Archives par mot-clé : Photographie

L’ Artothèque d’Angers fête ses 40 ans

Traversée # 1 (15 mai-22 septembre 2024)

Le 14 mai dernier, le premier des deux volets de l’exposition Traversée, organisés pour célébrer les quarante ans de l’artothèque d’Angers, a été inauguré. Traversée # 1 propose, jusqu’au 22 septembre, une plongée dans la collection de l’artothèque conçue à partir d’une sélection d’œuvres représentatives des acquisitions réalisées au cours des quarante années de soutien à la création et opéré par les deux responsables successives de l’artothèque, Joëlle Lebailly (1983-2013) et Élodie Derval (depuis 2013).

Vue de l’accrochage Traversée # 1 présenté dans l’espace de l’artothèque d’Angers ©ARP2024

Ce premier accrochage présente les œuvres du collectif Bruni/Babarit, d’Andy Goldsworthy, de Mario Giacomelli, Paola De Pietri, Alix Delmas, Claire Trotignon, Marc Deneyer, Franck Gérard, Éric Fonteneau, Amélie Labourdette, Mélanie Delattre-Vogt, Christophe Mauberret, Anne Favret & Patrick Manez, Camille Hervouët, William Klein, Chimène Denneulin, Sylvie Fajfrowska, Martine Aballéa, Georges Rousse, Denis Darzacq, Chema Madoz, Laurent Dejente, Mathieu Delalle, Dieter Appelt, Isabelle Waternaux, Djamel Tatah, Patrick Tosani, Bruce Wrighton, Yann Thoreau, Vivian Meyer.

Vue de l’accrochage Traversée # 1 présenté dans l’espace de l’artothèque d’Angers ©ARP2024

Ce premier volet est aussi l’occasion de rendre hommage à Joëlle Lebailly, à ses choix, ses actions, qui ont fait de l’artothèque l’établissement culturel qu’il est devenu et dont la collection de plus de 1385 pièces est l’une des plus riches de France, ce dont témoigne l’ensemble des douze œuvres retenues de Farida Le Suavé, Claire Maugeais, Bernard Calet, Anne-Marie Filaire, Jean-Christophe Ballot, Laurent Millet, Chrystèle Lerisse, Frédérique Lucien, Olivier Péridy, Pierrick Naud, Elina Brotherus et Jérôme Boutterin.

De gauche à droite et de haut en bas : les œuvres de Laurent Millet, Frédérique Lucien, Claire Maugeais et Pierrick Naud, Hommage à Joëlle Lebailly à l’occasion de l’accrochage traversée # 1 ©ARP2024

Enfin, quelques documents d’archives retracent l’histoire de l’artothèque d’Angers.

Cette vitrine présente des articles publiés à l’occasion de l’inauguration de l’artothèque en 1984, un numéro de la revue Rar éditée par l’artothèque, l’ouvrage édité à l’occasion des 20 ans de l’artothèque d’Angers et les trois catalogues édités à l’occasion des commandes publiques réalisées par le Cnap (Centre national des arts plastiques) en partenariat avec l’ADRA (Association de Développement et de Recherche sur les Artothèques) ©ARP2024

L’organisation de cette traversée a été réalisée par Anne Esnault, conservatrice en chef du patrimoine, directrice des musées d’Angers, Élodie Derval, responsable de l’Artothèque et commissaire de l’exposition, les assistantes d’exposition Sandrine Fauché, Lydia Blin, et les médiateurs référents Cédric Bernardeau, Virginie Lepéculier et Mari Le Roy.

