Les Artothèques. Histoire(s) de Collections II “Vivre en contact avec les oeuvres”

Artothèque d’Angers DR

Appel à communications (délai 1er juin 2022)

Cet appel a pour but de solliciter des communications qui pourront aborder soit la médiation au sein des artothèques et en regard d’actions de médiation réalisées dans les bibliothèques, les centres d’art, les musées, soit l’étude des collections des artothèques, sans limitation géographique ou chronologique et d’inviter les théoricien.nes. et les expert.e.s praticien.nes qui le souhaitent à contribuer à la table ronde sur Les voies de la médiation culturelle en artothèques : Quels scénarios pour le futur ?

Journée d’études organisée par l’équipe de recherche (ARP-UR 4100 HiCSA Paris 1 Panthéon-Sorbonne) en partenariat avec l’ADRA (11 octobre 2022 INHA)

Continuer la lecture de « Les Artothèques. Histoire(s) de Collections II “Vivre en contact avec les oeuvres” »

Les Artothèques. Histoire(s) de Collections est une manifestation que porte l’équipe de recherche ARP (Artothèque Recherche Patrimoine) de l’UR 4100 HiCSA de l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Pour sa deuxième édition, elle abordera l’étude des formes de médiation menées par les artothèques – lieu de prêt d’œuvres d’art – à partir de leurs collections. Le but de cette journée est de rappeler et d’analyser la singularité avec laquelle les artothèques envisagent la relation des publics – emprunteurs et visiteurs – aux œuvres, en mettant notamment à l’étude les actions et les formes de médiation qu’elles ont développées depuis 1976, en France, afin de « permettre à un large public de vivre en contact avec les œuvres [et] de faire entrer, plus que le font les musées, l’art contemporain dans l’intimité quotidienne de ceux qui le désireraient[1] ».

Cette manière d’envisager la rencontre entre les publics et les œuvres, qui distingue les artothèques des musées, héritée des idées du mouvement d’éducation populaire, Peuple et Culture, créé en 1945 et du projet culturel élaboré dès 1965 par la municipalité d’Hubert Dubedout à Grenoble, fondé sur la volonté de « porter la culture à domicile[2] », a été précisée par le ministère de la Culture de Jack Lang qui, en 1982, a transposé à l’échelle nationale l’expérience d’artothèque en bibliothèque inaugurée à Grenoble, afin de concrétiser son projet de décentralisation et de démocratisation culturelle[3]. Dans un modèle de convention qu’il établit, le ministère via le CNAP (Centre national des arts plastiques) fixe les missions de l’artothèque qui sont « de favoriser la rencontre du grand public avec l’expression artistique contemporaine […] [de] permettre à l’ensemble des catégories sociales d’intégrer dans leur environnement quotidien des témoignages de l’art contemporain de haute qualité, […] d’assurer aux œuvres acquises la diffusion la plus large sous forme de prêts aux particuliers et aux collectivités […] de proposer au public des expositions, une documentation ou toute autre forme de sensibilisation à l’art contemporain[4] ».

Continuer la lecture de « Les Artothèques. Histoire(s) de Collections II “Vivre en contact avec les oeuvres” »

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search