Archives par mot-clé : collection

Visite dans les archives — Montpellier

Le transfert des œuvres de l’artothèque de Montpellier au Musée Fabre

Tiroirs conservant les œuvres de l’artothèque au cabinet d’Arts graphiques du Musée Fabre ©ARP 2024

En février 2013, le Musée Fabre organise une exposition de certaines de ses œuvres conservées dans son cabinet des Arts graphiques. Le dossier de presse publié à cette occasion annonce que « le fonds d’estampes, riche de 1000 gravures, s’est vu augmenté en 1996 d’environ 300 pièces contemporaines issues de l’ancienne artothèque qui composent un panorama intéressant de la deuxième moitié du XXème siècle (Asse, Cueco, Alechinsky…) » [Montpellier Agglomération, « dossier de presse, “l’atelier de l’œuvre” », février 2013,p. 11]. Afin d’en apprendre davantage sur cette artothèque et sur le transfert de sa collection au cabinet des Arts graphiques, l’équipe ARP s’est rendu aux archives municipales de Montpellier et au Musée Fabre.

Tiroirs conservant les œuvres de l’artothèque au cabinet d’Arts graphiques du Musée Fabre ©ARP 2024

L’histoire de l’artothèque de Montpellier est relativement singulière. Elle fait partie des galeries de prêts « historiques », c’est-à-dire fondées avec le soutien du ministère de la Culture. Si le vote du conseil municipal procédant à la création de l’artothèque stipule que le Musée Fabre doit « en assurer le contrôle », il semble que dans les faits elle a disposé d’une certaine autonomie [Délibération du conseil municipal de Montpellier, 23 septembre 1982, cote 1D180, AM Montpellier]. L’artothèque rassemble en son sein la galerie municipale d’art contemporain ainsi qu’une salle d’exposition, une collection de livres d’artistes et un cabinet de dessin (appelé aussi galerie d’art graphique). En 1986, la galerie de prêt ouvre une antenne au sein de l’hôpital Lapeyronnie. Ces services sont placés tout au long de leur existence (1983-1996) sous la direction de Jeanne Struyve qui est seule responsable des achats des œuvres [à ce propos, voir Béatrice Auvray, Quarante-six artothèques publiques en France, mémoire de maîtrise, dir. Jean-Marc Poinsot, Université de Haute-Bretagne, Rennes 2, 1994, n. p.].

Archives municipales de Montpellier, Direction des affaires culturelles, 569W143, Établissement socio-culturels de la Ville de Montpellier dépendant de la Direction des Affaires Culturelles, aménagement et avant-projets de l’artothèque (1980-1992) ©ARP 2024

Grâce à un budget d’acquisition conséquent (il est en moyenne de 128 555 francs par an durant la période 1983-1991) [voir « Bilan d’activité 1990 » et « Bilan d’activité 1991 », cote 548W18, AM Montpellier], l’artothèque est riche en 1995 d’une collection de plus de 2000 œuvres [« Registre d’inventaire (de 1980 à 1992) », cote 607W4, AM Montpellier]. Celles-ci représentent le travail de plusieurs centaines d’artistes qui sont « mondialement reconnus pour leur contribution à l’histoire de l’art : Delaunay, Calder, Bram Van Velde, Tàpies, Chillida, Morellet… [mais aussi] des artistes régionaux avec un travail graphique reconnu : De Charmoy, Gramatzki, Gunsett, Jaulmes, Dezeuze, Bioulès, Di Rosa, Combas, Hugo, Montbron » [« Bilan d’activité 1990 », cote 548W18, AM Montpellier].

Archives municipales de Montpellier, Artothèque gestion, 607W4, registre d’inventaire (de 1980 à 1992) ©ARP 2024

En 1996, l’artothèque, ainsi que l’ensemble des services de la galerie d’art contemporain de Montpellier, ferment. Une partie de la collection est alors versée au Musée Fabre. Afin d’en apprendre plus sur ce transfert, nous avons rencontré Mme Marina Bousvarou, chargée de campagnes de restauration et du cabinet des Arts graphiques au Musée Fabre. Elle a supervisé le recollement et le reconditionnement des œuvres issues de l’artothèque.  Si elle n’a pu nous renseigner sur les conditions de ce transfert, elle nous a fourni un inventaire détaillé des dessins, estampes et photographies conservés actuellement au cabinet des Arts graphiques. Alors que l’artothèque disposait de plus de 2000 œuvres lors de sa fermeture, l’inventaire du cabinet n’en recense que 413. Si les archives municipales détiennent des dossiers concernant le fonctionnement de l’artothèque au cours des années 1983-1995, rien ne mentionne sa fermeture et la dispersion de sa collection. De même, aucun document justifiant le choix des œuvres qui sont désormais au musée n’a été retrouvé. L’équipe ARP poursuit donc ses recherches !

