Archives par mot-clé : Estampes

Visite dans les archives — Mulhouse

La Bibliothèque municipale de Mulhouse éditrice d’estampes — Geneviève Munch, Cocktail Explosif, lithographie tirée par l’atelier Michael Woolworth, printemps 1988.

Archives Municipales de Mulhouse, Service de la bibliothèque Grand’rue, 1269W137, Circulaire adressée par le maire de Mulhouse, Joseph Klifa, à la municipalité, datée du 7 avril 1988, version annotée “Approuvé par la municipalité le 18 avril 1988”, ©ARP2024

Le 7 avril 1988, le maire de Mulhouse, Joseph Klifa rédige une circulaire à l’attention du conseil municipal concernant l’édition d’estampes par la bibliothèque municipale Grand’rue dans laquelle une artothèque a été inaugurée en 1984. Il s’agit alors de donner la possibilité à la bibliothèque de “devenir éditeur ou co-éditeur de lithographies d’artistes régionaux” pour répondre non seulement à la demande du public, mais aussi à “la mission d’aide à la création inhérente à l’existence même de l’artothèque” en permettant “à de jeunes artistes locaux de publier leurs travaux avec le soutien d’un lithographe confirmé”. Le projet est alors de proposer à Mulhouse “cette forme d’édition que d’autres artothèques pratiquent couramment avec beaucoup de succès.”

La municipalité approuve l’initiative et la possibilité, le cas échéant, d’y associer “l’ACTA (Agence culturelle et technique d’Alsace) favorable à ce type de coopération”. La première édition est immédiatement lancée avec l’artiste strasbourgeoise, Geneviève Munch, et le lithographe Michael Woolworth, dont l’atelier est à Paris, déjà sélectionnés par l’artothécaire, Anne Fléchon, comme l’indique le devis établi par Michael Woolworth, le 9 mars 1988, au moment du SAGA (Salon des arts graphiques et de l’édition d’art) organisé au Grand Palais.

Archives Municipales de Mulhouse, Service de la bibliothèque Grand’rue, 1269W137, Devis réalisé par Michael Woolworth pour l’édition “d’1 lithographie de Geneviève Munch, (format 56×76 cm, Vélin d’Arches 250g, 60 exemplaires, 3 passages (8603 fr.), 5 passages (13882 fr.) ces prix incluent le tirage, les essais ainsi que l’achat du papier”, Paris Grand Palais, daté du 9 mars 1988, ©ARP2024

En juin 1988, le tirage de l’œuvre de Geneviève Munch Cocktail explosif est réalisé. Il s’agit d’une lithographie format Jésus 76×56 cm imprimée en 3 couleurs, tirée à 60 exemplaires sur Vélin d’Arches 250g que complètent 10 épreuves d’artiste dont “le suivi et le tirage ont été assuré par Michael Woolworth”. Immédiatement, une conférence de presse est organisée pour faire connaître la nouvelle activité de la bibliothèque et l’œuvre éditée. La presse locale, le taille-doucier et éditeur Rémy Bucciali, le photographe et directeur de l’AMC (Association Mulhousienne de la Culture) Paul Kanitzer, M. Blondel qui préside l’ACTA, le graveur et professeur de l’École des Beaux-Arts de Mulhouse, Robert Simon, et la directrice du FRAC Alsace Évelyne Schmitt , comptent parmi les invités.

Aussitôt la question de la diffusion et de la mise en vente à 500 fr des 60 exemplaires de la lithographie se pose. Danielle Taesch, qui dirige la bibliothèque, et Anne Fléchon contactent leurs collègues artothécaires, Joëlle Lebailly de l’artothèque d’Angers, Christiane Talmard qui dirige celle d’Annecy, Jeanne Holveck à Lyon et Patrice Cotensin à Caen afin de les leur proposer. Ce dernier répond à Anne Fléchon et lui signale que “l’artothèque de Caen édite des estampes et multiples depuis janvier 1987”. Il lui propose non pas d’acheter la lithographie originale éditée par Mulhouse, mais de procéder à des échanges d’éditions, argumentant que “cela serait une façon originale et non-commerciale d’enrichir nos collections respectives.”

Archives Municipales de Mulhouse, Service de la bibliothèque Grand’rue, 1269W137, Lettre de Patrice Cotensin adressée à Anne Fléchon, sur laquelle figure la note manuscrite de Danielle Taesch (Anne pourquoi pas?), datée du 11 juillet 1988, ©ARP2024

L’idée séduit Danielle Taesch qui lui écrit le 25 juillet 1988 pour lui indiquer son souhait d’obtenir “des photos de la lithographie de Robert Maggiani, du bois de Jacques Deschamps et de l’album de sérigraphies de J. Cl. Mattrat Atlas” afin de faire son choix. Aucune suite ne semble avoir été donnée à cette proposition ; et si la lithographie de Geneviève Munch ne figure pas dans l’inventaire de l’artothèque de Caen, celles sélectionnées par Danielle Taesch dans la liste qui lui a été proposée ne figurent pas davantage dans celui de l’artothèque de Mulhouse.

