Archives par mot-clé : Art contemporain

Visite dans les archives — Angers

1982-1983 Une convention révisée, adoptée par le Cnap.

Le 16 septembre 1982, la ville d’Angers et le ministère de la culture signent une convention de développement culturel dans laquelle est annoncée la “création d’une galerie de prêt”. Ce projet est suivi par la signature, le 25 octobre 1982, d’une autre convention, entre la ville d’Angers représentée par Jean Monnier, et le ministère de la culture, qui valide et pose les fondements de la création de la galerie de prêt d’œuvres d’art contemporain.

AM Archives vivantes Angers 2094W22 Action culturelle, Extrait de la convention entre le ministère de la culture et la ville d’Angers, le 16 septembre 1982, p.18, ©ARP2024
AM Archives vivantes Angers 2094W22 Action culturelle, Convention entre le ministère de la culture et la ville d’Angers pour la création de la galerie de prêt d’œuvres d’art contemporain, le 25 octobre 1982, p.1/3, ©ARP2024

La convention est immédiatement adressée au directeur du service des affaires culturelles, J. Hervouet. Celui-ci alerte Gérard Pilet, adjoint au maire d’Angers en charge de la culture, au sujet de trois articles ( le 5, 10 et 11) qui soulèvent, selon lui, des interrogations, parce qu’ils ne définissent pas clairement à qui revient la propriété de la collection d’œuvres d’art acquise. Il lui demande en conséquence de consulter le ministère afin que celui-ci clarifie ses intentions.

Le 29 juin 1983, Geneviève Gallot, secrétaire générale du FIACRE, remet la convention de création de la galerie de prêt à la ville d’Angers sans qu’aucune modification n’y ait été apportée.

AM Archives vivantes Angers 2094W22 Action culturelle, Lettre de Hervouet adressée à Gérard Pilet, le 6 juillet 1983, ©ARP2024

Hervouet reprend alors le dossier et fait part, dès le 6 juillet 1983, à Gérard Pilet, des erreurs qu’il a notées. Il lui signale que la convention remise par le FIACRE ne porte pas la signature du ministère de la culture, que le lieu dans lequel la galerie de prêt doit être implantée n’est pas correctement désigné, et que les articles 5, 10 et 11 qui n’ont pas été modifiés, lui posent toujours problème. Il récapitule le motif de son inquiétude, cite les articles et les commente : “les œuvres acquises au moyen de la subvention d’État et du budget annuel de la Ville sont inscrites à l’Inventaire Général des Œuvres de l’État et la propriété des œuvres acquises revient au Ministère de la Culture. Il s’agit, en l’occurrence, d’un paragraphe léonin et je ne vois pas comment la Ville, ayant acquis des œuvres d’art sur son budget, pourrait les rétrocéder à l’État. Il y a manifestement un problème comptable qu’il convient d’éclaircir au plus vite”.

Afin d’accélérer la procédure, Hervouet propose une solution : “Je pense que l’un des paragraphes aurait pu mentionner que les œuvres acquises au moyen des subventions de l’État serait propriété de l’État et que les œuvres acquises sur les fonds municipaux demeurent propriété de la Ville.”

AM Archives vivantes Angers 2094W22 Action culturelle, Lettre de Gérard Pilet adressée au ministre de la culture, le 19 juillet 1983, ©ARP2024

Gérard Pilet prend alors l’initiative d’écrire le 19 juillet 1983 au ministre de la culture pour “recevoir des assurances de [sa] part en ce qui concerne la propriété des œuvres” car “la rédaction des articles 5, 10 et 11 laisse penser que l’État serait propriétaire de toutes les œuvres, y compris celles acquises par la Ville sur son propre budget.” Il suggère de reformuler ces articles sur le modèle qui lui a proposé Hervouet : “les œuvres acquises au moyen des subventions de l’État seront propriété de l’État; les œuvres acquises sur les fonds de la Ville d’Angers demeureront propriété de la Ville.”

AM Archives vivantes Angers 2094W22 Action culturelle, Lettre de Claude Mollard adressée à Gérard Pilet, le 10 octobre 1983, ©ARP2024

Le 10 octobre 1983, Claude Mollard répond à Gérard Pilet pour lui assurer que “les œuvres acquises sur les fonds de la Ville d’Angers demeureront propriété de la Ville” et conclut “Il ne saurait y avoir, de notre part, aucune ambiguïté sur ce point.”

AM Archives vivantes Angers 2094W22 Action culturelle, Lettre de Gérard Pilet adressée à Éliane Lecomte, le 14 octobre 1983, ©ARP2024

Quelques jours plus tard, la situation clarifiée, Gérard Pilet envoie à Éliane Lecomte, chargée de mission au ministère de la culture, le compte rendu de la réunion au cours de laquelle il a validé le cahier des charges de la future galerie de prêt en présence des membres du service des affaires culturelles de la ville, de la conservatrice des musées, Viviane Huchard, et d’Agnès Chevalier, conservatrice-adjointe de la Bibliothèque.

