Archives par mot-clé : Exposition

L’ Artothèque d’Angers fête ses 40 ans

Traversée # 1 (15 mai-22 septembre 2024)

Le 14 mai dernier, le premier des deux volets de l’exposition Traversée, organisés pour célébrer les quarante ans de l’artothèque d’Angers, a été inauguré. Traversée # 1 propose, jusqu’au 22 septembre, une plongée dans la collection de l’artothèque conçue à partir d’une sélection d’œuvres représentatives des acquisitions réalisées au cours des quarante années de soutien à la création et opéré par les deux responsables successives de l’artothèque, Joëlle Lebailly (1983-2013) et Élodie Derval (depuis 2013).

Vue de l’accrochage Traversée # 1 présenté dans l’espace de l’artothèque d’Angers ©ARP2024

Ce premier accrochage présente les œuvres du collectif Bruni/Babarit, d’Andy Goldsworthy, de Mario Giacomelli, Paola De Pietri, Alix Delmas, Claire Trotignon, Marc Deneyer, Franck Gérard, Éric Fonteneau, Amélie Labourdette, Mélanie Delattre-Vogt, Christophe Mauberret, Anne Favret & Patrick Manez, Camille Hervouët, William Klein, Chimène Denneulin, Sylvie Fajfrowska, Martine Aballéa, Georges Rousse, Denis Darzacq, Chema Madoz, Laurent Dejente, Mathieu Delalle, Dieter Appelt, Isabelle Waternaux, Djamel Tatah, Patrick Tosani, Bruce Wrighton, Yann Thoreau, Vivian Meyer.

Vue de l’accrochage Traversée # 1 présenté dans l’espace de l’artothèque d’Angers ©ARP2024

Ce premier volet est aussi l’occasion de rendre hommage à Joëlle Lebailly, à ses choix, ses actions, qui ont fait de l’artothèque l’établissement culturel qu’il est devenu et dont la collection de plus de 1385 pièces est l’une des plus riches de France, ce dont témoigne l’ensemble des douze œuvres retenues de Farida Le Suavé, Claire Maugeais, Bernard Calet, Anne-Marie Filaire, Jean-Christophe Ballot, Laurent Millet, Chrystèle Lerisse, Frédérique Lucien, Olivier Péridy, Pierrick Naud, Elina Brotherus et Jérôme Boutterin.

De gauche à droite et de haut en bas : les œuvres de Laurent Millet, Frédérique Lucien, Claire Maugeais et Pierrick Naud, Hommage à Joëlle Lebailly à l’occasion de l’accrochage traversée # 1 ©ARP2024

Enfin, quelques documents d’archives retracent l’histoire de l’artothèque d’Angers.

Cette vitrine présente des articles publiés à l’occasion de l’inauguration de l’artothèque en 1984, un numéro de la revue Rar éditée par l’artothèque, l’ouvrage édité à l’occasion des 20 ans de l’artothèque d’Angers et les trois catalogues édités à l’occasion des commandes publiques réalisées par le Cnap (Centre national des arts plastiques) en partenariat avec l’ADRA (Association de Développement et de Recherche sur les Artothèques) ©ARP2024

L’organisation de cette traversée a été réalisée par Anne Esnault, conservatrice en chef du patrimoine, directrice des musées d’Angers, Élodie Derval, responsable de l’Artothèque et commissaire de l’exposition, les assistantes d’exposition Sandrine Fauché, Lydia Blin, et les médiateurs référents Cédric Bernardeau, Virginie Lepéculier et Mari Le Roy.

Double page 6-7 de la brochure Le RU M’A Musées d’Angers publiée à l’occasion des 40 ans de l’artothèque d’Angers et de l’exposition Paysage matière à pensées réalisée en partenariat avec le FRAC des Pays de la Loire ©ARP2024

Pour retrouver le programme des festivités prévues à l’occasion de cet anniversaire https://musees.angers.fr/expositions/evenement/76815-les-40-ans-de-lartotheque-dangers-traversee1/index.html

Entretiens — L’arthotèque-Galerie Pierre Tal-Coat d’Hennebont

Panneau situé à l’entrée du centre socioculturel d’Hennebont ©ARP 2023

En janvier 1999, l’artothèque d’Hennebont inaugure ses espaces. La brochure municipale annonçant son ouverture indique que sa collection est riche de plus de 400 œuvres (gravures, sérigraphies, lithographies, photographies, etc.) témoignant de la création artistique allant des années 1950 jusqu’à la dernière décennie du XXème siècle. Afin d’en apprendre davantage sur cette structure municipale, l’équipe ARP a rencontré Jean-Philippe Dhollande, directeur de la culture de la ville d’Hennebont, ainsi que Fanny Gingreau, responsable de l’artothèque-galerie. De cette rencontre résulte des entretiens dont nous reproduisons ici quelques extraits.