Si pour le moment, seul le premier exemplaire de la lithographie de Geneviève Munch est localisé et fait partie de la collection de l’artothèque de Mulhouse, et qu’une dizaine d’exemplaires sont encore conservés dans le cabinet des estampes de la Bibliothèque Grand’rue, bientôt, grâce à la base de données du projet ARP, la localisation des exemplaires acquis, s’il en est par d’autres artothèques à l’échelle nationale, sera possible.

Dans l’attente de cette future découverte, les recherches dans les archives de l’artothèque de Mulhouse ont déjà donné à voir un nombre important d’informations sur cette structure culturelle comme le projet d’édition d’estampes qu’elle a porté pour soutenir la création artistique contemporaine.

Pour plus d’informations sur la bibliothèque Grand’rue où se trouve actuellement la collection de l’artothèque de Mulhouse voir https://bibliotheques.mulhouse.fr/grandrue

Une partie des archives historiques de l’artothèque est conservée aux archives municipales de la ville que vous pouvez contacter à partir de la page suivante https://www.mulhouse.fr/bouger-sortir/culture/archives/

Parution d’un article sur l’histoire des artothèques publiques françaises dans la revue Nouvelles de l’estampe par Juliette Lavie

Juliette Lavie, cheffe du projet Les Artothèques publiques françaises et leurs collections 1982-2022 ARP (Artothèque-Recherche-Patrimoine) HiCSA Université Panthéon-Sorbonne Paris 1 /ANR (ANR-22-CE27-0007), vient de faire paraître, dans le numéro 268 de la revue Nouvelles de l’estampe dirigé par Philippe Sénéchal, l’article intitulé “Transposer à l’échelle nationale une expérience pilote. De la galerie de prêt d’œuvres d’art de la bibliothèque Grand’Place à Grenoble aux artothèques publiques (1976-1986)

Cette contribution à l’histoire des artothèques aborde la création et le fonctionnement de la première galerie de prêt d’œuvres d’art en bibliothèque inaugurée en 1976 à Grenoble par la municipalité d’Hubert Dubedout (1965-1983), puis le déploiement de cette expérience pilote à l’échelle nationale, entre 1982 et 1986, par le ministère de la Culture Jack Lang, avant de proposer un aperçu des premières politiques d’acquisitions d’œuvres multiples (estampes contemporaines et photographies) par l’étude des collections des artothèques d’Angers, de Montpellier, de Lyon, de Toulouse et de Caen constituées au cours de cette période grâce aux subventions allouées pour partie par l’Etat.

Suivez le lien ci-dessous pour accéder à la publication https://journals.openedition.org/estampe/3137

Les Artothèques. Histoire(s) de collections II “vivre en contact avec les oeuvres”  —Programme

L’équipe de recherche ARP (Artothèque, Recherche, Patrimoine) UR 4100 HiCSA Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne a le plaisir de vous annoncer la journée d’étude Les Artothèques. Histoire(s) de collections II “vivre en contact avec les oeuvres” organisée en partenariat avec l’ADRA.

Programme

9h00 Accueil

9h15 Ouverture Arnaud Bertinet (université Paris 1 Panthéon-Sorbonne) et Juliette Lavie (université Paris-Nanterre) Les artothèques publiques françaises et leurs collections (1982 2022)

Première partie
Modération Arnaud Bertinet

9h30 François Mairesse (université Sorbonne Nouvelle Paris 3) Le dispositif de l’artothèque : un modèle de réflexions sur les pratiques culturelles 

10h00  Julie Verlaine (université de Tours) Home sweet home. Location d’oeuvres et expériences intimes de l’art dans les artothèques nord-américaines des années 1930 à 1970

10h30 Pause

Deuxième partie
Modération Juliette Lavie

11h00 Conversation avec Claire Chevrier (artiste photographe, École Nationale Supérieure d’Architecture de Versailles) 

12h00 Table-ronde L’artothèque de la BM de Lyon Part-Dieu (1995 – 2013) avec la participation de Françoise Lonardoni (directrice de l’artothèque de la BM de Lyon Part-Dieu de 1995 à 2013, actuellement responsable du service culturel, Mac Lyon) et Hubert Renard (artiste)

13h00 Pause déjeuner

Troisième partie
Modération Sophie Cras (université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)

14h30 Présentation du projet de recherche : Le rôle des artothèques dans la diffusion de l’art contemporain porté au sein du Granem_université d’Angers (Groupe de Recherche Angevin en économie et management) par Dominique Sagot-Duvauroux, financé par l’ADRA et mené par une équipe de recherche composée de Claire Gauzente, Olivier Mouate, Nathalie Moureau, Yves Roy, Thomasine Zoler (avec la participation d’Elodie Derval, directrice de l’artothèque d’Angers, co-présidente de l’ADRA, Dominique Sagot-Duvauroux, université d’Angers)

15h30 Julie Morge (université Paris 1 Panthéon-Sorbonne) Interventions culturelles d’artothèques en prison en France contemporaine : limites des mises en relation avec les oeuvres en milieu fermé 