Pour en savoir plus, l’inventaire des archives municipales de Montpellier est disponible ici. Quant au cabinet d’Arts graphiques du Musée Fabre, une partie de sa collection est présentée ici.

Les Artothèques. Histoire(s) de collections III — Programme

L’équipe ARP est heureuse de présenter le programme de la journée d’étude Les Artothèques. Histoire(s) de collections III qui aura lieu le jeudi 28 mars 2024 à l’Institut national d’histoire de l’art

Artothèque de La Roche-sur-Yon, espace de prêt, Médiathèque Benjamin Rabier ©artothèque de La Roche-sur-Yon, 2018.

Pour rappel cette nouvelle édition se propose de poursuivre l’étude des collections des artothèques sous l’angle de leur histoire et de leur matérialité. Elle réunira à la fois des spécialistes de l’estampe, de la photographie et du multiple qui proposeront leurs regards sur ces collections ; et des responsables d’artothèques, des restauratrices et des représentantes de la mention Conservation-restauration des biens culturels (CRBC) de l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, et de l’Institut National du Patrimoine (INP) qui aborderont le sujet de la conservation préventive et de la restauration des collections en artothèques.

Interventions, tables-rondes alterneront dans cette journée organisée par Juliette Lavie et animée par les membres de l’équipe ARP.

Programme :

9h15 Accueil

9h30 Ouverture

Les artothèques publiques françaises et leurs collections 1982-2022 (ANR 22-CE27-0007)

Première partie

Modération Juliette Lavie (université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)

9h45 Le projet des galeries de prêts dans les archives du ministère de la Culture Arnaud Bertinet, (université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)

10h25 Après le multiple : l’estampe des années 1980-2000 Emmanuel Pernoud, (université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)

11h Pause

Deuxième partie

Modération Juliette Lavie (université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)

11h30 Table-ronde

L’artothèque de La Roche-sur-Yon. Histoires d’une collection (1998-2024)

Avec la participation de Sandra Doublet (Responsable de l’artothèque de La Roche-sur-Yon depuis 2019), d’Hélène Jagot (Directrice des Musées et Château de Tours, Directrice du Musée de La Roche-sur-Yon de 2005 à 2018) et d’Anne-Lise Broyer (Artiste-plasticienne)

13h Pause

Troisième partie

Modération Arnaud Bertinet (université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)

14h30 Véra Molnár, pourquoi l’estampe ? Vincent Baby (institut national d’histoire de l’art INHA)

15h45 Pause

Quatrième Partie

Modération Claire Bételu (université Paris 1 Panthéon-Sorbonne) et Rachel Suteau (institut National du Patrimoine INP)

16h15 Table-ronde

Conservation préventive en artothèques : Constats et Perspectives

Avec la participation d’Isabelle Tessier (Responsable de l’artothèque de Vitré, co-présidente de l’ADRA), de Gwenola Furic (Restauratrice diplômée de l’INP) et d’Aurélie Perreux (Responsable de l’artothèque de Saint-Priest, Restauratrice diplômée de l’INP)

17h30 Clôture de la journée

Pour télécharger le programme cliquer sur le lien placé ci-après

Visite dans les archives – Archives départementales du Calvados

L’implantation de l’artothèque de Caen dans l’hôtel d’Escoville

Les documents d’archives présentés aujourd’hui sont issus d’un carton (Direction régionale des Affaires Culturelles, 3313W/295, Dossiers de subventions entre 1980 et 2010) conservé par les Archives départementales du Calvados. Ces documents rendent compte du transfert de l’artothèque de Caen dans l’hôtel d’Escoville, situé place Saint-Pierre, face au château de Caen, à partir de 1994.

