aujourd’hui.

Vue de la galerie jouxtant l’artothèque d’Hennebont ©ARP 2023

Équipe ARP : « Quelles étaient et quelles sont les missions de l’artothèque ? »

Jean-Philippe Dhollande : « Le projet des artothèques, c’était de rendre l’art contemporain accessible. Il y avait cette idée de démocratisation de la culture. […] L’art est un support à la discussion, il faut que ça le reste. Les trois principes sur lesquels a été créée l’artothèque sont toujours d’actualité :  la constitution d’un fonds d’art contemporain ; le soutien à la création par les achats ; rendre accessible l’art contemporain à un large public via le prêt d’œuvres. »

Fanny Gingreau : « Aujourd’hui, l’objectif est de continuer à constituer la collection. […] La diffusion de la collection reste vraiment le cœur de mon travail. Il s’agit de faire le lien entre les artistes et les abonnés [de l’artothèque]. […] L’idée, c’est de trouver des publics les plus divers et les sensibiliser à l’art. »

Vue de l’artothèque d’Hennebont ©ARP 2023

Équipe ARP : « Comment s’est constituée la collection d’œuvres de l’artothèque et comment continue-t-elle à s’enrichir ? »

Fanny Gingreau : « À partir de 1985, il y a eu des expositions dans le hall de la médiathèque. […] Les acquisitions se faisaient auprès des artistes qui exposaient. […] Il y a également eu un partenariat avec le festival « L’art dans les chapelles » […] car la ville d’Hennebont était sur le parcours de cette manifestation artistique. […] Je trouve que l’artothèque est un endroit qui permet d’avoir des artistes reconnus, comme Soulages, Alechinsky […] et en même temps, c’est aussi le lieu où l’on peut rencontrer des artistes du territoire. […] J’ai une programmation qui est très liée aux artistes de la région et j’achète à chaque exposition une œuvre. Cela fait partie de la politique de soutien aux artistes portée par l’artothèque. […] Pour sortir un peu de la dimension locale de la collection, je compte beaucoup sur les dépôts et sur les dons. Les commandes du CNAP, que nous conservons en dépôt, donnent une dimension nationale à la collection. […] Lorsque l’on parle de constituer la collection comme un panorama de l’art actuel, il y a un biais puisqu’il s’agit d’un panorama de l’estampe et de la gravure, donc d’une partie seulement de l’art contemporain. On ne reflète pas l’art vidéo, la performance, etc. mais seulement ce qui se fait actuellement dans la limite de ce qui est empruntable ».

Jean-Philippe Dhollande : « Au départ, je pense que c’était Thierry Le Saëc qui choisissait les œuvres. […] Après, avec Béatrice Frutos puis avec Lucie, on faisait des prospections et j’ai aidé au choix des œuvres. […] Aujourd’hui, on achète une œuvre des artistes que l’on expose à la galerie et puis après, c’est au gré des sollicitations, des rencontres que fait Fanny Gingreau et puis ce qu’elle imagine qu’il y a à compléter dans le fonds […]. L’artothèque doit être le reflet de l’art actuel ».

Vue de l’artothèque d’Hennebont ©ARP 2023

Équipe ARP : « Souhaitez vous favoriser un courant ou une tendance de l’histoire de l’art en particulier ? »

Jean-Philippe Dhollande : « Non. Ce qui est intéressant c’est de montrer la diversité de ce qui se fait. Cela étant, la nature des acquisitions évolue selon celui ou celle qui les fait. Les programmations dans la galerie sont différentes également selon celui ou celle qui est en poste à ce moment-là. La dimension subjective est très importante dans les choix des acquisitions. Et puis, en vingt-cinq ans le public a changé.

Fanny Gingreau : « J’aimerais bien de ne pas favoriser un mouvement. J’ai envie de représenter le panorama de ce qui se fait actuellement. […] J’ai plusieurs œuvres assez figuratives dont l’objet est le lien avec la nature. Mais j’aime beaucoup l’abstraction et notamment celle qui se rapproche de l’abstraction lyrique. Je n’ai pas vraiment de lignes ou d’axes prédéfinis, ma volonté c’est d’être la plus éclectique possible. Il y a tout de même des thèmes récurrents : le lien avec la nature, l’humain, l’introspection. […] Ce sont beaucoup les questions d’actualité qui président à mes choix. […] Au départ, je ne sélectionnais que des artistes qui faisaient de la gravure, des estampes ou de la photo mais j’avais l’impression de m’enfermer. Par la suite, il y a eu des achats d’aquarelles, des dessins, des volumes, des pièces uniques ont intégrées la collection. Aujourd’hui, j’ai envie de m’ouvrir à d’autres médiums, d’autres techniques. J’ai envie de plus de volume, j’ai envie de sortir des murs, de sortir du cadre. »