Vue de l’artothèque d’Hennebont ©ARP 2023

Équipe ARP : « Pouvez-vous revenir sur l’histoire de l’artothèque-galerie ? »

Jean-Philippe Dhollande : « L’artothèque est liée à l’histoire de ce bâtiment [le centre socio-culturel, qui comprend notamment la médiathèque, l’artothèque et la galerie] et à Jacques Guilchet. C’est lui qui a créé cette médiathèque en 1985 […] et qui a accompagné la création de l’artothèque avec Thierry Le Saëc. »

Fanny Gingreau : « Dans les années 1980/1985, l’équipe municipale, avec Jacques Guilchet et Thierry Le Saëc, s’est intéressée à l’accessibilité à l’art, à la démocratisation de l’art. De fait, la collection [de l’artothèque] a commencée à être créée dans ces années-là. […] Il y a, selon moi, plusieurs époques dans l’histoire de l’artothèque. La première est celle de Thierry Le Saëc et de Béatrice Frutos [la première responsable de l’artothèque]. Ensuite, il y a la période où Lucie Cabanne a la charge de la structure. Toutefois, l’accessibilité à l’art voulue par la mairie dans les années 1980 est toujours présente aujourd’hui.

Vue de la galerie jouxtant l’artothèque d’Hennebont ©ARP 2023

Équipe ARP : « Quelles étaient et quelles sont les missions de l’artothèque ? »

Jean-Philippe Dhollande : « Le projet des artothèques, c’était de rendre l’art contemporain accessible. Il y avait cette idée de démocratisation de la culture. […] L’art est un support à la discussion, il faut que ça le reste. Les trois principes sur lesquels a été créée l’artothèque sont toujours d’actualité :  la constitution d’un fonds d’art contemporain ; le soutien à la création par les achats ; rendre accessible l’art contemporain à un large public via le prêt d’œuvres. »

Fanny Gingreau : « Aujourd’hui, l’objectif est de continuer à constituer la collection. […] La diffusion de la collection reste vraiment le cœur de mon travail. Il s’agit de faire le lien entre les artistes et les abonnés [de l’artothèque]. […] L’idée, c’est de trouver des publics les plus divers et les sensibiliser à l’art. »

Vue de l’artothèque d’Hennebont ©ARP 2023

Équipe ARP : « Comment s’est constituée la collection d’œuvres de l’artothèque et comment continue-t-elle à s’enrichir ? »

Fanny Gingreau : « À partir de 1985, il y a eu des expositions dans le hall de la médiathèque. […] Les acquisitions se faisaient auprès des artistes qui exposaient. […] Il y a également eu un partenariat avec le festival « L’art dans les chapelles » […] car la ville d’Hennebont était sur le parcours de cette manifestation artistique. […] Je trouve que l’artothèque est un endroit qui permet d’avoir des artistes reconnus, comme Soulages, Alechinsky […] et en même temps, c’est aussi le lieu où l’on peut rencontrer des artistes du territoire. […] J’ai une programmation qui est très liée aux artistes de la région et j’achète à chaque exposition une œuvre. Cela fait partie de la politique de soutien aux artistes portée par l’artothèque. […] Pour sortir un peu de la dimension locale de la collection, je compte beaucoup sur les dépôts et sur les dons. Les commandes du CNAP, que nous conservons en dépôt, donnent une dimension nationale à la collection. […] Lorsque l’on parle de constituer la collection comme un panorama de l’art actuel, il y a un biais puisqu’il s’agit d’un panorama de l’estampe et de la gravure, donc d’une partie seulement de l’art contemporain. On ne reflète pas l’art vidéo, la performance, etc. mais seulement ce qui se fait actuellement dans la limite de ce qui est empruntable ».