Façade de l’hôtel d’Escoville, côté cour,
© ARP 2024

Créée en 1986 par la ville de Caen, l’artothèque est installée dès son ouverture au sein du théâtre municipal de Caen. Mais en raison de travaux réalisés au théâtre dès le mois de mai 1991, elle doit être déplacée. L’artothèque, qui entre alors dans une phase transitoire de trois ans, se retrouve sans lieu fixe. Son installation n’est pas possible dans la bibliothèque municipale faute de place. Une solution doit alors être trouvée. Dès 1991, un projet vise à installer l’artothèque au 18 rue du 11 Novembre, dans l’ancien cinéma Eden et à proximité de la salle de spectacle Georges Brassens, mais en raison des coûts d’investissement prévus et du coût de location trop élevé, le projet n’aboutit pas. Le déplacement de l’artothèque dans l’hôtel d’Escoville n’est confirmé qu’à partir du mois de juillet 1993.

L’artothèque, dans l’attente d’être déplacée dans ses nouveaux locaux, occupe à titre provisoire une salle d’exposition municipale située dans le centre-ville de Caen. Puis les nouveaux prêts sont interrompus du début du mois de mai 1991 au début du mois de septembre 1991, une période de fermeture totale de l’artothèque. L’artothèque n’interrompt cependant pas entièrement son activité : elle présente notamment une exposition hors les murs en association avec la fondation Schlumberger consacrée à Dominique Bailly. L’exposition, divisée en deux parties, prend place à la fois dans l’orangerie du Jardin des plantes de Caen et au château de Crèvecœur-en-Auge (Calvados). Des expositions itinérantes circulent également pendant cette période.

Archives Départementales du Calvados , Projet d’aménagement de l’artothèque: plan du rez-de-chaussée, échelle 1/50, 1er juillet 1993,
© ARP 2024

L’artothèque partage alors l’hôtel d’Escoville avec l’office de tourisme, une quinzaine d’associations et divers autres occupants. La ville met ainsi gratuitement à disposition de l’artothèque deux salles d’exposition situées au rez-de-chaussée, deux salles d’exposition situées au premier étage dont l’une est partagée avec la ville de Caen un mois par an, et deux autres salles également situées au premier étage, l’ensemble représentant une surface de 240 m².

Archives Départementales du Calvados, Projet d’aménagement de l’artothèque: plan du premier étage, échelle 1/50, 1er juillet 1993,
© ARP 2024

L’aménagement comprend alors une galerie de prêt, une galerie d’exposition, un espace consacré à la documentation et à l’information ainsi que des locaux administratifs et techniques. La rénovation et l’aménagement de l’hôtel, dont le coût total est estimé à 750 055 F HT, sont réalisés suite aux travaux de l’architecte Walter Zbinden. L’État, par le biais du Préfet de la Région Basse-Normandie, verse alors une subvention de 200 000 F pour le réaménagement de l’hôtel d’Escoville. L’inauguration de l’hôtel d’Escoville rénové se fait le 26 mai 1994, en présence de Jean-Marie Girault sénateur et maire de Caen, Frank Cardineau, président de l’office de tourisme et de Jean Nouzille, président de l’artothèque. Cet aménagement va alors perdurer jusqu’en 2013, année où l’artothèque de Caen s’installe dans son lieu actuel, l’ancien palais ducal de l’abbaye aux Hommes.

Pour consulter le site des Archives départementales du Calvados https://archives.calvados.fr/

Visite dans les archives – Vitré

1983 – Les premières acquisitions d’œuvres de l’artothèque de Vitré

Quelles étaient les premières œuvres proposées au prêt à Vitré ? La consultation des archives conservées par l’artothèque permet aujourd’hui de le savoir.

Archives internes de l’artothèque de Vitré, Achats d’estampes nationales et régionales – année 1983 – Dossier consacré aux acquisitions d’œuvres 1983-1987 ©ARP 2023

En effet, la liste des premières acquisitions réalisées en 1983 y a été retrouvée parmi un ensemble de listes d’achats effectués par la ville jusqu’en 1987. Celle-ci est composée de deux feuillets. Le premier répertorie les achats d’estampes qualifiées de nationales et régionales, le second les achats de photographies.