Vue de l’artothèque d’Hennebont ©ARP 2023

Équipe ARP : « Quels liens entretenez-vous avec les structures municipales, régionales et nationales ? »

Jean-Philippe Dhollande : « Le fonds de l’artothèque est parfois mis à profit d’actions municipales. Aussi, à l’occasion de la Semaine de la petite enfance, une partie du fonds qui traite de ce sujet a été exposé. Il en va de même pour le sport, par exemple. En ce qui concerne le milieu scolaire, cela fait trois ans que l’on met en place des parcours d’éducation artistique et culturel (EAC) qui sont fortement encouragés par la DRAC [Direction régionale des Affaires culturelles] et l’éducation nationale. Il s’agit de visites de la galerie et d’emprunts d’œuvres à la bibliothèque selon un projet pédagogique élaboré par l’établissement scolaire. Par ailleurs, nous entretenons des relations avec la DRAC en tant que bénéficiaire de ses subventions. Nous avons également des rapports avec le FNAC [Fonds national d’art contemporain] car nous avons certaines de leurs œuvres en dépôt [notamment les portfolios Estampes et Révolution, 200 ans après et Heureux le visionnaire dont la seule arme et le stylet du graveur, commandés par le ministère de la Culture en 1989 et en 1996]. Enfin, nous sommes en lien avec le CNAP [Centre national des arts plastiques] qui passe, avec l’ADRA [Association de développement et de recherche sur les artothèques], des commandes auprès des artistes.

Fanny Gingreau : Le lien avec l’ADRA est important car les commandes d’estampes réalisées conjointement avec le CNAP (Quotidien, Emanata et Les temps changent) [et qui intègrent la collection de l’artothèque sous la forme de dépôts], permettent de garder une vision plus nationale sur la création artistique. Je travaille également en collaboration avec d’autres structures. Il y a la galerie Le Lieu [tenue par une association, en partenariat avec la ville de Lorient] qui est tournée vers la photo (cela explique pourquoi l’artothèque d’Hennebont ne conserve pas beaucoup de photos, sans pour autant qu’il y ait de chasse gardée) ; il y a la galerie du Faouëdic [espace d’exposition municipal, à Lorient] qui expose des artistes plus connus ou émergents ; il y a aussi l’Atelier d’Estienne à Pont-Scorff [centre d’art contemporain municipal] qui présente davantage d’artistes nationaux. Je pense qu’on est assez complémentaires dans nos programmations. Il y a aussi le domaine de Kerguéhennec [centre d’art contemporain géré par le département du Morbihan] mais qui est un peu plus éloigné de nous. Une fois par an (en fin d’année, d’octobre à décembre), il y a une exposition commune avec ces structures artistiques qui proposent un parcours à travers différents centres d’art du pays de Lorient. En ce moment [décembre 2023], il y a les « Rencontres photographiques du pays de Lorient » et c’est la galerie Le Lieu qui a en a la direction artistique. L’exposition actuelle à la galerie de l’artothèque d’Hennebont (Amélie Labourdette, « KÓSMOS ») rentre dans ce cadre de ce partenariat.

Aujourd’hui, la collection de l’artothèque d’Hennebont est riche de plus de 1100 œuvres dont l’immense majorité peut être empruntée. Outre le prêt, l’artothèque continue son travail de diffusion et de valorisation de l’art contemporain par le biais d’expositions, de projets d’éditions, d’ateliers d’animation et de médiation, etc.

L’artothèque-galerie d’Hennebont dispose d’un site internet sur lequel vous pouvez consulter le catalogue de la collection mais aussi son actualité.