Jean-Philippe Dhollande : « Au départ, je pense que c’était Thierry Le Saëc qui choisissait les œuvres. […] Après, avec Béatrice Frutos puis avec Lucie, on faisait des prospections et j’ai aidé au choix des œuvres. […] Aujourd’hui, on achète une œuvre des artistes que l’on expose à la galerie et puis après, c’est au gré des sollicitations, des rencontres que fait Fanny Gingreau et puis ce qu’elle imagine qu’il y a à compléter dans le fonds […]. L’artothèque doit être le reflet de l’art actuel ».

Vue de l’artothèque d’Hennebont ©ARP 2023

Équipe ARP : « Souhaitez vous favoriser un courant ou une tendance de l’histoire de l’art en particulier ? »

Jean-Philippe Dhollande : « Non. Ce qui est intéressant c’est de montrer la diversité de ce qui se fait. Cela étant, la nature des acquisitions évolue selon celui ou celle qui les fait. Les programmations dans la galerie sont différentes également selon celui ou celle qui est en poste à ce moment-là. La dimension subjective est très importante dans les choix des acquisitions. Et puis, en vingt-cinq ans le public a changé.

Fanny Gingreau : « J’aimerais bien de ne pas favoriser un mouvement. J’ai envie de représenter le panorama de ce qui se fait actuellement. […] J’ai plusieurs œuvres assez figuratives dont l’objet est le lien avec la nature. Mais j’aime beaucoup l’abstraction et notamment celle qui se rapproche de l’abstraction lyrique. Je n’ai pas vraiment de lignes ou d’axes prédéfinis, ma volonté c’est d’être la plus éclectique possible. Il y a tout de même des thèmes récurrents : le lien avec la nature, l’humain, l’introspection. […] Ce sont beaucoup les questions d’actualité qui président à mes choix. […] Au départ, je ne sélectionnais que des artistes qui faisaient de la gravure, des estampes ou de la photo mais j’avais l’impression de m’enfermer. Par la suite, il y a eu des achats d’aquarelles, des dessins, des volumes, des pièces uniques ont intégrées la collection. Aujourd’hui, j’ai envie de m’ouvrir à d’autres médiums, d’autres techniques. J’ai envie de plus de volume, j’ai envie de sortir des murs, de sortir du cadre. »

Vue de l’artothèque d’Hennebont ©ARP 2023

Équipe ARP : « Quels liens entretenez-vous avec les structures municipales, régionales et nationales ? »

Jean-Philippe Dhollande : « Le fonds de l’artothèque est parfois mis à profit d’actions municipales. Aussi, à l’occasion de la Semaine de la petite enfance, une partie du fonds qui traite de ce sujet a été exposé. Il en va de même pour le sport, par exemple. En ce qui concerne le milieu scolaire, cela fait trois ans que l’on met en place des parcours d’éducation artistique et culturel (EAC) qui sont fortement encouragés par la DRAC [Direction régionale des Affaires culturelles] et l’éducation nationale. Il s’agit de visites de la galerie et d’emprunts d’œuvres à la bibliothèque selon un projet pédagogique élaboré par l’établissement scolaire. Par ailleurs, nous entretenons des relations avec la DRAC en tant que bénéficiaire de ses subventions. Nous avons également des rapports avec le FNAC [Fonds national d’art contemporain] car nous avons certaines de leurs œuvres en dépôt [notamment les portfolios Estampes et Révolution, 200 ans après et Heureux le visionnaire dont la seule arme et le stylet du graveur, commandés par le ministère de la Culture en 1989 et en 1996]. Enfin, nous sommes en lien avec le CNAP [Centre national des arts plastiques] qui passe, avec l’ADRA [Association de développement et de recherche sur les artothèques], des commandes auprès des artistes.