AM Mulhouse 1269W137 Artothèque 1983-1990, deuxième page de la convention adressée par le CNAP à la ville de Mulhouse, le 20 juillet 1983 ©ARP2024

Ces échanges, entre les représentants du service des affaires culturelles de la ville d’Angers et les services chargés, au ministère de la culture de faire appliquer les éléments de la convention de développement culturel, s’ils ont permis de clarifier la propriété des œuvres acquises pour la galerie de prêt d’Angers, ont également donné lieu à des amendements dans les nouvelles conventions adressées aux villes, puisqu’à partir de juillet 1983, l’article 11, intégralement réécrit, indique que “Les œuvres acquises sont inaliénables. En cas de dissolution de l’organisme gestionnaire, les œuvres acquises grâce aux subventions du CNAP sont la propriété du CNAP, celles acquises grâce aux subventions des collectivités locales sont propriété des collectivités.”

En conséquence, les imprécisions relevées par le service des affaires culturelles d’Angers ont servi les intérêts de tous, en clarifiant le statut d’inaliénabilité des collections et la propriété des œuvres d’art contemporain acquises par les galeries de prêt créées au début des années 1980, en modifiant les conventions signées par les villes, telle que Mulhouse et les suivantes, et le ministère de la culture.

Les archives de la galerie de prêt d’Angers sont conservées par les archives municipales et en grande partie par le service des archives vivantes. Pour plus d’information sur cet établissement culturel voir le site des musées d’Angers https://musees.angers.fr/lieux/artotheque-d-angers/index.html

Entretiens — L’arthotèque-Galerie Pierre Tal-Coat d’Hennebont

Panneau situé à l’entrée du centre socioculturel d’Hennebont ©ARP 2023

En janvier 1999, l’artothèque d’Hennebont inaugure ses espaces. La brochure municipale annonçant son ouverture indique que sa collection est riche de plus de 400 œuvres (gravures, sérigraphies, lithographies, photographies, etc.) témoignant de la création artistique allant des années 1950 jusqu’à la dernière décennie du XXème siècle. Afin d’en apprendre davantage sur cette structure municipale, l’équipe ARP a rencontré Jean-Philippe Dhollande, directeur de la culture de la ville d’Hennebont, ainsi que Fanny Gingreau, responsable de l’artothèque-galerie. De cette rencontre résulte des entretiens dont nous reproduisons ici quelques extraits.

Vue de l’artothèque d’Hennebont ©ARP 2023

Équipe ARP : « Pouvez-vous revenir sur l’histoire de l’artothèque-galerie ? »

Jean-Philippe Dhollande : « L’artothèque est liée à l’histoire de ce bâtiment [le centre socio-culturel, qui comprend notamment la médiathèque, l’artothèque et la galerie] et à Jacques Guilchet. C’est lui qui a créé cette médiathèque en 1985 […] et qui a accompagné la création de l’artothèque avec Thierry Le Saëc. »

Fanny Gingreau : « Dans les années 1980/1985, l’équipe municipale, avec Jacques Guilchet et Thierry Le Saëc, s’est intéressée à l’accessibilité à l’art, à la démocratisation de l’art. De fait, la collection [de l’artothèque] a commencée à être créée dans ces années-là. […] Il y a, selon moi, plusieurs époques dans l’histoire de l’artothèque. La première est celle de Thierry Le Saëc et de Béatrice Frutos [la première responsable de l’artothèque]. Ensuite, il y a la période où Lucie Cabanne a la charge de la structure. Toutefois, l’accessibilité à l’art voulue par la mairie dans les années 1980 est toujours présente aujourd’hui.

Vue de la galerie jouxtant l’artothèque d’Hennebont ©ARP 2023

Équipe ARP : « Quelles étaient et quelles sont les missions de l’artothèque ? »

Jean-Philippe Dhollande : « Le projet des artothèques, c’était de rendre l’art contemporain accessible. Il y avait cette idée de démocratisation de la culture. […] L’art est un support à la discussion, il faut que ça le reste. Les trois principes sur lesquels a été créée l’artothèque sont toujours d’actualité :  la constitution d’un fonds d’art contemporain ; le soutien à la création par les achats ; rendre accessible l’art contemporain à un large public via le prêt d’œuvres. »

Fanny Gingreau : « Aujourd’hui, l’objectif est de continuer à constituer la collection. […] La diffusion de la collection reste vraiment le cœur de mon travail. Il s’agit de faire le lien entre les artistes et les abonnés [de l’artothèque]. […] L’idée, c’est de trouver des publics les plus divers et les sensibiliser à l’art. »

Vue de l’artothèque d’Hennebont ©ARP 2023

Équipe ARP : « Comment s’est constituée la collection d’œuvres de l’artothèque et comment continue-t-elle à s’enrichir ? »

Fanny Gingreau : « À partir de 1985, il y a eu des expositions dans le hall de la médiathèque. […] Les acquisitions se faisaient auprès des artistes qui exposaient. […] Il y a également eu un partenariat avec le festival « L’art dans les chapelles » […] car la ville d’Hennebont était sur le parcours de cette manifestation artistique. […] Je trouve que l’artothèque est un endroit qui permet d’avoir des artistes reconnus, comme Soulages, Alechinsky […] et en même temps, c’est aussi le lieu où l’on peut rencontrer des artistes du territoire. […] J’ai une programmation qui est très liée aux artistes de la région et j’achète à chaque exposition une œuvre. Cela fait partie de la politique de soutien aux artistes portée par l’artothèque. […] Pour sortir un peu de la dimension locale de la collection, je compte beaucoup sur les dépôts et sur les dons. Les commandes du CNAP, que nous conservons en dépôt, donnent une dimension nationale à la collection. […] Lorsque l’on parle de constituer la collection comme un panorama de l’art actuel, il y a un biais puisqu’il s’agit d’un panorama de l’estampe et de la gravure, donc d’une partie seulement de l’art contemporain. On ne reflète pas l’art vidéo, la performance, etc. mais seulement ce qui se fait actuellement dans la limite de ce qui est empruntable ».