Double page 6-7 de la brochure Le RU M’A Musées d’Angers publiée à l’occasion des 40 ans de l’artothèque d’Angers et de l’exposition Paysage matière à pensées réalisée en partenariat avec le FRAC des Pays de la Loire ©ARP2024

Pour retrouver le programme des festivités prévues à l’occasion de cet anniversaire https://musees.angers.fr/expositions/evenement/76815-les-40-ans-de-lartotheque-dangers-traversee1/index.html

La Base de Données collections-artotheques du Projet ARP (épisode 2)

Enrichissement de la collection “Artistes”

La base de données connaît actuellement une avancée significative grâce à l’aide apportée par les 42 étudiant.e.s du Master Patrimoine et Musées de l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

Nous leur avons confié, après une présentation de la base de données, du vade-mecum et des outils numériques utiles aux recherches documentaires, la saisie de données dans la collection “Artistes” de la base. Ils ont travaillé à partir des inventaires des artothèques de Strasbourg, Le Ring à Nantes (fermée), Art delivery, Toulouse (fermée), La Roche-sur-Yon, Montpellier, Mulhouse, Le Frac-Artothèque Nouvelle Aquitaine et Grand Est/plus vite. Leur contribution a ainsi permis d’enrichir rapidement cette collection.

Capture d’écran de la base de données le 5 février 2024. Page Collection “Artistes”, 2612 fiches artistes figurent alors dans cette collection.

Après trois mois, le résultat a largement dépassé nos attentes. La collection “Artistes” qui était constituée de 2612 fiches avant leur contribution, compte désormais 4117 noms d’artistes et de collectifs. Ils sont ainsi parvenus à créer 1505 fiches de plus, soit environ 36 fiches par étudiant.es.

Capture d’écran de la base de données le 19 avril 2024. Page Collection “Artistes”, 4117 fiches artistes figurent désormais dans cette collection.

En quelques chiffres, et dans l’état actuel d’avancement de la saisie, nous pouvons dire qu’il y a 1149 artistes femmes, 2877 artistes français.e.s, environ 800 artistes internationaux qui ont vécu pendant une partie de leur carrière en France ou y vivent actuellement, 184 artistes états-unien.ne.s, 160 artistes allemand.e.s, 97 artistes suisses, 87 artistes britanniques, 37 artistes japonais.e.s, 14 artistes mexicain.ne.s, 14 artistes coréen.ne.s etc., représenté.e.s par au moins une œuvre dans les collections des artothèques.

Capture d’écran de la base de données le 19 avril 2024. Page 5 d’un ensemble de 46 pages de résultats ( soit 1149 fiches) liés à la recherche : les artistes femmes présentent dans la base de données.

Nous remercions chaleureusement l’ensemble des étudiant.e.s du Master Patrimoine et Musées de l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne pour leur travail, leur engagement et leur intérêt.

Nous poursuivons actuellement l’enrichissement de cette collection.

Les Artothèques. Histoire(s) de collections III — Programme

L’équipe ARP est heureuse de présenter le programme de la journée d’étude Les Artothèques. Histoire(s) de collections III qui aura lieu le jeudi 28 mars 2024 à l’Institut national d’histoire de l’art

Artothèque de La Roche-sur-Yon, espace de prêt, Médiathèque Benjamin Rabier ©artothèque de La Roche-sur-Yon, 2018.

Pour rappel cette nouvelle édition se propose de poursuivre l’étude des collections des artothèques sous l’angle de leur histoire et de leur matérialité. Elle réunira à la fois des spécialistes de l’estampe, de la photographie et du multiple qui proposeront leurs regards sur ces collections ; et des responsables d’artothèques, des restauratrices et des représentantes de la mention Conservation-restauration des biens culturels (CRBC) de l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, et de l’Institut National du Patrimoine (INP) qui aborderont le sujet de la conservation préventive et de la restauration des collections en artothèques.

Interventions, tables-rondes alterneront dans cette journée organisée par Juliette Lavie et animée par les membres de l’équipe ARP.