Fanny Gingreau : Le lien avec l’ADRA est important car les commandes d’estampes réalisées conjointement avec le CNAP (Quotidien, Emanata et Les temps changent) [et qui intègrent la collection de l’artothèque sous la forme de dépôts], permettent de garder une vision plus nationale sur la création artistique. Je travaille également en collaboration avec d’autres structures. Il y a la galerie Le Lieu [tenue par une association, en partenariat avec la ville de Lorient] qui est tournée vers la photo (cela explique pourquoi l’artothèque d’Hennebont ne conserve pas beaucoup de photos, sans pour autant qu’il y ait de chasse gardée) ; il y a la galerie du Faouëdic [espace d’exposition municipal, à Lorient] qui expose des artistes plus connus ou émergents ; il y a aussi l’Atelier d’Estienne à Pont-Scorff [centre d’art contemporain municipal] qui présente davantage d’artistes nationaux. Je pense qu’on est assez complémentaires dans nos programmations. Il y a aussi le domaine de Kerguéhennec [centre d’art contemporain géré par le département du Morbihan] mais qui est un peu plus éloigné de nous. Une fois par an (en fin d’année, d’octobre à décembre), il y a une exposition commune avec ces structures artistiques qui proposent un parcours à travers différents centres d’art du pays de Lorient. En ce moment [décembre 2023], il y a les « Rencontres photographiques du pays de Lorient » et c’est la galerie Le Lieu qui a en a la direction artistique. L’exposition actuelle à la galerie de l’artothèque d’Hennebont (Amélie Labourdette, « KÓSMOS ») rentre dans ce cadre de ce partenariat.

Aujourd’hui, la collection de l’artothèque d’Hennebont est riche de plus de 1100 œuvres dont l’immense majorité peut être empruntée. Outre le prêt, l’artothèque continue son travail de diffusion et de valorisation de l’art contemporain par le biais d’expositions, de projets d’éditions, d’ateliers d’animation et de médiation, etc.

L’artothèque-galerie d’Hennebont dispose d’un site internet sur lequel vous pouvez consulter le catalogue de la collection mais aussi son actualité.

Préparation de l’envoi de la commande d’œuvres d’art imprimé, “Les temps changent…” Cnap-Adra

Livret réalisé par la graphiste Line Martin-Célo © Line Martin-Célo

Après Quotidien (2019) et Emanata (2021), Les temps changent… est la nouvelle commande que réalise le Centre national des arts plastiques (Cnap) sur l’initiative du ministère de la Culture en partenariat avec l’Association de développement et de recherche sur les artothèques (ADRA). Cette commande d’œuvres d’art imprimé compte cette année six cent quarante-huit œuvres – sérigraphie, héliogravure, risographie, eau-forte, lithographie, pochoir – réalisées par douze artistes sélectionnés Pauline Barzilaï, Tamaris Borrelly, Io Burgard, Alix Delmas, Leah Desmousseaux, Vanessa Dziuba, Juliette Green, Seulgi Lee, Diego Movilla, Paul Pouvreau, Super Terrain, Agnès Thurnauer.

Chacun a travaillé en collaboration avec un atelier parmi les treize retenus (Atelier Arcay, Atelier Michaël Woolworth, Atelier René Tazé, Atelier R.L.D, Écran total, Fidèle, Héliog – Atelier Fanny Boucher, La Fraternelle-Maison du peuple, La presse purée, L’Estampe moderne, Lézard graphique, l’Institut sérigraphique, Tchikebe) pour produire une œuvre qui témoigne de la grande vitalité du multiple en France, du maintien des savoir-faire et de l’innovation des ateliers d’impression.

Depuis quelques jours, un ensemble d’exemplaires de la commande sont en cours de préparation à Vitré, conditionnés par les soins de l’ADRA, pour rejoindre dans les semaines à venir le réseau en vue d’être intégrés aux collections des trente-cinq artothèques réparties sur le territoire.

Préparation de l’envoi de la commande œuvres d’art imprimé “Les temps changent…” Cnap-Adra, Vitré, 30 janvier 2024 ©ARP2024

Depuis le 3 février un exemplaire du CNAP est exposé à l’artothèque de Caen, il retrouvera ensuite les collections du FNAC. Quant aux autres exemplaires, ils seront présentés dans chaque établissement et mis ensuite à la disposition des emprunteurs des artothèques, contribuant, ainsi, à la diffusion de l’art contemporain.

