Archives par mot-clé : Humanités numériques

La Base de Données collections-artotheques du Projet ARP (épisode 2)

Enrichissement de la collection “Artistes”

La base de données connaît actuellement une avancée significative grâce à l’aide apportée par les 42 étudiant.e.s du Master Patrimoine et Musées de l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

Nous leur avons confié, après une présentation de la base de données, du vade-mecum et des outils numériques utiles aux recherches documentaires, la saisie de données dans la collection “Artistes” de la base. Ils ont travaillé à partir des inventaires des artothèques de Strasbourg, Le Ring à Nantes (fermée), Art delivery, Toulouse (fermée), La Roche-sur-Yon, Montpellier, Mulhouse, Le Frac-Artothèque Nouvelle Aquitaine et Grand Est/plus vite. Leur contribution a ainsi permis d’enrichir rapidement cette collection.

Capture d’écran de la base de données le 5 février 2024. Page Collection “Artistes”, 2612 fiches artistes figurent alors dans cette collection.

Après trois mois, le résultat a largement dépassé nos attentes. La collection “Artistes” qui était constituée de 2612 fiches avant leur contribution, compte désormais 4117 noms d’artistes et de collectifs. Ils sont ainsi parvenus à créer 1505 fiches de plus, soit environ 36 fiches par étudiant.es.

Capture d’écran de la base de données le 19 avril 2024. Page Collection “Artistes”, 4117 fiches artistes figurent désormais dans cette collection.

En quelques chiffres, et dans l’état actuel d’avancement de la saisie, nous pouvons dire qu’il y a 1149 artistes femmes, 2877 artistes français.e.s, environ 800 artistes internationaux qui ont vécu pendant une partie de leur carrière en France ou y vivent actuellement, 184 artistes états-unien.ne.s, 160 artistes allemand.e.s, 97 artistes suisses, 87 artistes britanniques, 37 artistes japonais.e.s, 14 artistes mexicain.ne.s, 14 artistes coréen.ne.s etc., représenté.e.s par au moins une œuvre dans les collections des artothèques.

Capture d’écran de la base de données le 19 avril 2024. Page 5 d’un ensemble de 46 pages de résultats ( soit 1149 fiches) liés à la recherche : les artistes femmes présentent dans la base de données.

Nous remercions chaleureusement l’ensemble des étudiant.e.s du Master Patrimoine et Musées de l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne pour leur travail, leur engagement et leur intérêt.

Nous poursuivons actuellement l’enrichissement de cette collection.

La Base de Données collections-artotheques du Projet ARP (épisode 1)

Création et Suivi

Pendant plusieurs mois, l’équipe ARP a développé avec Bulle Tuil-Leonetti, Ingénieure de recherche au sein de l’UAR3103 In Visu CNRS/INHA, une base de données ouverte sur les collections des artothèques publiques françaises. Celle-ci a été élaborée selon les pratiques FAIR et conçue avec le modèle de description standard open source Dublin Core qualifié implémenté dans l’outil open source OMEKA S. L’objectif était de concevoir une base de données adaptée aux spécificités du projet ARP dont le but est de recenser, réunir et mener des études comparées et statistiques, réalisées selon une approche à la fois quantitative et qualitative sur les collections des artothèques et leur écosystème culturel, social et économique.

Cette base de données, désormais opérationnelle, est hébergée par l’INHA sous le nom de domaine collections-artotheques. Actuellement, les membres de l’équipe, dont les étudiant.e.s inscrit.e.s en Master 1 et 2 Patrimoine et Musées de l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, effectuent la saisie dans la base de données des informations présentes dans les inventaires des collections des artothèques (noms des artistes, des producteurs et vendeurs, soit un ensemble d’acteurs du monde de l’art, éditeurs, imprimeurs-fabricants, galeries, agences photographiques, etc), collectés grâce à l’engagement de nos référents en région.

La base de données, dans sa version de travail, présente sept “collections” qui correspondent aux sept catégories sélectionnées par les membres de l’équipe : les artothèques, comme lieux de conservation des collections, les artothécaires, les conseillers artistiques et directeurs d’établissements, responsables des acquisitions et de la gestion des collections, les oeuvres acquises, les artistes, auteurs des oeuvres acquises pour faire collection, les producteurs qui ont contribué à l’élaboration des oeuvres, les vendeurs qui ont participé aux acquisitions.

Actuellement la “collection” Artistes est la plus documentée ; elle compte 1173 fiches dont celles des 192 artistes qui figurent sur les deux listes fournies – Estampes et Photographies – par le CNAP aux artothèques entre 1983 et 1986.

Parmi ces artistes, Gilles Aillaud auquel le Centre Pompidou consacre, jusqu’au 26 février une exposition Gilles Aillaud, Animal Politique https://www.centrepompidou.fr/fr/programme/agenda/evenement/DgS6TDU. Cet artiste, très présent, dans les collections des artothèques possède sa fiche “d’identité” dans la base de données, à laquelle est reliée la liste du CNAP sous la forme d’un document téléchargeable en pdf.

Quelques-unes de ses oeuvres ont déjà été intégrées à la collection “Oeuvres”, comme la lithographie Crocodile tirée à 30 exemplaires qu’Aillaud a réalisée en 1983, acquise en 1985 auprès du Studio Franck Bordas par l’artothèque de Toulouse, dont la collection a été déposée en 1995, au moment de sa fermeture, aux Abattoirs Musée-FRAC Occitanie Toulouse.

L’ensemble des informations – les années de réalisation et d’acquisition, le numéro de tirage, l’identité du vendeur – qui figurent dans cette fiche “Oeuvre” pourront être interrogées, comparées, croisées, une fois que les saisies seront plus nombreuses, avec celles réunies dans d’autres fiches oeuvres consacrées à la production d’Aillaud présente dans l’ensemble des artothèques publiques françaises en activité et fermées dont les collections auront été intégrées dans la base de données.

À terme, cet outil (dont l’accès public est prévu en 2026 par le biais d’une plateforme numérique hébergée par Huma-num ou AGORHA-INHA) recensera l’ensemble des collections des artothèques publiques. Il proposera ainsi le plus grand ensemble d’estampes et de photographies contemporaines interrogeable et donnera accès à des données historiques, économiques et matérielles jusqu’à présent inaccessibles transformant les recherches en histoire de l’art, en économie de l’art, en histoire culturelle etc.

Pour plus d’informations sur le laboratoire In Visu CNRS/INHA qui nous aide au quotidien dans l’élaboration de notre base de données voir https://invisu.cnrs.fr/