Programme :

9h15 Accueil

9h30 Ouverture

Les artothèques publiques françaises et leurs collections 1982-2022 (ANR 22-CE27-0007)

Première partie

Modération Juliette Lavie (université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)

9h45 Le projet des galeries de prêts dans les archives du ministère de la Culture Arnaud Bertinet, (université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)

10h25 Après le multiple : l’estampe des années 1980-2000 Emmanuel Pernoud, (université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)

11h Pause

Deuxième partie

Modération Juliette Lavie (université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)

11h30 Table-ronde

L’artothèque de La Roche-sur-Yon. Histoires d’une collection (1998-2024)

Avec la participation de Sandra Doublet (Responsable de l’artothèque de La Roche-sur-Yon depuis 2019), d’Hélène Jagot (Directrice des Musées et Château de Tours, Directrice du Musée de La Roche-sur-Yon de 2005 à 2018) et d’Anne-Lise Broyer (Artiste-plasticienne)

13h Pause

Troisième partie

Modération Arnaud Bertinet (université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)

14h30 Véra Molnár, pourquoi l’estampe ? Vincent Baby (institut national d’histoire de l’art INHA)

15h45 Pause

Quatrième Partie

Modération Claire Bételu (université Paris 1 Panthéon-Sorbonne) et Rachel Suteau (institut National du Patrimoine INP)

16h15 Table-ronde

Conservation préventive en artothèques : Constats et Perspectives

Avec la participation d’Isabelle Tessier (Responsable de l’artothèque de Vitré, co-présidente de l’ADRA), de Gwenola Furic (Restauratrice diplômée de l’INP) et d’Aurélie Perreux (Responsable de l’artothèque de Saint-Priest, Restauratrice diplômée de l’INP)

17h30 Clôture de la journée

Pour télécharger le programme cliquer sur le lien placé ci-après

Les Artothèques. Histoire(s) de collections III

Annonce : Journée d’étude, jeudi 28 mars 2024 9h-18h, galerie Colbert, salle Vasari, INHA

Cette journée d’étude, organisée dans le cadre du projet de recherche Les artothèques publiques françaises et leurs collections 1982-2022 -ANR 22-CE27-0007-, s’inscrit dans le prolongement des manifestations réalisées en 2021 et 2022 par les membres de l’équipe ARP (Artothèque, Recherche, Patrimoine)

Artothèque de La-Roche-sur-Yon, artothèque, espace de prêt ©artothèque de La Roche-sur-Yon 2018

Cette nouvelle édition se propose de poursuivre l’étude des collections des artothèques sous l’angle de leur histoire et de leur matérialité. Elle réunira à la fois des spécialistes de l’estampe, de la photographie et du multiple qui proposeront leurs regards sur ces collections ; et des responsables d’artothèques, des restauratrices et des représentantes de la mention Conservation-restauration des biens culturels (CRBC) de l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, et de l’Institut National du Patrimoine (INP) qui aborderont le sujet de la conservation préventive et de la restauration des collections en artothèques.

Interventions, tables-rondes alterneront dans cette journée organisée par Juliette Lavie et animée par les membres de l’équipe ARP.

(Programme à venir)

Visite dans les archives – Vitré

1983 – Les premières acquisitions d’œuvres de l’artothèque de Vitré

Quelles étaient les premières œuvres proposées au prêt à Vitré ? La consultation des archives conservées par l’artothèque permet aujourd’hui de le savoir.

Archives internes de l’artothèque de Vitré, Achats d’estampes nationales et régionales – année 1983 – Dossier consacré aux acquisitions d’œuvres 1983-1987 ©ARP 2023

En effet, la liste des premières acquisitions réalisées en 1983 y a été retrouvée parmi un ensemble de listes d’achats effectués par la ville jusqu’en 1987. Celle-ci est composée de deux feuillets. Le premier répertorie les achats d’estampes qualifiées de nationales et régionales, le second les achats de photographies.

Archives internes de l’artothèque de Vitré, Achats des photographies – année 1983 – Dossier consacré aux acquisitions d’œuvres 1983-1987 ©ARP 2023