Archives internes de l’artothèque de Vitré, Achats des photographies – année 1983 – Dossier consacré aux acquisitions d’œuvres 1983-1987 ©ARP 2023

En cette seule année 1983, la ville de Vitré acquiert, pour un montant de 161 150 fr. – correspondant à l’enveloppe confiée par le ministère de la Culture, hors encadrement, aux collectivités -, 193 oeuvres, dont 138 estampes et 55 photographies, réalisées par 71 artistes, qui constituent le fonds initial de l’artothèque. Celui-ci a été acheté, soit auprès de galeries parisiennes A.B.C.D, Maeght, La Hune, Jean Briance et Denise René, soit auprès d’artistes, notamment Cueco. Il se compose, pour plus de la moitié, d’estampes réalisées par des artistes nationaux, dont les noms figurent sur la liste fournie par le CNAP en 1982, comme Adami, Monory, Dorny, Aillaud, Soto, Cremonini, et d’un tiers de photographies produites pour moitié également par des artistes priorisés par l’État comme Brihat, Claude Batho, Clergue et Sieff. Cet ensemble compte par exemple la lithographie Crocodile réalisée par Aillaud avec l’atelier Franck Bordas en 1983 et l’album OPUS 50, édité par Georges Fall pour Opus International en 1974, composé de 22 estampes tirées à 150 exemplaires, dont celles d’Aillaud, Arroyo, Kowalski, Rancillac, Monony, Klasen, Schlosser, Erro, Equipo Cronica, acquis par l’artothèque chez A.B.C.D. Plusieurs photographies, Tulipe Noire et Oignon de Brihat, Le Rêve de Claude Batho, Tokyo de Klein et une photographie de la série La Vallée de la mort, réalisée par Sieff en 1977, font également partie de cette sélection.

Ces premiers achats confirment le souhait de la ville de suivre fidèlement les conditions d’attribution de la subvention de développement culturel accordée par le ministère de la Culture, en acquérant notamment un fonds pour l’artothèque où le nombre d’estampes supplante celui des photographies, et dans laquelle les artistes sélectionnés par le CNAP figurent en bonne place. Ce fonds initial tel qu’il a été constitué, souligne, avec évidence, l’inscription de l’artothèque de Vitré dans le cadre suivi par les artothèques créées au début des années 1980. Mais, il montre également la capacité que l’établissement a eu de se réinventer au fil des années. Car, aujourd’hui, ce qui fait la spécificité, voire, la notoriété de l’artothèque de Vitré, n’est pas cette partie de la collection, mais bien les photographies qui y sont réunies et qu’Isabelle Tessier, responsable de l’artothèque, a présentées, à l’été 2023, dans l’exposition La Collection (1983-2023). Les 40 ans de l’artothèque de Vitré Communauté, qui rappelle l’originalité et la grande qualité des acquisitions opérées, par l’artothèque depuis 1989, au moment où l’orientation de la collection s’est faite en faveur de la photographie.

La Collection (1983-2023) Les 40 ans de l’artothèque de Vitré Communauté, exposition réalisée par l’artothèque Le Quai des arts, 17 juin 2023-15 octobre 2023, commissariat Isabelle Tessier ©ARP 2023

Pour plus d’informations sur l’exposition La Collection (1983-2023) Les 40 ans de l’artothèque de Vitré Communauté voir https://www.lesartotheques.com/agenda/40-ans-de-la-collection/ et https://www.bretagne-vitre.com/agenda/lexposition-la-collection-1983-2023-par-lartotheque-le-quai-des-arts/

Rendez-vous sur la page Le Quai des arts pour en savoir plus sur l’artothèque de Vitré communauté https://www.vitrecommunaute.org/lartotheque-de-vitre/

La Base de Données collections-artotheques du Projet ARP (épisode 1)

Création et Suivi

Pendant plusieurs mois, l’équipe ARP a développé avec Bulle Tuil-Leonetti, Ingénieure de recherche au sein de l’UAR3103 In Visu CNRS/INHA, une base de données ouverte sur les collections des artothèques publiques françaises. Celle-ci a été élaborée selon les pratiques FAIR et conçue avec le modèle de description standard open source Dublin Core qualifié implémenté dans l’outil open source OMEKA S. L’objectif était de concevoir une base de données adaptée aux spécificités du projet ARP dont le but est de recenser, réunir et mener des études comparées et statistiques, réalisées selon une approche à la fois quantitative et qualitative sur les collections des artothèques et leur écosystème culturel, social et économique.