Jean-Philippe Dhollande : « Au départ, je pense que c’était Thierry Le Saëc qui choisissait les œuvres. […] Après, avec Béatrice Frutos puis avec Lucie, on faisait des prospections et j’ai aidé au choix des œuvres. […] Aujourd’hui, on achète une œuvre des artistes que l’on expose à la galerie et puis après, c’est au gré des sollicitations, des rencontres que fait Fanny Gingreau et puis ce qu’elle imagine qu’il y a à compléter dans le fonds […]. L’artothèque doit être le reflet de l’art actuel ».

Vue de l’artothèque d’Hennebont ©ARP 2023

Équipe ARP : « Souhaitez vous favoriser un courant ou une tendance de l’histoire de l’art en particulier ? »

Jean-Philippe Dhollande : « Non. Ce qui est intéressant c’est de montrer la diversité de ce qui se fait. Cela étant, la nature des acquisitions évolue selon celui ou celle qui les fait. Les programmations dans la galerie sont différentes également selon celui ou celle qui est en poste à ce moment-là. La dimension subjective est très importante dans les choix des acquisitions. Et puis, en vingt-cinq ans le public a changé.

Fanny Gingreau : « J’aimerais bien de ne pas favoriser un mouvement. J’ai envie de représenter le panorama de ce qui se fait actuellement. […] J’ai plusieurs œuvres assez figuratives dont l’objet est le lien avec la nature. Mais j’aime beaucoup l’abstraction et notamment celle qui se rapproche de l’abstraction lyrique. Je n’ai pas vraiment de lignes ou d’axes prédéfinis, ma volonté c’est d’être la plus éclectique possible. Il y a tout de même des thèmes récurrents : le lien avec la nature, l’humain, l’introspection. […] Ce sont beaucoup les questions d’actualité qui président à mes choix. […] Au départ, je ne sélectionnais que des artistes qui faisaient de la gravure, des estampes ou de la photo mais j’avais l’impression de m’enfermer. Par la suite, il y a eu des achats d’aquarelles, des dessins, des volumes, des pièces uniques ont intégrées la collection. Aujourd’hui, j’ai envie de m’ouvrir à d’autres médiums, d’autres techniques. J’ai envie de plus de volume, j’ai envie de sortir des murs, de sortir du cadre. »

Vue de l’artothèque d’Hennebont ©ARP 2023

Équipe ARP : « Quels liens entretenez-vous avec les structures municipales, régionales et nationales ? »

Jean-Philippe Dhollande : « Le fonds de l’artothèque est parfois mis à profit d’actions municipales. Aussi, à l’occasion de la Semaine de la petite enfance, une partie du fonds qui traite de ce sujet a été exposé. Il en va de même pour le sport, par exemple. En ce qui concerne le milieu scolaire, cela fait trois ans que l’on met en place des parcours d’éducation artistique et culturel (EAC) qui sont fortement encouragés par la DRAC [Direction régionale des Affaires culturelles] et l’éducation nationale. Il s’agit de visites de la galerie et d’emprunts d’œuvres à la bibliothèque selon un projet pédagogique élaboré par l’établissement scolaire. Par ailleurs, nous entretenons des relations avec la DRAC en tant que bénéficiaire de ses subventions. Nous avons également des rapports avec le FNAC [Fonds national d’art contemporain] car nous avons certaines de leurs œuvres en dépôt [notamment les portfolios Estampes et Révolution, 200 ans après et Heureux le visionnaire dont la seule arme et le stylet du graveur, commandés par le ministère de la Culture en 1989 et en 1996]. Enfin, nous sommes en lien avec le CNAP [Centre national des arts plastiques] qui passe, avec l’ADRA [Association de développement et de recherche sur les artothèques], des commandes auprès des artistes.