En cette seule année 1983, la ville de Vitré acquiert, pour un montant de 161 150 fr. – correspondant à l’enveloppe confiée par le ministère de la Culture, hors encadrement, aux collectivités -, 193 oeuvres, dont 138 estampes et 55 photographies, réalisées par 71 artistes, qui constituent le fonds initial de l’artothèque. Celui-ci a été acheté, soit auprès de galeries parisiennes A.B.C.D, Maeght, La Hune, Jean Briance et Denise René, soit auprès d’artistes, notamment Cueco. Il se compose, pour plus de la moitié, d’estampes réalisées par des artistes nationaux, dont les noms figurent sur la liste fournie par le CNAP en 1982, comme Adami, Monory, Dorny, Aillaud, Soto, Cremonini, et d’un tiers de photographies produites pour moitié également par des artistes priorisés par l’État comme Brihat, Claude Batho, Clergue et Sieff. Cet ensemble compte par exemple la lithographie Crocodile réalisée par Aillaud avec l’atelier Franck Bordas en 1983 et l’album OPUS 50, édité par Georges Fall pour Opus International en 1974, composé de 22 estampes tirées à 150 exemplaires, dont celles d’Aillaud, Arroyo, Kowalski, Rancillac, Monony, Klasen, Schlosser, Erro, Equipo Cronica, acquis par l’artothèque chez A.B.C.D. Plusieurs photographies, Tulipe Noire et Oignon de Brihat, Le Rêve de Claude Batho, Tokyo de Klein et une photographie de la série La Vallée de la mort, réalisée par Sieff en 1977, font également partie de cette sélection.

Ces premiers achats confirment le souhait de la ville de suivre fidèlement les conditions d’attribution de la subvention de développement culturel accordée par le ministère de la Culture, en acquérant notamment un fonds pour l’artothèque où le nombre d’estampes supplante celui des photographies, et dans laquelle les artistes sélectionnés par le CNAP figurent en bonne place. Ce fonds initial tel qu’il a été constitué, souligne, avec évidence, l’inscription de l’artothèque de Vitré dans le cadre suivi par les artothèques créées au début des années 1980. Mais, il montre également la capacité que l’établissement a eu de se réinventer au fil des années. Car, aujourd’hui, ce qui fait la spécificité, voire, la notoriété de l’artothèque de Vitré, n’est pas cette partie de la collection, mais bien les photographies qui y sont réunies et qu’Isabelle Tessier, responsable de l’artothèque, a présentées, à l’été 2023, dans l’exposition La Collection (1983-2023). Les 40 ans de l’artothèque de Vitré Communauté, qui rappelle l’originalité et la grande qualité des acquisitions opérées, par l’artothèque depuis 1989, au moment où l’orientation de la collection s’est faite en faveur de la photographie.

La Collection (1983-2023) Les 40 ans de l’artothèque de Vitré Communauté, exposition réalisée par l’artothèque Le Quai des arts, 17 juin 2023-15 octobre 2023, commissariat Isabelle Tessier ©ARP 2023

Pour plus d’informations sur l’exposition La Collection (1983-2023) Les 40 ans de l’artothèque de Vitré Communauté voir https://www.lesartotheques.com/agenda/40-ans-de-la-collection/ et https://www.bretagne-vitre.com/agenda/lexposition-la-collection-1983-2023-par-lartotheque-le-quai-des-arts/

Rendez-vous sur la page Le Quai des arts pour en savoir plus sur l’artothèque de Vitré communauté https://www.vitrecommunaute.org/lartotheque-de-vitre/

Visite dans les archives – Annecy

L’équipe ARP s’est rendue à Annecy pour y découvrir l’artothèque dirigée par Marie Pontoire, qui nous a chaleureusement accueillis. Située au sein de la médiathèque Bonlieu, sa collection d’œuvres s’étend sur les trois étages de l’établissement. L’espace au rez-de-chaussée est dédié aux nombreuses estampes de la collection, l’espace d’exposition est, quant à lui, situé au premier étage, à côté duquel se trouve la collection de photographies. Au deuxième étage “la petite galerie”, dédiée à un public jeune, propose plus d’un millier d’œuvres.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est FullSizeRender-scaled.jpg.
Espace Artothèque de la bibliothèque d’agglomération Bonlieu – Annecy ©ARP 2023