Le Cnap présente la commande et les conditions qui ont permis la sélection des douze artistes retenus https://www.cnap.fr/les-laureats-de-la-commande-nationale-destampes-les-temps-changent

Pour plus d’informations sur la commande, sur les lauréats et les ateliers lire le communiqué de presse https://www.cnap.fr/sites/default/files/CP%20-%20Laur%C3%A9ats%20commande%20nationale%20destampes%20%20Les%20temps%20changent.pdf

L’ADRA présente la commande et sa diffusion sur son site https://www.lesartotheques.com/agenda/1906/

Nous vous engageons également à visionner les cinq vidéos réalisées par le Cnap et publiées sur sa chaîne Youtube. Celles-ci sont consacrées à la commande et montrent la réalisation des œuvres dans quelques ateliers d’impression https://www.youtube.com/@cnap-centrenationaldesarts7004/search?query=les%20temps%20changent

Takesada Matsutani à l’Institut national d’histoire de l’art

L’équipe ARP se saisit de l’occasion que lui donne l’exposition d’une sélection de quatre estampes de Takesada Matsutani (né en 1937) à l’Institut national d’histoire de l’art, pour signaler la présence d’une œuvre de cet artiste dans les collections de l’artothèque de Caen et de l’artothèque de L’Aisne.

Celles-ci ont acquis, respectivement, en 2019 et en 2023, auprès de Fecit Pinxit – L’Institut des métiers de l’estampe originale – , le portfolio Faire bonne impression, dans lequel se trouve l’œuvre Circle Yellow que Takesada Matsutani a réalisée en taille douce avec Les ateliers Moret. C’est ainsi, par l’acquisition de ce portfolio, tiré à 30 exemplaires, composé de dix estampes réalisées dans dix ateliers par dix artistes, imprimé en 2019 à l’occasion de la manifestation Le Siècle Soulages organisée par la ville de Rodez et Rodez Agglomération, que ces deux artothèques ont fait entrer cet artiste japonais, résidant en France, dans leurs collections.

Archives Internes de l’Artothèque de Caen-Espaces d’art contemporain, Registre d’inventaire 2018-, vol.3, page sur laquelle figure l’achat du portfolio Faire bonne impression. Portfolio de 10 estampes, 13/30, acquisition 2019 auprès de Fexit-Pincit ©ARP 2023

L’exposition réalisée à l’occasion de la donation par Takesada Matsutani d’une partie importante de son oeuvre gravé est à voir à l’INHA au 2-4 rue Vivienne, 75002 Paris. Pour plus d’informations sur la donation : https://www.inha.fr/fr/actualites/actualites-de-l-inha/en-2020/donation-de-takesada-matsutani-a-l-institut-national-d-histoire-de-l-art.html

Pour plus de détails sur le portfolio Faire bonne impression https://www.fecit-pinxit.fr/estampes/les-ateliers-moret-avec-takesada-matsutani-didier-manonvillier-matthieu-perramantthomas-fouque/

Visite dans les archives – Rennes

Les Archives de la critique d’art de Rennes – L’artothèque sur les rails

Les recherches de l’équipe ARP concernant les artothèques de Bretagne nous ont conduits aux Archives de la critique d’art de Rennes. Créée en 1989, cette structure conserve des fonds d’archives de critiques, de théoricien·nes, d’historien·nes de l’art, d’artistes, de collectionneur·euses, de galeries, de centres d’art, de manifestations culturelles et d’institutions. Et parmi ces dernières, la DRAC (Direction Régionale des Affaires Culturelles) Bretagne. Les DRAC sont placées sous l’autorité des préfet·es de région et sont chargées de mettre en œuvre, au niveau régional, la politique culturelle définie par le gouvernement. En liaison avec la Délégation aux arts plastiques, les DRAC interviennent dans le domaine de l’art contemporain et font partie des acteurs majeurs de la création des artothèques.

Le fonds d’archives de la DRAC Bretagne contient de nombreuses informations sur la création des artothèques et sur leurs premiers mois d’existence. On apprend ainsi qu’en 1982, trois villes bretonnes souhaitent ouvrir des galeries de prêt d’œuvres d’art. L’année suivante, l’artothèque de Vitré débute ses activités ; puis en 1984, c’est au tour de celle de Saint-Brieuc. Quant à Brest, c’est en 1985 qu’elle accueille son public.

            C’est également en 1985 que le Ministère de la Culture lance la première édition de la « Ruée vers l’art », dans le cadre du « Mois des musées et des arts plastiques ». Plus de quatre cents manifestations artistiques sont alors prévues partout en France en novembre. En Bretagne, la DRAC organise – avec le concours de la SNCF Bretagne et les artothèques de Brest, de Saint-Brieuc et de Vitré – l’« Artothèque sur les rails ». Du 7 au 29 novembre, un « wagon-exposition » réalise quotidiennement les trajets Rennes-Brest et Rennes-Quimper afin de présenter une sélection d’œuvres acquises et conservées par les galeries de prêts bretonnes. Le double objectif de cet évènement est de faire connaître les artothèques et de familiariser le public avec l’estampe.