Fanny Gingreau : Le lien avec l’ADRA est important car les commandes d’estampes réalisées conjointement avec le CNAP (Quotidien, Emanata et Les temps changent) [et qui intègrent la collection de l’artothèque sous la forme de dépôts], permettent de garder une vision plus nationale sur la création artistique. Je travaille également en collaboration avec d’autres structures. Il y a la galerie Le Lieu [tenue par une association, en partenariat avec la ville de Lorient] qui est tournée vers la photo (cela explique pourquoi l’artothèque d’Hennebont ne conserve pas beaucoup de photos, sans pour autant qu’il y ait de chasse gardée) ; il y a la galerie du Faouëdic [espace d’exposition municipal, à Lorient] qui expose des artistes plus connus ou émergents ; il y a aussi l’Atelier d’Estienne à Pont-Scorff [centre d’art contemporain municipal] qui présente davantage d’artistes nationaux. Je pense qu’on est assez complémentaires dans nos programmations. Il y a aussi le domaine de Kerguéhennec [centre d’art contemporain géré par le département du Morbihan] mais qui est un peu plus éloigné de nous. Une fois par an (en fin d’année, d’octobre à décembre), il y a une exposition commune avec ces structures artistiques qui proposent un parcours à travers différents centres d’art du pays de Lorient. En ce moment [décembre 2023], il y a les « Rencontres photographiques du pays de Lorient » et c’est la galerie Le Lieu qui a en a la direction artistique. L’exposition actuelle à la galerie de l’artothèque d’Hennebont (Amélie Labourdette, « KÓSMOS ») rentre dans ce cadre de ce partenariat.

Aujourd’hui, la collection de l’artothèque d’Hennebont est riche de plus de 1100 œuvres dont l’immense majorité peut être empruntée. Outre le prêt, l’artothèque continue son travail de diffusion et de valorisation de l’art contemporain par le biais d’expositions, de projets d’éditions, d’ateliers d’animation et de médiation, etc.

L’artothèque-galerie d’Hennebont dispose d’un site internet sur lequel vous pouvez consulter le catalogue de la collection mais aussi son actualité.

Visite dans les archives — Montpellier

Le transfert des œuvres de l’artothèque de Montpellier au Musée Fabre

Tiroirs conservant les œuvres de l’artothèque au cabinet d’Arts graphiques du Musée Fabre ©ARP 2024

En février 2013, le Musée Fabre organise une exposition de certaines de ses œuvres conservées dans son cabinet des Arts graphiques. Le dossier de presse publié à cette occasion annonce que « le fonds d’estampes, riche de 1000 gravures, s’est vu augmenté en 1996 d’environ 300 pièces contemporaines issues de l’ancienne artothèque qui composent un panorama intéressant de la deuxième moitié du XXème siècle (Asse, Cueco, Alechinsky…) » [Montpellier Agglomération, « dossier de presse, “l’atelier de l’œuvre” », février 2013,p. 11]. Afin d’en apprendre davantage sur cette artothèque et sur le transfert de sa collection au cabinet des Arts graphiques, l’équipe ARP s’est rendu aux archives municipales de Montpellier et au Musée Fabre.

Tiroirs conservant les œuvres de l’artothèque au cabinet d’Arts graphiques du Musée Fabre ©ARP 2024

L’histoire de l’artothèque de Montpellier est relativement singulière. Elle fait partie des galeries de prêts « historiques », c’est-à-dire fondées avec le soutien du ministère de la Culture. Si le vote du conseil municipal procédant à la création de l’artothèque stipule que le Musée Fabre doit « en assurer le contrôle », il semble que dans les faits elle a disposé d’une certaine autonomie [Délibération du conseil municipal de Montpellier, 23 septembre 1982, cote 1D180, AM Montpellier]. L’artothèque rassemble en son sein la galerie municipale d’art contemporain ainsi qu’une salle d’exposition, une collection de livres d’artistes et un cabinet de dessin (appelé aussi galerie d’art graphique). En 1986, la galerie de prêt ouvre une antenne au sein de l’hôpital Lapeyronnie. Ces services sont placés tout au long de leur existence (1983-1996) sous la direction de Jeanne Struyve qui est seule responsable des achats des œuvres [à ce propos, voir Béatrice Auvray, Quarante-six artothèques publiques en France, mémoire de maîtrise, dir. Jean-Marc Poinsot, Université de Haute-Bretagne, Rennes 2, 1994, n. p.].

Archives municipales de Montpellier, Direction des affaires culturelles, 569W143, Établissement socio-culturels de la Ville de Montpellier dépendant de la Direction des Affaires Culturelles, aménagement et avant-projets de l’artothèque (1980-1992) ©ARP 2024

Grâce à un budget d’acquisition conséquent (il est en moyenne de 128 555 francs par an durant la période 1983-1991) [voir « Bilan d’activité 1990 » et « Bilan d’activité 1991 », cote 548W18, AM Montpellier], l’artothèque est riche en 1995 d’une collection de plus de 2000 œuvres [« Registre d’inventaire (de 1980 à 1992) », cote 607W4, AM Montpellier]. Celles-ci représentent le travail de plusieurs centaines d’artistes qui sont « mondialement reconnus pour leur contribution à l’histoire de l’art : Delaunay, Calder, Bram Van Velde, Tàpies, Chillida, Morellet… [mais aussi] des artistes régionaux avec un travail graphique reconnu : De Charmoy, Gramatzki, Gunsett, Jaulmes, Dezeuze, Bioulès, Di Rosa, Combas, Hugo, Montbron » [« Bilan d’activité 1990 », cote 548W18, AM Montpellier].