Ouverte en 1984 sous l’impulsion du ministère de la Culture, l’artothèque conserve précieusement toutes ses archives que nous avons eu la chance de consulter, notamment la documentation relative à sa création. Parmi cette documentation figure un dossier sur la constitution du fonds de photographies. Particulièrement conséquent, il comprend notamment des recommandations – des listes d’artistes pour la photographie (Gisèle Freund, Jean-Loup Sieff, Gilles Hermann…) , ainsi que divers renseignements sur quelques galeries parisiennes (Galerie Baudouin Lebon, Creatis, Studio 666…) – faites par le CNAP (Centre national des arts plastiques) et le ministère de Culture. Dans cet ensemble, nous avons découvert une copie d’une lettre écrite par Jean Lacambre, conservateur et responsable du service de documentation du Musée national d’art moderne, datée du 23 octobre 1983, avec une liste de noms d’artistes photographiés par Félix Rozen. Dans cette lettre, Jean Lacambre accorde toute son attention au travail de ce peintre et sculpteur, qui a contribué à la création, pour le Musée national d’art moderne, « d’un fonds de plusieurs dizaines de photographies d’artistes allant bien au-delà des simples reportages », afin de le faire connaître.

Archives Internes de l’artothèque de la bibliothèque d’agglomération Bonlieu – Annecy, Registre d’inventaire Convention-Dépots, Lettre de Jean Lacambre, conservateur et responsable du service de documentation du Musée national d’art moderne, écrite le 23 octobre 1983 ©ARP 2023

Malgré la présence de cette lettre, aucune œuvre de Rozen n’est aujourd’hui conservée dans la collection de l’artothèque d’Annecy, alors même que les portraits d’artistes qu’elle mentionne représentent ceux sélectionnés par le CNAP. Actuellement, ces portraits sont conservés dans le fonds Félix Rozen accessible à la bibliothèque Kandinsky qui contient des supports photographiques collectés ou produits par Félix Rozen (diapositifs, négatifs noir et blanc et couleur, planches- contact, tirages de travail et d’exposition). Il s’agit principalement de reproductions d’œuvres, de photographies personnelles et de voyage, ainsi que les portraits d’artistes Appel, Christo, Messagier, Raynaud, Lam, Soulages etc., en couleurs et en noir et blanc achetés, en 1982, par le Musée national d’art moderne, proposés par Jean Lacambre.

Placée sans doute par le CNAP dans la documentation fournie aux artothèques, cette lettre trouvée dans les archives de l’artothèque d’Annecy, témoigne de l’ambition du ministère de la Culture de créer une documentation sur les artistes. Elle nous invite à chercher si elle a été suivie d’effets dans certaines artothèques.

Pour en savoir plus sur l’artothèque de la bibliothèque d’agglomération Bonlieu – Annecy https://bibliotheques.annecy.fr/infos-pratiques/actualites-infos-reseau/635-lartotheque-de-la-bibliotheque-bonlieu

Le Fonds Félix Rozen est décrit sur le site de la bibliothèque Kandinsky et est consultable sur place https://bibliothequekandinsky.centrepompidou.fr/opac?id=4bf5074a-f943-4ee6-a92b-0ef170605fa0

Visite dans les archives – Brest

Les Archives municipales de Brest – Itinérance d’une artothèque

Archives municipales de Brest ©ARP 2023

Dans le cadre de ses recherches sur les artothèques bretonnes, l’équipe ARP s’est rendue aux Archives municipales de Brest. En effet, dès 1982, la cité du Ponant souscrit au projet du Ministère de la Culture de créer sur son territoire une artothèque. L’année suivante, la nouvelle galerie de prêt d’œuvres d’art dresse un premier bilan des achats qu’elle a effectué grâce à la subvention de 200 000 francs allouée par l’État. Le dossier « Assurance des expositions (1970-1988) » (cote 360W17) conservé par les Archives municipales contient la liste des œuvres acquises durant l’année 1983. Il y en a 194, réalisées par 98 artistes.