Visite dans les archives — Montpellier

Le transfert des œuvres de l’artothèque de Montpellier au Musée Fabre

Tiroirs conservant les œuvres de l’artothèque au cabinet d’Arts graphiques du Musée Fabre ©ARP 2024

En février 2013, le Musée Fabre organise une exposition de certaines de ses œuvres conservées dans son cabinet des Arts graphiques. Le dossier de presse publié à cette occasion annonce que « le fonds d’estampes, riche de 1000 gravures, s’est vu augmenté en 1996 d’environ 300 pièces contemporaines issues de l’ancienne artothèque qui composent un panorama intéressant de la deuxième moitié du XXème siècle (Asse, Cueco, Alechinsky…) » [Montpellier Agglomération, « dossier de presse, “l’atelier de l’œuvre” », février 2013,p. 11]. Afin d’en apprendre davantage sur cette artothèque et sur le transfert de sa collection au cabinet des Arts graphiques, l’équipe ARP s’est rendu aux archives municipales de Montpellier et au Musée Fabre.

Tiroirs conservant les œuvres de l’artothèque au cabinet d’Arts graphiques du Musée Fabre ©ARP 2024

L’histoire de l’artothèque de Montpellier est relativement singulière. Elle fait partie des galeries de prêts « historiques », c’est-à-dire fondées avec le soutien du ministère de la Culture. Si le vote du conseil municipal procédant à la création de l’artothèque stipule que le Musée Fabre doit « en assurer le contrôle », il semble que dans les faits elle a disposé d’une certaine autonomie [Délibération du conseil municipal de Montpellier, 23 septembre 1982, cote 1D180, AM Montpellier]. L’artothèque rassemble en son sein la galerie municipale d’art contemporain ainsi qu’une salle d’exposition, une collection de livres d’artistes et un cabinet de dessin (appelé aussi galerie d’art graphique). En 1986, la galerie de prêt ouvre une antenne au sein de l’hôpital Lapeyronnie. Ces services sont placés tout au long de leur existence (1983-1996) sous la direction de Jeanne Struyve qui est seule responsable des achats des œuvres [à ce propos, voir Béatrice Auvray, Quarante-six artothèques publiques en France, mémoire de maîtrise, dir. Jean-Marc Poinsot, Université de Haute-Bretagne, Rennes 2, 1994, n. p.].

Archives municipales de Montpellier, Direction des affaires culturelles, 569W143, Établissement socio-culturels de la Ville de Montpellier dépendant de la Direction des Affaires Culturelles, aménagement et avant-projets de l’artothèque (1980-1992) ©ARP 2024

Grâce à un budget d’acquisition conséquent (il est en moyenne de 128 555 francs par an durant la période 1983-1991) [voir « Bilan d’activité 1990 » et « Bilan d’activité 1991 », cote 548W18, AM Montpellier], l’artothèque est riche en 1995 d’une collection de plus de 2000 œuvres [« Registre d’inventaire (de 1980 à 1992) », cote 607W4, AM Montpellier]. Celles-ci représentent le travail de plusieurs centaines d’artistes qui sont « mondialement reconnus pour leur contribution à l’histoire de l’art : Delaunay, Calder, Bram Van Velde, Tàpies, Chillida, Morellet… [mais aussi] des artistes régionaux avec un travail graphique reconnu : De Charmoy, Gramatzki, Gunsett, Jaulmes, Dezeuze, Bioulès, Di Rosa, Combas, Hugo, Montbron » [« Bilan d’activité 1990 », cote 548W18, AM Montpellier].

Archives municipales de Montpellier, Artothèque gestion, 607W4, registre d’inventaire (de 1980 à 1992) ©ARP 2024

En 1996, l’artothèque, ainsi que l’ensemble des services de la galerie d’art contemporain de Montpellier, ferment. Une partie de la collection est alors versée au Musée Fabre. Afin d’en apprendre plus sur ce transfert, nous avons rencontré Mme Marina Bousvarou, chargée de campagnes de restauration et du cabinet des Arts graphiques au Musée Fabre. Elle a supervisé le recollement et le reconditionnement des œuvres issues de l’artothèque.  Si elle n’a pu nous renseigner sur les conditions de ce transfert, elle nous a fourni un inventaire détaillé des dessins, estampes et photographies conservés actuellement au cabinet des Arts graphiques. Alors que l’artothèque disposait de plus de 2000 œuvres lors de sa fermeture, l’inventaire du cabinet n’en recense que 413. Si les archives municipales détiennent des dossiers concernant le fonctionnement de l’artothèque au cours des années 1983-1995, rien ne mentionne sa fermeture et la dispersion de sa collection. De même, aucun document justifiant le choix des œuvres qui sont désormais au musée n’a été retrouvé. L’équipe ARP poursuit donc ses recherches !