16h00 Pause

Quatrième partie
Modération Yaël Kreplak (université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)

16h30 Table-ronde Voies de réflexions sur les actions de Médiation culturelle en artothèques. Quels scénarios pour le futur ? (avec la participation des artothèques de Pessac, Miramas, Amiens, Grand Est/plus vite) 

18h Conclusion et clôture de la journée

L’artothèque de Caen : retours sur expériences (1986-2021)

Cette table ronde organisée par l’équipe ARP de l’HiCSA – Université Paris 1 Panthéon Sorbonne, le 28 septembre 2021 à l’INHA dans le cadre de la journée d’études Les Artothèques. Histoire(s) de Collections en partenariat avec l’ADRA et le CNAP a réuni Patrice Cotensin qui a créé l’artothèque de Caen en 1986 et l’a dirigée jusqu’en 1990, Christine Crozat, artiste plasticienne dont un corpus d’œuvres significatif figure au catalogue de l’artothèque et Yvan Poulain qui la dirige depuis 2019 et poursuit le projet porté par ses prédécesseurs.


La discussion, modérée par Juliette Lavie, débute par une intervention de Patrice Cotensin. Celui-ci évoque les raisons qui ont conduit en 1986 la responsable de la culture de Caen, Chantal Rivière, à le solliciter, puis le contexte politique et culturel dans lequel l’artothèque s’est inscrite et les premières démarches mises en œuvres pour en constituer le fonds. Patrice Cotensin indique quelles ont été ses intentions pour l’artothèque et relate ses rencontres avec les artistes locaux et nationaux, les galeristes et les imprimeurs tels que l’atelier Clot, Bramsen & Georges à Paris, l’URDLA et l’atelier Alma à Lyon où il s’est rendu dès 1986 afin d’acquérir un ensemble d’estampes pour l’artothèque. Christine Crozat prend ensuite la parole pour évoquer la situation à Lyon au milieu des années 1980, et rappeler l’importance des manifestations, comme l’Octobre des arts où le tout Paris défilait, et des visites, dont celle de Patrice Cotensin, à l’atelier Alma qu’elle avait contribué à fonder, en 1976 dans le quartier de la Croix Rousse, avec des camarades de l’atelier gravure des Beaux-Arts de Lyon. La discussion s’oriente ensuite sur la politique de créations et de commandes faites aux artistes par l’artothèque, sur l’organisation d’expositions. Patrice Cotensin rappelle le soutien qu’il a voulu apporter à la jeune création avec l’expérience de 10/20/30, et cite quelques expositions qu’il a organisées dont celle consacrée aux œuvres d’Asger Jorn imprimées à l’atelier Clot, Bramsen & Georges. Au cours de son intervention, Yvan Poulain confirme l’importance de l’activité d’expositions de l’artothèque et le soutien et le suivi qu’elle continue à apporter aux artistes en constituant, avec certains d’entre-eux, des corpus d’œuvres afin de tracer leurs parcours, comme avec Françoise Pétrovitch et Christine Crozat. Il présente ensuite les actions de médiation réalisées par ses équipes, comme le projet Correspondance porté par l’artothèque et le projet éducatif de la ville de Caen auquel Christine Crozat a participé. Celle-ci revient sur le déroulement de cette expérience menée en 2020 avec des enfants à partir de l’emprunt de l’un de ses dessins La chaussure gauche de l’Ecclésiaste. Elle conclut sur l’étroite relation qu’elle a nouée au fil du temps avec l’artothèque et sur l’évolution de son travail de la gravure vers d’autres médiums depuis les années 1990. Les échanges se poursuivent sur différents temps forts que l’artothèque a connus entre 1986 et 1990 comme l’exposition rétrospective de l’œuvre gravée de Pierre Soulages réalisée en partenariat avec les artothèques de Lyon, Nantes, Toulouse et Montpellier au sujet de laquelle Patrice Cotensin livre le rôle déterminant de Soulages et de sa femme dans le projet et l’importance que le catalogue de cette exposition itinérante a eu sur la réalisation du catalogue raisonné de l’artiste. La discussion a ensuite porté sur la situation de précarité et d’incertitude dans laquelle se trouvait un nombre important d’artothèques en France à la fin des années 1980 quand Patrice Cotensin quitta Caen pour diriger la galerie Lelong & Co à Paris. Après quelques questions posées par les personnes présentes (Isabelle Tessier, Patrick Roussel, Emmanuel Pernoud, Arnaud Bertinet) et l’intervention d’Annie Chevrefils Desbiolles, auteur du rapport commandé en 2016 par le ministère de la Culture sur les artothèques, Patrice Cotensin a évoqué la question qui était la sienne à la fin des années 1980, à savoir : Que vont devenir les fonds des artothèques qui ont été acquis dans les dix premières années de leur existence quand les artothèques auront cinquante, soixante ans ? Il révèle ici ses suggestions auxquels Yvan Poulain répond avant de clore la discussion.