Ces œuvres ne sont pas prêtées à des particuliers mais aux collectivités et notamment aux établissements scolaires. En effet, l’artothèque de Brest ne dispose pas encore d’un local lui permettant d’accueillir un public qui viendrait, individuellement, lui emprunter ses œuvres. Ce n’est que le 28 novembre 1985 que l’artothèque est officiellement inaugurée à la bibliothèque municipale de Brest, au sein du « carré des arts », qui regroupe le conservatoire de musique, l’école et le musée des beaux-arts. L’espace, d’une superficie de 100 m2, doit lui permettre de présenter les œuvres du fonds mais aussi des expositions temporaires. La galerie de prêt d’œuvres de Brest répond alors, en partie, aux attentes du Ministère de la Culture qui préconise des locaux d’une superficie de « 200 m2 minimum qui permette l’accrochage permanent du plus grand nombre possible d’estampes ou de photographies » ainsi qu’un « lieu d’exposition temporaire » (Ministère de la Culture, Direction du Livre et de la Lecture, « Les Artothèques dans les bibliothèques », mars 1984, cote 437W1, AM Brest).

AM de Brest, 360W17 – Assurance des expositions: Artothèque – 1984 – Liste des estampes et photographies d’art de la Galerie de prêt achetées en 1983 ©ARP 2023

Au cours de l’automne 1988, la mairie décide de transférer l’artothèque dans les locaux de la discothèque située quelques rues plus loin. Les dossiers 445W24 et 437W1 conservent des pétitions de même que de nombreuses lettres de protestations d’employé·es municipaux et d’administré·es brestois·es à l’attention de la mairie. L’artiste Yves Picquet écrit ainsi que « l’initiation à l’art contemporain », « l’organisation d’expositions » et « la mise en valeur du fonds de l’artothèque », qui sont les piliers de l’artothèque, sont remis en question par son déménagement au sein de la discothèque (Yves Piquet, « Lettre au Maire de Brest », 22 septembre 1988, cote 437W1, AM Brest).

Malgré ces démarches, la galerie de prêt partage pendant quelques années les locaux de la discothèque avant d’intégrer la médiathèque Saint-Marc dans le courant des années 1990. Puis, en 2000, elle revient dans le « carré des arts » mais cette fois-ci en s’installant au sein du musée.

AM de Brest, 437W1 – Association des Bibliothèques de France, Agence de coopération, Association ENKI, Artothèque : correspondance – 1994 – Galerie d’œuvre d’art 1989 – Plan de la future artothèque de Brest à la bibliothèque Saint-Marc ©ARP 2023

Les documents conservés par les Archives municipales de Brest permettent de mieux saisir l’histoire de l’artothèque de la ville, notamment en ce qui concerne sa création, la constitution de sa collection mais aussi ses multiples déménagements. Concernant ces derniers, la consultation des archives laisse entrevoir la façon dont la municipalité a géré le développement de la galerie de prêt d’œuvres au sein des bibliothèques de la ville. Enfin, les lettres de protestations ainsi que les différentes pétitions qui font suite au déplacement de l’artothèque dans la discothèque illustrent bien l’importance que revêt la structure artistique auprès de certain·nes administré·es de la cité du Ponant.

Les Archives municipales de Brest recèlent de nombreuses autres informations sur la galerie de prêt d’œuvres d’art, pour les consulter le lecteur peut se rendre à cette adresse : https://archives.brest.fr/

La Base de Données collections-artotheques du Projet ARP (épisode 1)

Création et Suivi

Pendant plusieurs mois, l’équipe ARP a développé avec Bulle Tuil-Leonetti, Ingénieure de recherche au sein de l’UAR3103 In Visu CNRS/INHA, une base de données ouverte sur les collections des artothèques publiques françaises. Celle-ci a été élaborée selon les pratiques FAIR et conçue avec le modèle de description standard open source Dublin Core qualifié implémenté dans l’outil open source OMEKA S. L’objectif était de concevoir une base de données adaptée aux spécificités du projet ARP dont le but est de recenser, réunir et mener des études comparées et statistiques, réalisées selon une approche à la fois quantitative et qualitative sur les collections des artothèques et leur écosystème culturel, social et économique.

Cette base de données, désormais opérationnelle, est hébergée par l’INHA sous le nom de domaine collections-artotheques. Actuellement, les membres de l’équipe, dont les étudiant.e.s inscrit.e.s en Master 1 et 2 Patrimoine et Musées de l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, effectuent la saisie dans la base de données des informations présentes dans les inventaires des collections des artothèques (noms des artistes, des producteurs et vendeurs, soit un ensemble d’acteurs du monde de l’art, éditeurs, imprimeurs-fabricants, galeries, agences photographiques, etc), collectés grâce à l’engagement de nos référents en région.