Archives de la Critique d’art, Rennes, FR ACA DRAC K0391 34003 – Dossier France. Bretagne. La Ruée vers l’art – 1985 – Communiqué de presse. Artothèque sur les rails. Brest – Saint-Brieuc – Vitré ©ARP 2023

Dix-neuf artistes français·es et étranger·es sont ainsi exposé·es. Leurs préoccupations les rapprochent des tendances figuratives des années 1960, 1970 et du début des années 1980 comme la nouvelle figuration, la figuration narrative ou encore la figuration libre. Les organisateur·ices de cette exposition itinérante souhaitent en effet, selon le « Communiqué de presse »retrouvé par l’équipe ARP, « montrer quelques aspects de la figuration contemporaine dans ses rapports au récit, à la narration, à la fiction ». Quinze de ces artistes sont inscrits sur la « Liste des estampes » fournie par le CNAP (Centre National des Arts Plastiques) aux artothèques lors de leur création et qui leur fournit une première sélection pour l’acquisition de leurs œuvres. Aussi, l’« Artothèque sur les rails » expose des estampes d’Eduardo Arroyo, de Valerio Adami, d’Henri Cueco, de Gérard Fromanger, de Peter Klasen, de Jacques Monory, de Bernard Rancillac, d’Hervé Télémaque, de Wolfgang Gäfgen, de Joël Kermarrec, d’Antonio Recalcati, de Gérard Schlosser, de Leonardo Cremonini, de Roberto Matta et de Gérard Titus-Carmel. Les autres artistes présenté·es sont Jean-Charles Blais, Hervé Di Rosa, Jean Le Gac et [Jill ?] Culiner.

            Si l’équipe n’a pas encore eu la possibilité d’en savoir plus sur cet évènement (déroulé, réception, etc.), ces documents de la DRAC Bretagne conservés aux Archives de la critique d’art de Rennes nous ont tout de même permis d’en apprendre davantage sur les politiques de démocratisation et de décentralisation de l’art menées par le Ministère de la Culture (Mois des musées et des arts plastiques, « Ruée vers l’art », etc.) et sur le rôle qu’ont pu y jouer les artothèques.

Pour en savoir plus sur les documents conservés par les Archives de la critique d’art, le lecteur peut consulter son catalogue en ligne à cette adresse: https://www.archivesdelacritiquedart.org/

L’ Atelier d’Éric Seydoux

Une exposition événement à voir à la Bibliothèque nationale de France, site François Mitterrand, Galerie des donateurs (21 novembre 2023 au 21 janvier 2024)

Actuellement, se tient à la Bibliothèque nationale de France, sur le site François Mitterand, l’exposition L’Atelier Éric Seydoux. Celle-ci était attendue par les membres de l’équipe ARP, car elle présente le parcours, les engagements, et l’activité de l’imprimeur et éditeur en sérigraphie Éric Seydoux (1946-2013) dont les estampes, les affiches et parfois les livres font partie des collections de nombreuses artothèques publiques françaises.

Parmi les soixante oeuvres exposées dans la galerie des donateurs de la BnF certaines font écho à celles présentes à Caen, qui a reçu en don une sérigraphie d’Al Martin par l’atelier Éric Seydoux en 1997 et conserve douze oeuvres, de Pierre Buraglio, Philippe Compagnon, Frédérique Lucien, Didier Mencoboni, Paul Cox et Jean Zuber, éditées par l’atelier. Au-delà de cet exemple, l’exposition a permis aux membres de l’équipe de constater la diversité du réseau d’artistes – Guy de Rougemont, Buraglio, Hélène Delprat, Claude Viallat, Pierre Soulages, Françoise Pétrovitch – avec lesquels Éric Seydoux a collaborés, et ainsi de connaître une part de l’écosystème soutenu par les acquisitions des artothèques au cours des quarante années d’existence de ce lieu unique de l’impression et de l’édition d’art en France.

Pour en savoir plus sur l’exposition L’Atelier Éric Seydoux dont le commissariat a été réalisé par Céline Chicha-Castex et Cécile Pocheau-Lesteven, département des Estampes et de la photographie, BnF, suivre le lien https://www.bnf.fr/fr/agenda/latelier-eric-seydoux