Archives municipales de Montpellier, Artothèque gestion, 607W4, registre d’inventaire (de 1980 à 1992) ©ARP 2024

En 1996, l’artothèque, ainsi que l’ensemble des services de la galerie d’art contemporain de Montpellier, ferment. Une partie de la collection est alors versée au Musée Fabre. Afin d’en apprendre plus sur ce transfert, nous avons rencontré Mme Marina Bousvarou, chargée de campagnes de restauration et du cabinet des Arts graphiques au Musée Fabre. Elle a supervisé le recollement et le reconditionnement des œuvres issues de l’artothèque.  Si elle n’a pu nous renseigner sur les conditions de ce transfert, elle nous a fourni un inventaire détaillé des dessins, estampes et photographies conservés actuellement au cabinet des Arts graphiques. Alors que l’artothèque disposait de plus de 2000 œuvres lors de sa fermeture, l’inventaire du cabinet n’en recense que 413. Si les archives municipales détiennent des dossiers concernant le fonctionnement de l’artothèque au cours des années 1983-1995, rien ne mentionne sa fermeture et la dispersion de sa collection. De même, aucun document justifiant le choix des œuvres qui sont désormais au musée n’a été retrouvé. L’équipe ARP poursuit donc ses recherches !

Pour en savoir plus, l’inventaire des archives municipales de Montpellier est disponible ici. Quant au cabinet d’Arts graphiques du Musée Fabre, une partie de sa collection est présentée ici.

Visite dans les archives — Mulhouse

La Bibliothèque municipale de Mulhouse éditrice d’estampes — Geneviève Munch, Cocktail Explosif, lithographie tirée par l’atelier Michael Woolworth, printemps 1988.

Archives Municipales de Mulhouse, Service de la bibliothèque Grand’rue, 1269W137, Circulaire adressée par le maire de Mulhouse, Joseph Klifa, à la municipalité, datée du 7 avril 1988, version annotée “Approuvé par la municipalité le 18 avril 1988”, ©ARP2024

Le 7 avril 1988, le maire de Mulhouse, Joseph Klifa rédige une circulaire à l’attention du conseil municipal concernant l’édition d’estampes par la bibliothèque municipale Grand’rue dans laquelle une artothèque a été inaugurée en 1984. Il s’agit alors de donner la possibilité à la bibliothèque de “devenir éditeur ou co-éditeur de lithographies d’artistes régionaux” pour répondre non seulement à la demande du public, mais aussi à “la mission d’aide à la création inhérente à l’existence même de l’artothèque” en permettant “à de jeunes artistes locaux de publier leurs travaux avec le soutien d’un lithographe confirmé”. Le projet est alors de proposer à Mulhouse “cette forme d’édition que d’autres artothèques pratiquent couramment avec beaucoup de succès.”

La municipalité approuve l’initiative et la possibilité, le cas échéant, d’y associer “l’ACTA (Agence culturelle et technique d’Alsace) favorable à ce type de coopération”. La première édition est immédiatement lancée avec l’artiste strasbourgeoise, Geneviève Munch, et le lithographe Michael Woolworth, dont l’atelier est à Paris, déjà sélectionnés par l’artothécaire, Anne Fléchon, comme l’indique le devis établi par Michael Woolworth, le 9 mars 1988, au moment du SAGA (Salon des arts graphiques et de l’édition d’art) organisé au Grand Palais.

Archives Municipales de Mulhouse, Service de la bibliothèque Grand’rue, 1269W137, Devis réalisé par Michael Woolworth pour l’édition “d’1 lithographie de Geneviève Munch, (format 56×76 cm, Vélin d’Arches 250g, 60 exemplaires, 3 passages (8603 fr.), 5 passages (13882 fr.) ces prix incluent le tirage, les essais ainsi que l’achat du papier”, Paris Grand Palais, daté du 9 mars 1988, ©ARP2024

En juin 1988, le tirage de l’œuvre de Geneviève Munch Cocktail explosif est réalisé. Il s’agit d’une lithographie format Jésus 76×56 cm imprimée en 3 couleurs, tirée à 60 exemplaires sur Vélin d’Arches 250g que complètent 10 épreuves d’artiste dont “le suivi et le tirage ont été assuré par Michael Woolworth”. Immédiatement, une conférence de presse est organisée pour faire connaître la nouvelle activité de la bibliothèque et l’œuvre éditée. La presse locale, le taille-doucier et éditeur Rémy Bucciali, le photographe et directeur de l’AMC (Association Mulhousienne de la Culture) Paul Kanitzer, M. Blondel qui préside l’ACTA, le graveur et professeur de l’École des Beaux-Arts de Mulhouse, Robert Simon, et la directrice du FRAC Alsace Évelyne Schmitt , comptent parmi les invités.

Aussitôt la question de la diffusion et de la mise en vente à 500 fr des 60 exemplaires de la lithographie se pose. Danielle Taesch, qui dirige la bibliothèque, et Anne Fléchon contactent leurs collègues artothécaires, Joëlle Lebailly de l’artothèque d’Angers, Christiane Talmard qui dirige celle d’Annecy, Jeanne Holveck à Lyon et Patrice Cotensin à Caen afin de les leur proposer. Ce dernier répond à Anne Fléchon et lui signale que “l’artothèque de Caen édite des estampes et multiples depuis janvier 1987”. Il lui propose non pas d’acheter la lithographie originale éditée par Mulhouse, mais de procéder à des échanges d’éditions, argumentant que “cela serait une façon originale et non-commerciale d’enrichir nos collections respectives.”