La base de données, dans sa version de travail, présente sept “collections” qui correspondent aux sept catégories sélectionnées par les membres de l’équipe : les artothèques, comme lieux de conservation des collections, les artothécaires, les conseillers artistiques et directeurs d’établissements, responsables des acquisitions et de la gestion des collections, les oeuvres acquises, les artistes, auteurs des oeuvres acquises pour faire collection, les producteurs qui ont contribué à l’élaboration des oeuvres, les vendeurs qui ont participé aux acquisitions.

Actuellement la “collection” Artistes est la plus documentée ; elle compte 1173 fiches dont celles des 192 artistes qui figurent sur les deux listes fournies – Estampes et Photographies – par le CNAP aux artothèques entre 1983 et 1986.

Parmi ces artistes, Gilles Aillaud auquel le Centre Pompidou consacre, jusqu’au 26 février une exposition Gilles Aillaud, Animal Politique https://www.centrepompidou.fr/fr/programme/agenda/evenement/DgS6TDU. Cet artiste, très présent, dans les collections des artothèques possède sa fiche “d’identité” dans la base de données, à laquelle est reliée la liste du CNAP sous la forme d’un document téléchargeable en pdf.

Quelques-unes de ses oeuvres ont déjà été intégrées à la collection “Oeuvres”, comme la lithographie Crocodile tirée à 30 exemplaires qu’Aillaud a réalisée en 1983, acquise en 1985 auprès du Studio Franck Bordas par l’artothèque de Toulouse, dont la collection a été déposée en 1995, au moment de sa fermeture, aux Abattoirs Musée-FRAC Occitanie Toulouse.

L’ensemble des informations – les années de réalisation et d’acquisition, le numéro de tirage, l’identité du vendeur – qui figurent dans cette fiche “Oeuvre” pourront être interrogées, comparées, croisées, une fois que les saisies seront plus nombreuses, avec celles réunies dans d’autres fiches oeuvres consacrées à la production d’Aillaud présente dans l’ensemble des artothèques publiques françaises en activité et fermées dont les collections auront été intégrées dans la base de données.

À terme, cet outil (dont l’accès public est prévu en 2026 par le biais d’une plateforme numérique hébergée par Huma-num ou AGORHA-INHA) recensera l’ensemble des collections des artothèques publiques. Il proposera ainsi le plus grand ensemble d’estampes et de photographies contemporaines interrogeable et donnera accès à des données historiques, économiques et matérielles jusqu’à présent inaccessibles transformant les recherches en histoire de l’art, en économie de l’art, en histoire culturelle etc.

Pour plus d’informations sur le laboratoire In Visu CNRS/INHA qui nous aide au quotidien dans l’élaboration de notre base de données voir https://invisu.cnrs.fr/

Visite dans les archives – Caen

L’artothèque de Caen-Espaces d’art contemporain – La découverte d’un Registre d’inventaire

Entrée de l'Artothèque de Caen-Espaces d'art contemporain, 2023 ©JL
Entrée de l’Artothèque de Caen-Espaces d’art contemporain ©ARP 2023

À l’occasion d’une visite à l’Artothèque de Caen, où Yvan Poulain assisté de Patrick Roussel, ont chaleureusement accueilli notre équipe, nous avons découvert un établissement culturel exceptionnel, situé dans le Palais Ducal, et sa très belle collection d’oeuvres acquises depuis 1986. Celle-ci compte aujourd’hui plus de 3600 oeuvres dont certaines sont empruntées quand d’autres sont en place sur leurs rayonnages numérotés.

Espace réservé à la collection de l’Artothèque de Caen-Espaces d’art contemporain, Rayonnages numérotés ©ARP 2023

Cette collection, qu’il est impossible de découvrir dans son intégralité, puisqu’elle circule en permanence, est pourtant consultable en totalité dans le registre d’inventaire de l’artothèque que Patrick Roussel et ses prédécesseurs ont minutieusement renseigné depuis 1986, oeuvre après oeuvre, année après année.