Cette base de données, désormais opérationnelle, est hébergée par l’INHA sous le nom de domaine collections-artotheques. Actuellement, les membres de l’équipe, dont les étudiant.e.s inscrit.e.s en Master 1 et 2 Patrimoine et Musées de l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, effectuent la saisie dans la base de données des informations présentes dans les inventaires des collections des artothèques (noms des artistes, des producteurs et vendeurs, soit un ensemble d’acteurs du monde de l’art, éditeurs, imprimeurs-fabricants, galeries, agences photographiques, etc), collectés grâce à l’engagement de nos référents en région.

La base de données, dans sa version de travail, présente sept “collections” qui correspondent aux sept catégories sélectionnées par les membres de l’équipe : les artothèques, comme lieux de conservation des collections, les artothécaires, les conseillers artistiques et directeurs d’établissements, responsables des acquisitions et de la gestion des collections, les oeuvres acquises, les artistes, auteurs des oeuvres acquises pour faire collection, les producteurs qui ont contribué à l’élaboration des oeuvres, les vendeurs qui ont participé aux acquisitions.

Actuellement la “collection” Artistes est la plus documentée ; elle compte 1173 fiches dont celles des 192 artistes qui figurent sur les deux listes fournies – Estampes et Photographies – par le CNAP aux artothèques entre 1983 et 1986.

Parmi ces artistes, Gilles Aillaud auquel le Centre Pompidou consacre, jusqu’au 26 février une exposition Gilles Aillaud, Animal Politique https://www.centrepompidou.fr/fr/programme/agenda/evenement/DgS6TDU. Cet artiste, très présent, dans les collections des artothèques possède sa fiche “d’identité” dans la base de données, à laquelle est reliée la liste du CNAP sous la forme d’un document téléchargeable en pdf.

Quelques-unes de ses oeuvres ont déjà été intégrées à la collection “Oeuvres”, comme la lithographie Crocodile tirée à 30 exemplaires qu’Aillaud a réalisée en 1983, acquise en 1985 auprès du Studio Franck Bordas par l’artothèque de Toulouse, dont la collection a été déposée en 1995, au moment de sa fermeture, aux Abattoirs Musée-FRAC Occitanie Toulouse.

L’ensemble des informations – les années de réalisation et d’acquisition, le numéro de tirage, l’identité du vendeur – qui figurent dans cette fiche “Oeuvre” pourront être interrogées, comparées, croisées, une fois que les saisies seront plus nombreuses, avec celles réunies dans d’autres fiches oeuvres consacrées à la production d’Aillaud présente dans l’ensemble des artothèques publiques françaises en activité et fermées dont les collections auront été intégrées dans la base de données.

À terme, cet outil (dont l’accès public est prévu en 2026 par le biais d’une plateforme numérique hébergée par Huma-num ou AGORHA-INHA) recensera l’ensemble des collections des artothèques publiques. Il proposera ainsi le plus grand ensemble d’estampes et de photographies contemporaines interrogeable et donnera accès à des données historiques, économiques et matérielles jusqu’à présent inaccessibles transformant les recherches en histoire de l’art, en économie de l’art, en histoire culturelle etc.

Pour plus d’informations sur le laboratoire In Visu CNRS/INHA qui nous aide au quotidien dans l’élaboration de notre base de données voir https://invisu.cnrs.fr/

Visite dans les archives – Caen

L’artothèque de Caen-Espaces d’art contemporain – La découverte d’un Registre d’inventaire

Entrée de l'Artothèque de Caen-Espaces d'art contemporain, 2023 ©JL
Entrée de l’Artothèque de Caen-Espaces d’art contemporain ©ARP 2023

À l’occasion d’une visite à l’Artothèque de Caen, où Yvan Poulain assisté de Patrick Roussel, ont chaleureusement accueilli notre équipe, nous avons découvert un établissement culturel exceptionnel, situé dans le Palais Ducal, et sa très belle collection d’oeuvres acquises depuis 1986. Celle-ci compte aujourd’hui plus de 3600 oeuvres dont certaines sont empruntées quand d’autres sont en place sur leurs rayonnages numérotés.

Espace réservé à la collection de l’Artothèque de Caen-Espaces d’art contemporain, Rayonnages numérotés ©ARP 2023

Cette collection, qu’il est impossible de découvrir dans son intégralité, puisqu’elle circule en permanence, est pourtant consultable en totalité dans le registre d’inventaire de l’artothèque que Patrick Roussel et ses prédécesseurs ont minutieusement renseigné depuis 1986, oeuvre après oeuvre, année après année.