Pour en savoir plus, l’inventaire des archives municipales de Montpellier est disponible ici. Quant au cabinet d’Arts graphiques du Musée Fabre, une partie de sa collection est présentée ici.

Préparation de l’envoi de la commande d’œuvres d’art imprimé, “Les temps changent…” Cnap-Adra

Livret réalisé par la graphiste Line Martin-Célo © Line Martin-Célo

Après Quotidien (2019) et Emanata (2021), Les temps changent… est la nouvelle commande que réalise le Centre national des arts plastiques (Cnap) sur l’initiative du ministère de la Culture en partenariat avec l’Association de développement et de recherche sur les artothèques (ADRA). Cette commande d’œuvres d’art imprimé compte cette année six cent quarante-huit œuvres – sérigraphie, héliogravure, risographie, eau-forte, lithographie, pochoir – réalisées par douze artistes sélectionnés Pauline Barzilaï, Tamaris Borrelly, Io Burgard, Alix Delmas, Leah Desmousseaux, Vanessa Dziuba, Juliette Green, Seulgi Lee, Diego Movilla, Paul Pouvreau, Super Terrain, Agnès Thurnauer.

Chacun a travaillé en collaboration avec un atelier parmi les treize retenus (Atelier Arcay, Atelier Michaël Woolworth, Atelier René Tazé, Atelier R.L.D, Écran total, Fidèle, Héliog – Atelier Fanny Boucher, La Fraternelle-Maison du peuple, La presse purée, L’Estampe moderne, Lézard graphique, l’Institut sérigraphique, Tchikebe) pour produire une œuvre qui témoigne de la grande vitalité du multiple en France, du maintien des savoir-faire et de l’innovation des ateliers d’impression.

Depuis quelques jours, un ensemble d’exemplaires de la commande sont en cours de préparation à Vitré, conditionnés par les soins de l’ADRA, pour rejoindre dans les semaines à venir le réseau en vue d’être intégrés aux collections des trente-cinq artothèques réparties sur le territoire.

Préparation de l’envoi de la commande œuvres d’art imprimé “Les temps changent…” Cnap-Adra, Vitré, 30 janvier 2024 ©ARP2024

Depuis le 3 février un exemplaire du CNAP est exposé à l’artothèque de Caen, il retrouvera ensuite les collections du FNAC. Quant aux autres exemplaires, ils seront présentés dans chaque établissement et mis ensuite à la disposition des emprunteurs des artothèques, contribuant, ainsi, à la diffusion de l’art contemporain.

Le Cnap présente la commande et les conditions qui ont permis la sélection des douze artistes retenus https://www.cnap.fr/les-laureats-de-la-commande-nationale-destampes-les-temps-changent

Pour plus d’informations sur la commande, sur les lauréats et les ateliers lire le communiqué de presse https://www.cnap.fr/sites/default/files/CP%20-%20Laur%C3%A9ats%20commande%20nationale%20destampes%20%20Les%20temps%20changent.pdf

L’ADRA présente la commande et sa diffusion sur son site https://www.lesartotheques.com/agenda/1906/

Nous vous engageons également à visionner les cinq vidéos réalisées par le Cnap et publiées sur sa chaîne Youtube. Celles-ci sont consacrées à la commande et montrent la réalisation des œuvres dans quelques ateliers d’impression https://www.youtube.com/@cnap-centrenationaldesarts7004/search?query=les%20temps%20changent

Visite dans les archives – Archives départementales du Calvados

L’implantation de l’artothèque de Caen dans l’hôtel d’Escoville

Les documents d’archives présentés aujourd’hui sont issus d’un carton (Direction régionale des Affaires Culturelles, 3313W/295, Dossiers de subventions entre 1980 et 2010) conservé par les Archives départementales du Calvados. Ces documents rendent compte du transfert de l’artothèque de Caen dans l’hôtel d’Escoville, situé place Saint-Pierre, face au château de Caen, à partir de 1994.