Archives Municipales de Mulhouse, Service de la bibliothèque Grand’rue, 1269W137, Lettre de Patrice Cotensin adressée à Anne Fléchon, sur laquelle figure la note manuscrite de Danielle Taesch (Anne pourquoi pas?), datée du 11 juillet 1988, ©ARP2024

L’idée séduit Danielle Taesch qui lui écrit le 25 juillet 1988 pour lui indiquer son souhait d’obtenir “des photos de la lithographie de Robert Maggiani, du bois de Jacques Deschamps et de l’album de sérigraphies de J. Cl. Mattrat Atlas” afin de faire son choix. Aucune suite ne semble avoir été donnée à cette proposition ; et si la lithographie de Geneviève Munch ne figure pas dans l’inventaire de l’artothèque de Caen, celles sélectionnées par Danielle Taesch dans la liste qui lui a été proposée ne figurent pas davantage dans celui de l’artothèque de Mulhouse.

Si pour le moment, seul le premier exemplaire de la lithographie de Geneviève Munch est localisé et fait partie de la collection de l’artothèque de Mulhouse, et qu’une dizaine d’exemplaires sont encore conservés dans le cabinet des estampes de la Bibliothèque Grand’rue, bientôt, grâce à la base de données du projet ARP, la localisation des exemplaires acquis, s’il en est par d’autres artothèques à l’échelle nationale, sera possible.

Dans l’attente de cette future découverte, les recherches dans les archives de l’artothèque de Mulhouse ont déjà donné à voir un nombre important d’informations sur cette structure culturelle comme le projet d’édition d’estampes qu’elle a porté pour soutenir la création artistique contemporaine.

Pour plus d’informations sur la bibliothèque Grand’rue où se trouve actuellement la collection de l’artothèque de Mulhouse voir https://bibliotheques.mulhouse.fr/grandrue

Une partie des archives historiques de l’artothèque est conservée aux archives municipales de la ville que vous pouvez contacter à partir de la page suivante https://www.mulhouse.fr/bouger-sortir/culture/archives/

Les Artothèques. Histoire(s) de collections III — Programme

L’équipe ARP est heureuse de présenter le programme de la journée d’étude Les Artothèques. Histoire(s) de collections III qui aura lieu le jeudi 28 mars 2024 à l’Institut national d’histoire de l’art

Artothèque de La Roche-sur-Yon, espace de prêt, Médiathèque Benjamin Rabier ©artothèque de La Roche-sur-Yon, 2018.

Pour rappel cette nouvelle édition se propose de poursuivre l’étude des collections des artothèques sous l’angle de leur histoire et de leur matérialité. Elle réunira à la fois des spécialistes de l’estampe, de la photographie et du multiple qui proposeront leurs regards sur ces collections ; et des responsables d’artothèques, des restauratrices et des représentantes de la mention Conservation-restauration des biens culturels (CRBC) de l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, et de l’Institut National du Patrimoine (INP) qui aborderont le sujet de la conservation préventive et de la restauration des collections en artothèques.

Interventions, tables-rondes alterneront dans cette journée organisée par Juliette Lavie et animée par les membres de l’équipe ARP.

Programme :

9h15 Accueil

9h30 Ouverture

Les artothèques publiques françaises et leurs collections 1982-2022 (ANR 22-CE27-0007)

Première partie

Modération Juliette Lavie (université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)

9h45 Le projet des galeries de prêts dans les archives du ministère de la Culture Arnaud Bertinet, (université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)

10h25 Après le multiple : l’estampe des années 1980-2000 Emmanuel Pernoud, (université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)

11h Pause

Deuxième partie

Modération Juliette Lavie (université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)

11h30 Table-ronde

L’artothèque de La Roche-sur-Yon. Histoires d’une collection (1998-2024)

Avec la participation de Sandra Doublet (Responsable de l’artothèque de La Roche-sur-Yon depuis 2019), d’Hélène Jagot (Directrice des Musées et Château de Tours, Directrice du Musée de La Roche-sur-Yon de 2005 à 2018) et d’Anne-Lise Broyer (Artiste-plasticienne)

13h Pause

Troisième partie

Modération Arnaud Bertinet (université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)

14h30 Véra Molnár, pourquoi l’estampe ? Vincent Baby (institut national d’histoire de l’art INHA)

15h45 Pause

Quatrième Partie

Modération Claire Bételu (université Paris 1 Panthéon-Sorbonne) et Rachel Suteau (institut National du Patrimoine INP)

16h15 Table-ronde

Conservation préventive en artothèques : Constats et Perspectives

Avec la participation d’Isabelle Tessier (Responsable de l’artothèque de Vitré, co-présidente de l’ADRA), de Gwenola Furic (Restauratrice diplômée de l’INP) et d’Aurélie Perreux (Responsable de l’artothèque de Saint-Priest, Restauratrice diplômée de l’INP)

17h30 Clôture de la journée

Pour télécharger le programme cliquer sur le lien placé ci-après

Préparation de l’envoi de la commande d’œuvres d’art imprimé, “Les temps changent…” Cnap-Adra