Archives Internes de l’Artothèque de Caen-Espaces d’art contemporain, Registre d’inventaire 1986-1995, vol.1 ©ARP 2023

Ce registre, que l’équipe a eu la chance de consulter et de numériser, compte trois volumes rédigés à la main, celles de Patrice Cotensin (premier responsable de l’artothèque de 1986 à 1990), de Claire Tangy ( responsable de l’artothèque jusqu’en 2018) et de Patrick Roussel (présent à l’artothèque depuis 1988). Le premier réunit les oeuvres acquises entre 1986 et 1995, le deuxième celles entrées entre 1996 et 2018, le troisième contient les acquisitions qui ont été réalisées depuis 2018. Ce registre rend compte au fil des pages de l’activité de soutien à la création de l’Artothèque de Caen en faveur de l’estampe, de la photographie, du multiple, mais aussi du dessin et témoigne de la richesse de la collection, de sa variété, de son originalité.

Archives Internes de l’Artothèque de Caen-Espaces d’art contemporain, Page du Registre d’inventaire 1986-1995, vol.1 ©ARP 2023

Les noms de Duport, Soulages, Viallat, Hartung, Cognée, Sol Lewitt, Trémorin y figurent, puis ceux de Pétrovitch, Nemours, Senadji, et plus récemment ceux de Valie Export et Nina Childress, sans que ces quelques noms cités ne fassent oublier que cette collection compte aujourd’hui plus de 600 artistes régionaux, nationaux et internationaux. Outre cette information, le déroulé des 190 pages du registre montre également une sélection d’affiches et de dépôts du FNAC, du CNAP-ADRA (Association de Développement et de Recherche sur les Artothèques) dont l’Artothèque de Caen est membre; ce qui a permis, depuis novembre 1997, que quelques commandes publiques d’estampes comme “Heureux le visionnaire dont la seule arme est le stylet du graveur”, “Quotidien” ou “Emanata”, entrent dans la collection.

Et, ceci n’est qu’un petit aperçu de ce que contient ce registre d’inventaire, dont la richesse documentaire permettra de reconstituer un monde d’artistes, d’éditeurs, de galeries, d’ateliers, de mécènes, de donateurs, etc sur lesquels il reste beaucoup à découvrir.

Pour en savoir plus sur l’Artothèque de Caen – Espaces d’Art contemporain https://www.artotheque-caen.net/

Visite dans les archives – Paris

La Bibliothèque nationale de France, site Richelieu

À la faveur d’une discussion avec Céline Chicha-Castex (Cheffe du service de l’estampe moderne et contemporaine, affiche, imagerie du Département des Estampes et de la Photographie de la BnF), l’équipe ARP a pris connaissance de l’existence d’archives concernant les artothèques au sein des archives internes du service de l’estampe contemporaine de la Bibliothèque nationale de France.

Ces documents conservés, placés dans un dossier constitué par Françoise Woimant (Conservatrice en chef au Cabinet des estampes de la Bibliothèque nationale chargée de l’estampe du XXe siècle), intitulé “Galerie de prêt FIACRE Eliane Lecomte”, confirment le conseil et l’expertise apportés au début des années 1980 par la Bibliothèque nationale au FIACRE (Fonds d’incitation à la création) alors qu’Eliane Lecomte (Délégation à la création) y était chargée du déploiement du système des galeries de prêt à l’échelle nationale.

BnF, Archives internes du service de l’estampe contemporaine, Extrait de la lettre adressée par Françoise Woimant à Éliane Lecomte, datée du 3 novembre 1982 ©ARP 2023

Parmi des listes conservées d’adresses d’établissements créés et des publications diverses, se trouve une lettre, aujourd’hui essentielle pour l’équipe ARP, adressée, le 3 novembre 1982, par Françoise Woimant à Eliane Lecomte. Celle-ci confirme le rôle de ces deux femmes dans la constitution de la liste d’artistes familiers de l’estampe distribuée aux artothécaires au moment de la signature de la convention qui liait, entre 1983 et 1986, chaque nouvelle artothèque au CNAP (Centre national des Arts Plastiques).