Façade de l’hôtel d’Escoville, côté cour,
© ARP 2024

Créée en 1986 par la ville de Caen, l’artothèque est installée dès son ouverture au sein du théâtre municipal de Caen. Mais en raison de travaux réalisés au théâtre dès le mois de mai 1991, elle doit être déplacée. L’artothèque, qui entre alors dans une phase transitoire de trois ans, se retrouve sans lieu fixe. Son installation n’est pas possible dans la bibliothèque municipale faute de place. Une solution doit alors être trouvée. Dès 1991, un projet vise à installer l’artothèque au 18 rue du 11 Novembre, dans l’ancien cinéma Eden et à proximité de la salle de spectacle Georges Brassens, mais en raison des coûts d’investissement prévus et du coût de location trop élevé, le projet n’aboutit pas. Le déplacement de l’artothèque dans l’hôtel d’Escoville n’est confirmé qu’à partir du mois de juillet 1993.

L’artothèque, dans l’attente d’être déplacée dans ses nouveaux locaux, occupe à titre provisoire une salle d’exposition municipale située dans le centre-ville de Caen. Puis les nouveaux prêts sont interrompus du début du mois de mai 1991 au début du mois de septembre 1991, une période de fermeture totale de l’artothèque. L’artothèque n’interrompt cependant pas entièrement son activité : elle présente notamment une exposition hors les murs en association avec la fondation Schlumberger consacrée à Dominique Bailly. L’exposition, divisée en deux parties, prend place à la fois dans l’orangerie du Jardin des plantes de Caen et au château de Crèvecœur-en-Auge (Calvados). Des expositions itinérantes circulent également pendant cette période.

Archives Départementales du Calvados , Projet d’aménagement de l’artothèque: plan du rez-de-chaussée, échelle 1/50, 1er juillet 1993,
© ARP 2024

L’artothèque partage alors l’hôtel d’Escoville avec l’office de tourisme, une quinzaine d’associations et divers autres occupants. La ville met ainsi gratuitement à disposition de l’artothèque deux salles d’exposition situées au rez-de-chaussée, deux salles d’exposition situées au premier étage dont l’une est partagée avec la ville de Caen un mois par an, et deux autres salles également situées au premier étage, l’ensemble représentant une surface de 240 m².

Archives Départementales du Calvados, Projet d’aménagement de l’artothèque: plan du premier étage, échelle 1/50, 1er juillet 1993,
© ARP 2024

L’aménagement comprend alors une galerie de prêt, une galerie d’exposition, un espace consacré à la documentation et à l’information ainsi que des locaux administratifs et techniques. La rénovation et l’aménagement de l’hôtel, dont le coût total est estimé à 750 055 F HT, sont réalisés suite aux travaux de l’architecte Walter Zbinden. L’État, par le biais du Préfet de la Région Basse-Normandie, verse alors une subvention de 200 000 F pour le réaménagement de l’hôtel d’Escoville. L’inauguration de l’hôtel d’Escoville rénové se fait le 26 mai 1994, en présence de Jean-Marie Girault sénateur et maire de Caen, Frank Cardineau, président de l’office de tourisme et de Jean Nouzille, président de l’artothèque. Cet aménagement va alors perdurer jusqu’en 2013, année où l’artothèque de Caen s’installe dans son lieu actuel, l’ancien palais ducal de l’abbaye aux Hommes.

Pour consulter le site des Archives départementales du Calvados https://archives.calvados.fr/

Visite dans les archives – Brest

Les Archives municipales de Brest – Itinérance d’une artothèque

Archives municipales de Brest ©ARP 2023

Dans le cadre de ses recherches sur les artothèques bretonnes, l’équipe ARP s’est rendue aux Archives municipales de Brest. En effet, dès 1982, la cité du Ponant souscrit au projet du Ministère de la Culture de créer sur son territoire une artothèque. L’année suivante, la nouvelle galerie de prêt d’œuvres d’art dresse un premier bilan des achats qu’elle a effectué grâce à la subvention de 200 000 francs allouée par l’État. Le dossier « Assurance des expositions (1970-1988) » (cote 360W17) conservé par les Archives municipales contient la liste des œuvres acquises durant l’année 1983. Il y en a 194, réalisées par 98 artistes.