Livret réalisé par la graphiste Line Martin-Célo © Line Martin-Célo

Après Quotidien (2019) et Emanata (2021), Les temps changent… est la nouvelle commande que réalise le Centre national des arts plastiques (Cnap) sur l’initiative du ministère de la Culture en partenariat avec l’Association de développement et de recherche sur les artothèques (ADRA). Cette commande d’œuvres d’art imprimé compte cette année six cent quarante-huit œuvres – sérigraphie, héliogravure, risographie, eau-forte, lithographie, pochoir – réalisées par douze artistes sélectionnés Pauline Barzilaï, Tamaris Borrelly, Io Burgard, Alix Delmas, Leah Desmousseaux, Vanessa Dziuba, Juliette Green, Seulgi Lee, Diego Movilla, Paul Pouvreau, Super Terrain, Agnès Thurnauer.

Chacun a travaillé en collaboration avec un atelier parmi les treize retenus (Atelier Arcay, Atelier Michaël Woolworth, Atelier René Tazé, Atelier R.L.D, Écran total, Fidèle, Héliog – Atelier Fanny Boucher, La Fraternelle-Maison du peuple, La presse purée, L’Estampe moderne, Lézard graphique, l’Institut sérigraphique, Tchikebe) pour produire une œuvre qui témoigne de la grande vitalité du multiple en France, du maintien des savoir-faire et de l’innovation des ateliers d’impression.

Depuis quelques jours, un ensemble d’exemplaires de la commande sont en cours de préparation à Vitré, conditionnés par les soins de l’ADRA, pour rejoindre dans les semaines à venir le réseau en vue d’être intégrés aux collections des trente-cinq artothèques réparties sur le territoire.

Préparation de l’envoi de la commande œuvres d’art imprimé “Les temps changent…” Cnap-Adra, Vitré, 30 janvier 2024 ©ARP2024

Depuis le 3 février un exemplaire du CNAP est exposé à l’artothèque de Caen, il retrouvera ensuite les collections du FNAC. Quant aux autres exemplaires, ils seront présentés dans chaque établissement et mis ensuite à la disposition des emprunteurs des artothèques, contribuant, ainsi, à la diffusion de l’art contemporain.

Le Cnap présente la commande et les conditions qui ont permis la sélection des douze artistes retenus https://www.cnap.fr/les-laureats-de-la-commande-nationale-destampes-les-temps-changent

Pour plus d’informations sur la commande, sur les lauréats et les ateliers lire le communiqué de presse https://www.cnap.fr/sites/default/files/CP%20-%20Laur%C3%A9ats%20commande%20nationale%20destampes%20%20Les%20temps%20changent.pdf

L’ADRA présente la commande et sa diffusion sur son site https://www.lesartotheques.com/agenda/1906/

Nous vous engageons également à visionner les cinq vidéos réalisées par le Cnap et publiées sur sa chaîne Youtube. Celles-ci sont consacrées à la commande et montrent la réalisation des œuvres dans quelques ateliers d’impression https://www.youtube.com/@cnap-centrenationaldesarts7004/search?query=les%20temps%20changent

Visite dans les archives – Archives départementales du Calvados

L’implantation de l’artothèque de Caen dans l’hôtel d’Escoville

Les documents d’archives présentés aujourd’hui sont issus d’un carton (Direction régionale des Affaires Culturelles, 3313W/295, Dossiers de subventions entre 1980 et 2010) conservé par les Archives départementales du Calvados. Ces documents rendent compte du transfert de l’artothèque de Caen dans l’hôtel d’Escoville, situé place Saint-Pierre, face au château de Caen, à partir de 1994.

Façade de l’hôtel d’Escoville, côté cour,
© ARP 2024

Créée en 1986 par la ville de Caen, l’artothèque est installée dès son ouverture au sein du théâtre municipal de Caen. Mais en raison de travaux réalisés au théâtre dès le mois de mai 1991, elle doit être déplacée. L’artothèque, qui entre alors dans une phase transitoire de trois ans, se retrouve sans lieu fixe. Son installation n’est pas possible dans la bibliothèque municipale faute de place. Une solution doit alors être trouvée. Dès 1991, un projet vise à installer l’artothèque au 18 rue du 11 Novembre, dans l’ancien cinéma Eden et à proximité de la salle de spectacle Georges Brassens, mais en raison des coûts d’investissement prévus et du coût de location trop élevé, le projet n’aboutit pas. Le déplacement de l’artothèque dans l’hôtel d’Escoville n’est confirmé qu’à partir du mois de juillet 1993.

L’artothèque, dans l’attente d’être déplacée dans ses nouveaux locaux, occupe à titre provisoire une salle d’exposition municipale située dans le centre-ville de Caen. Puis les nouveaux prêts sont interrompus du début du mois de mai 1991 au début du mois de septembre 1991, une période de fermeture totale de l’artothèque. L’artothèque n’interrompt cependant pas entièrement son activité : elle présente notamment une exposition hors les murs en association avec la fondation Schlumberger consacrée à Dominique Bailly. L’exposition, divisée en deux parties, prend place à la fois dans l’orangerie du Jardin des plantes de Caen et au château de Crèvecœur-en-Auge (Calvados). Des expositions itinérantes circulent également pendant cette période.

