L’artothèque de Caen : retours sur expériences (1986-2021)

Cette table ronde organisée par l’équipe ARP de l’HiCSA – Université Paris 1 Panthéon Sorbonne, le 28 septembre 2021 à l’INHA dans le cadre de la journée d’études Les Artothèques. Histoire(s) de Collections en partenariat avec l’ADRA et le CNAP a réuni Patrice Cotensin qui a créé l’artothèque de Caen en 1986 et l’a dirigée jusqu’en 1990, Christine Crozat, artiste plasticienne dont un corpus d’œuvres significatif figure au catalogue de l’artothèque et Yvan Poulain qui la dirige depuis 2019 et poursuit le projet porté par ses prédécesseurs.


La discussion, modérée par Juliette Lavie, débute par une intervention de Patrice Cotensin. Celui-ci évoque les raisons qui ont conduit en 1986 la responsable de la culture de Caen, Chantal Rivière, à le solliciter, puis le contexte politique et culturel dans lequel l’artothèque s’est inscrite et les premières démarches mises en œuvres pour en constituer le fonds. Patrice Cotensin indique quelles ont été ses intentions pour l’artothèque et relate ses rencontres avec les artistes locaux et nationaux, les galeristes et les imprimeurs tels que l’atelier Clot, Bramsen & Georges à Paris, l’URDLA et l’atelier Alma à Lyon où il s’est rendu dès 1986 afin d’acquérir un ensemble d’estampes pour l’artothèque. Christine Crozat prend ensuite la parole pour évoquer la situation à Lyon au milieu des années 1980, et rappeler l’importance des manifestations, comme l’Octobre des arts où le tout Paris défilait, et des visites, dont celle de Patrice Cotensin, à l’atelier Alma qu’elle avait contribué à fonder, en 1976 dans le quartier de la Croix Rousse, avec des camarades de l’atelier gravure des Beaux-Arts de Lyon. La discussion s’oriente ensuite sur la politique de créations et de commandes faites aux artistes par l’artothèque, sur l’organisation d’expositions. Patrice Cotensin rappelle le soutien qu’il a voulu apporter à la jeune création avec l’expérience de 10/20/30, et cite quelques expositions qu’il a organisées dont celle consacrée aux œuvres d’Asger Jorn imprimées à l’atelier Clot, Bramsen & Georges. Au cours de son intervention, Yvan Poulain confirme l’importance de l’activité d’expositions de l’artothèque et le soutien et le suivi qu’elle continue à apporter aux artistes en constituant, avec certains d’entre-eux, des corpus d’œuvres afin de tracer leurs parcours, comme avec Françoise Pétrovitch et Christine Crozat. Il présente ensuite les actions de médiation réalisées par ses équipes, comme le projet Correspondance porté par l’artothèque et le projet éducatif de la ville de Caen auquel Christine Crozat a participé. Celle-ci revient sur le déroulement de cette expérience menée en 2020 avec des enfants à partir de l’emprunt de l’un de ses dessins La chaussure gauche de l’Ecclésiaste. Elle conclut sur l’étroite relation qu’elle a nouée au fil du temps avec l’artothèque et sur l’évolution de son travail de la gravure vers d’autres médiums depuis les années 1990. Les échanges se poursuivent sur différents temps forts que l’artothèque a connus entre 1986 et 1990 comme l’exposition rétrospective de l’œuvre gravée de Pierre Soulages réalisée en partenariat avec les artothèques de Lyon, Nantes, Toulouse et Montpellier au sujet de laquelle Patrice Cotensin livre le rôle déterminant de Soulages et de sa femme dans le projet et l’importance que le catalogue de cette exposition itinérante a eu sur la réalisation du catalogue raisonné de l’artiste. La discussion a ensuite porté sur la situation de précarité et d’incertitude dans laquelle se trouvait un nombre important d’artothèques en France à la fin des années 1980 quand Patrice Cotensin quitta Caen pour diriger la galerie Lelong & Co à Paris. Après quelques questions posées par les personnes présentes (Isabelle Tessier, Patrick Roussel, Emmanuel Pernoud, Arnaud Bertinet) et l’intervention d’Annie Chevrefils Desbiolles, auteur du rapport commandé en 2016 par le ministère de la Culture sur les artothèques, Patrice Cotensin a évoqué la question qui était la sienne à la fin des années 1980, à savoir : Que vont devenir les fonds des artothèques qui ont été acquis dans les dix premières années de leur existence quand les artothèques auront cinquante, soixante ans ? Il révèle ici ses suggestions auxquels Yvan Poulain répond avant de clore la discussion.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search