Ces œuvres ne sont pas prêtées à des particuliers mais aux collectivités et notamment aux établissements scolaires. En effet, l’artothèque de Brest ne dispose pas encore d’un local lui permettant d’accueillir un public qui viendrait, individuellement, lui emprunter ses œuvres. Ce n’est que le 28 novembre 1985 que l’artothèque est officiellement inaugurée à la bibliothèque municipale de Brest, au sein du « carré des arts », qui regroupe le conservatoire de musique, l’école et le musée des beaux-arts. L’espace, d’une superficie de 100 m2, doit lui permettre de présenter les œuvres du fonds mais aussi des expositions temporaires. La galerie de prêt d’œuvres de Brest répond alors, en partie, aux attentes du Ministère de la Culture qui préconise des locaux d’une superficie de « 200 m2 minimum qui permette l’accrochage permanent du plus grand nombre possible d’estampes ou de photographies » ainsi qu’un « lieu d’exposition temporaire » (Ministère de la Culture, Direction du Livre et de la Lecture, « Les Artothèques dans les bibliothèques », mars 1984, cote 437W1, AM Brest).

AM de Brest, 360W17 – Assurance des expositions: Artothèque – 1984 – Liste des estampes et photographies d’art de la Galerie de prêt achetées en 1983 ©ARP 2023

Au cours de l’automne 1988, la mairie décide de transférer l’artothèque dans les locaux de la discothèque située quelques rues plus loin. Les dossiers 445W24 et 437W1 conservent des pétitions de même que de nombreuses lettres de protestations d’employé·es municipaux et d’administré·es brestois·es à l’attention de la mairie. L’artiste Yves Picquet écrit ainsi que « l’initiation à l’art contemporain », « l’organisation d’expositions » et « la mise en valeur du fonds de l’artothèque », qui sont les piliers de l’artothèque, sont remis en question par son déménagement au sein de la discothèque (Yves Piquet, « Lettre au Maire de Brest », 22 septembre 1988, cote 437W1, AM Brest).

Malgré ces démarches, la galerie de prêt partage pendant quelques années les locaux de la discothèque avant d’intégrer la médiathèque Saint-Marc dans le courant des années 1990. Puis, en 2000, elle revient dans le « carré des arts » mais cette fois-ci en s’installant au sein du musée.

AM de Brest, 437W1 – Association des Bibliothèques de France, Agence de coopération, Association ENKI, Artothèque : correspondance – 1994 – Galerie d’œuvre d’art 1989 – Plan de la future artothèque de Brest à la bibliothèque Saint-Marc ©ARP 2023

Les documents conservés par les Archives municipales de Brest permettent de mieux saisir l’histoire de l’artothèque de la ville, notamment en ce qui concerne sa création, la constitution de sa collection mais aussi ses multiples déménagements. Concernant ces derniers, la consultation des archives laisse entrevoir la façon dont la municipalité a géré le développement de la galerie de prêt d’œuvres au sein des bibliothèques de la ville. Enfin, les lettres de protestations ainsi que les différentes pétitions qui font suite au déplacement de l’artothèque dans la discothèque illustrent bien l’importance que revêt la structure artistique auprès de certain·nes administré·es de la cité du Ponant.

Les Archives municipales de Brest recèlent de nombreuses autres informations sur la galerie de prêt d’œuvres d’art, pour les consulter le lecteur peut se rendre à cette adresse : https://archives.brest.fr/

Parution d’un article sur l’histoire des artothèques publiques françaises dans la revue Nouvelles de l’estampe par Juliette Lavie

Juliette Lavie, cheffe du projet Les Artothèques publiques françaises et leurs collections 1982-2022 ARP (Artothèque-Recherche-Patrimoine) HiCSA Université Panthéon-Sorbonne Paris 1 /ANR (ANR-22-CE27-0007), vient de faire paraître, dans le numéro 268 de la revue Nouvelles de l’estampe dirigé par Philippe Sénéchal, l’article intitulé “Transposer à l’échelle nationale une expérience pilote. De la galerie de prêt d’œuvres d’art de la bibliothèque Grand’Place à Grenoble aux artothèques publiques (1976-1986)

Cette contribution à l’histoire des artothèques aborde la création et le fonctionnement de la première galerie de prêt d’œuvres d’art en bibliothèque inaugurée en 1976 à Grenoble par la municipalité d’Hubert Dubedout (1965-1983), puis le déploiement de cette expérience pilote à l’échelle nationale, entre 1982 et 1986, par le ministère de la Culture Jack Lang, avant de proposer un aperçu des premières politiques d’acquisitions d’œuvres multiples (estampes contemporaines et photographies) par l’étude des collections des artothèques d’Angers, de Montpellier, de Lyon, de Toulouse et de Caen constituées au cours de cette période grâce aux subventions allouées pour partie par l’Etat.

Suivez le lien ci-dessous pour accéder à la publication https://journals.openedition.org/estampe/3137