La consultation de ces archives, pour laquelle nous remercions Céline Chicha-Castex, a ainsi permis aux membres du projet Les artothèques publiques françaises et leurs collections (1982-2022) d’obtenir de nouveaux éléments indispensables à l’écriture de l’histoire de ces établissements.

L’équipe ARP aux Journées Européennes du Patrimoine au Havre

Artothèque de l’École Supérieure d’Art et Design Le Havre-Rouen (ESADHaR), 74-76 rue Paul Doumer, Le Havre, 2023 ©ARP 2023

Juliette Lavie s’est rendue au Havre, à l’occasion des 40e Journées européennes du patrimoine, pour participer à la table-ronde “Des galeries de prêt aux artothèques” organisée par l’association Maison de la culture du Havre en collaboration avec l’artothèque de l’École Supérieure d’Art et Design Le Havre-Rouen. Cette table-ronde, animée par Éric Charnay (vice-président de l’association Maison de la culture du Havre), a réuni également la responsable de l’artothèque, Hélène Souillard, l’artiste Hervé Delamare et un usager de l’artothèque. Lors de cette rencontre, nourrie des échanges des participants, notre collègue a retracé l’histoire de ces établissements culturels, du cas encore méconnu de la galerie de prêt de la Maison de la culture du Havre, première a avoir vu le jour dans les années 1960 en France, aux actuelles artothèques publiques françaises. 

Suivez ces liens pour plus d’informations sur les événements soutenus et organisés par l’association Maison de la culture du Havre https://asso-maisondelaculture.fr/et l’artothèque de l’ESADHaR https://esadhar.fr/en/artotheque-lesadhar

L’équipe ARP au séminaire actualité de la recherche du département histoire de l’artl’université de Nantes

Campus Tertre Nantes Université 2023 ©In situ–Architecture Culture(s) & Ville

Juliette Lavie a été invitée par Thomas Renard, Maître de conférences d’histoire de l’art contemporain à Nantes Université, à présenter, dans le cadre du séminaire du master Histoire de l’art et culture matérielle “Actualité de la recherche”, le projet Les artothèques publiques françaises et leurs collections 1982-2022.

Notre collègue a partagé son expérience et expliqué quel est son rôle au sein de l’équipe ARP. Elle a retracé l’origine du projet, a mis en évidence les étapes qui ont contribué à sa sélection par l’ANR. Elle a présenté les outils numériques que les membres de l’équipe avec l’UAR 3103 IN-VISU (CNRS-INHA) sont en train de concevoir et mis en évidence les apports de ce projet à l’histoire de l’art contemporain.

Nous remercions chaleureusement Thomas Renard et l’ensemble des enseignants-chercheurs de l’UFR d’histoire, d’histoire de l’art et d’archéologie de Nantes Université pour leur invitation et leur accueil, et les étudiants du Master 1 et 2 recherche pour leur écoute qui a permis de riches échanges.

le 8 mars 2023

 

Parution d’un article sur l’histoire des artothèques publiques françaises dans la revue Nouvelles de l’estampe par Juliette Lavie

Juliette Lavie, cheffe du projet Les Artothèques publiques françaises et leurs collections 1982-2022 ARP (Artothèque-Recherche-Patrimoine) HiCSA Université Panthéon-Sorbonne Paris 1 /ANR (ANR-22-CE27-0007), vient de faire paraître, dans le numéro 268 de la revue Nouvelles de l’estampe dirigé par Philippe Sénéchal, l’article intitulé “Transposer à l’échelle nationale une expérience pilote. De la galerie de prêt d’œuvres d’art de la bibliothèque Grand’Place à Grenoble aux artothèques publiques (1976-1986)

Cette contribution à l’histoire des artothèques aborde la création et le fonctionnement de la première galerie de prêt d’œuvres d’art en bibliothèque inaugurée en 1976 à Grenoble par la municipalité d’Hubert Dubedout (1965-1983), puis le déploiement de cette expérience pilote à l’échelle nationale, entre 1982 et 1986, par le ministère de la Culture Jack Lang, avant de proposer un aperçu des premières politiques d’acquisitions d’œuvres multiples (estampes contemporaines et photographies) par l’étude des collections des artothèques d’Angers, de Montpellier, de Lyon, de Toulouse et de Caen constituées au cours de cette période grâce aux subventions allouées pour partie par l’Etat.

Suivez le lien ci-dessous pour accéder à la publication https://journals.openedition.org/estampe/3137