Archives Internes de l’Artothèque de Caen-Espaces d’art contemporain, Registre d’inventaire 1986-1995, vol.1 ©ARP 2023

Ce registre, que l’équipe a eu la chance de consulter et de numériser, compte trois volumes rédigés à la main, celles de Patrice Cotensin (premier responsable de l’artothèque de 1986 à 1990), de Claire Tangy ( responsable de l’artothèque jusqu’en 2018) et de Patrick Roussel (présent à l’artothèque depuis 1988). Le premier réunit les oeuvres acquises entre 1986 et 1995, le deuxième celles entrées entre 1996 et 2018, le troisième contient les acquisitions qui ont été réalisées depuis 2018. Ce registre rend compte au fil des pages de l’activité de soutien à la création de l’Artothèque de Caen en faveur de l’estampe, de la photographie, du multiple, mais aussi du dessin et témoigne de la richesse de la collection, de sa variété, de son originalité.

Archives Internes de l’Artothèque de Caen-Espaces d’art contemporain, Page du Registre d’inventaire 1986-1995, vol.1 ©ARP 2023

Les noms de Duport, Soulages, Viallat, Hartung, Cognée, Sol Lewitt, Trémorin y figurent, puis ceux de Pétrovitch, Nemours, Senadji, et plus récemment ceux de Valie Export et Nina Childress, sans que ces quelques noms cités ne fassent oublier que cette collection compte aujourd’hui plus de 600 artistes régionaux, nationaux et internationaux. Outre cette information, le déroulé des 190 pages du registre montre également une sélection d’affiches et de dépôts du FNAC, du CNAP-ADRA (Association de Développement et de Recherche sur les Artothèques) dont l’Artothèque de Caen est membre; ce qui a permis, depuis novembre 1997, que quelques commandes publiques d’estampes comme “Heureux le visionnaire dont la seule arme est le stylet du graveur”, “Quotidien” ou “Emanata”, entrent dans la collection.

Et, ceci n’est qu’un petit aperçu de ce que contient ce registre d’inventaire, dont la richesse documentaire permettra de reconstituer un monde d’artistes, d’éditeurs, de galeries, d’ateliers, de mécènes, de donateurs, etc sur lesquels il reste beaucoup à découvrir.

Pour en savoir plus sur l’Artothèque de Caen – Espaces d’Art contemporain https://www.artotheque-caen.net/

Parution d’un article sur l’histoire des artothèques publiques françaises dans la revue Nouvelles de l’estampe par Juliette Lavie

Juliette Lavie, cheffe du projet Les Artothèques publiques françaises et leurs collections 1982-2022 ARP (Artothèque-Recherche-Patrimoine) HiCSA Université Panthéon-Sorbonne Paris 1 /ANR (ANR-22-CE27-0007), vient de faire paraître, dans le numéro 268 de la revue Nouvelles de l’estampe dirigé par Philippe Sénéchal, l’article intitulé “Transposer à l’échelle nationale une expérience pilote. De la galerie de prêt d’œuvres d’art de la bibliothèque Grand’Place à Grenoble aux artothèques publiques (1976-1986)

Cette contribution à l’histoire des artothèques aborde la création et le fonctionnement de la première galerie de prêt d’œuvres d’art en bibliothèque inaugurée en 1976 à Grenoble par la municipalité d’Hubert Dubedout (1965-1983), puis le déploiement de cette expérience pilote à l’échelle nationale, entre 1982 et 1986, par le ministère de la Culture Jack Lang, avant de proposer un aperçu des premières politiques d’acquisitions d’œuvres multiples (estampes contemporaines et photographies) par l’étude des collections des artothèques d’Angers, de Montpellier, de Lyon, de Toulouse et de Caen constituées au cours de cette période grâce aux subventions allouées pour partie par l’Etat.

Suivez le lien ci-dessous pour accéder à la publication https://journals.openedition.org/estampe/3137