Archives Départementales du Calvados , Projet d’aménagement de l’artothèque: plan du rez-de-chaussée, échelle 1/50, 1er juillet 1993,
© ARP 2024

L’artothèque partage alors l’hôtel d’Escoville avec l’office de tourisme, une quinzaine d’associations et divers autres occupants. La ville met ainsi gratuitement à disposition de l’artothèque deux salles d’exposition situées au rez-de-chaussée, deux salles d’exposition situées au premier étage dont l’une est partagée avec la ville de Caen un mois par an, et deux autres salles également situées au premier étage, l’ensemble représentant une surface de 240 m².

Archives Départementales du Calvados, Projet d’aménagement de l’artothèque: plan du premier étage, échelle 1/50, 1er juillet 1993,
© ARP 2024

L’aménagement comprend alors une galerie de prêt, une galerie d’exposition, un espace consacré à la documentation et à l’information ainsi que des locaux administratifs et techniques. La rénovation et l’aménagement de l’hôtel, dont le coût total est estimé à 750 055 F HT, sont réalisés suite aux travaux de l’architecte Walter Zbinden. L’État, par le biais du Préfet de la Région Basse-Normandie, verse alors une subvention de 200 000 F pour le réaménagement de l’hôtel d’Escoville. L’inauguration de l’hôtel d’Escoville rénové se fait le 26 mai 1994, en présence de Jean-Marie Girault sénateur et maire de Caen, Frank Cardineau, président de l’office de tourisme et de Jean Nouzille, président de l’artothèque. Cet aménagement va alors perdurer jusqu’en 2013, année où l’artothèque de Caen s’installe dans son lieu actuel, l’ancien palais ducal de l’abbaye aux Hommes.

Pour consulter le site des Archives départementales du Calvados https://archives.calvados.fr/

Visite dans les archives – Vitré

1983 – Les premières acquisitions d’œuvres de l’artothèque de Vitré

Quelles étaient les premières œuvres proposées au prêt à Vitré ? La consultation des archives conservées par l’artothèque permet aujourd’hui de le savoir.

Archives internes de l’artothèque de Vitré, Achats d’estampes nationales et régionales – année 1983 – Dossier consacré aux acquisitions d’œuvres 1983-1987 ©ARP 2023

En effet, la liste des premières acquisitions réalisées en 1983 y a été retrouvée parmi un ensemble de listes d’achats effectués par la ville jusqu’en 1987. Celle-ci est composée de deux feuillets. Le premier répertorie les achats d’estampes qualifiées de nationales et régionales, le second les achats de photographies.

Archives internes de l’artothèque de Vitré, Achats des photographies – année 1983 – Dossier consacré aux acquisitions d’œuvres 1983-1987 ©ARP 2023

En cette seule année 1983, la ville de Vitré acquiert, pour un montant de 161 150 fr. – correspondant à l’enveloppe confiée par le ministère de la Culture, hors encadrement, aux collectivités -, 193 oeuvres, dont 138 estampes et 55 photographies, réalisées par 71 artistes, qui constituent le fonds initial de l’artothèque. Celui-ci a été acheté, soit auprès de galeries parisiennes A.B.C.D, Maeght, La Hune, Jean Briance et Denise René, soit auprès d’artistes, notamment Cueco. Il se compose, pour plus de la moitié, d’estampes réalisées par des artistes nationaux, dont les noms figurent sur la liste fournie par le CNAP en 1982, comme Adami, Monory, Dorny, Aillaud, Soto, Cremonini, et d’un tiers de photographies produites pour moitié également par des artistes priorisés par l’État comme Brihat, Claude Batho, Clergue et Sieff. Cet ensemble compte par exemple la lithographie Crocodile réalisée par Aillaud avec l’atelier Franck Bordas en 1983 et l’album OPUS 50, édité par Georges Fall pour Opus International en 1974, composé de 22 estampes tirées à 150 exemplaires, dont celles d’Aillaud, Arroyo, Kowalski, Rancillac, Monony, Klasen, Schlosser, Erro, Equipo Cronica, acquis par l’artothèque chez A.B.C.D. Plusieurs photographies, Tulipe Noire et Oignon de Brihat, Le Rêve de Claude Batho, Tokyo de Klein et une photographie de la série La Vallée de la mort, réalisée par Sieff en 1977, font également partie de cette sélection.

Ces premiers achats confirment le souhait de la ville de suivre fidèlement les conditions d’attribution de la subvention de développement culturel accordée par le ministère de la Culture, en acquérant notamment un fonds pour l’artothèque où le nombre d’estampes supplante celui des photographies, et dans laquelle les artistes sélectionnés par le CNAP figurent en bonne place. Ce fonds initial tel qu’il a été constitué, souligne, avec évidence, l’inscription de l’artothèque de Vitré dans le cadre suivi par les artothèques créées au début des années 1980. Mais, il montre également la capacité que l’établissement a eu de se réinventer au fil des années. Car, aujourd’hui, ce qui fait la spécificité, voire, la notoriété de l’artothèque de Vitré, n’est pas cette partie de la collection, mais bien les photographies qui y sont réunies et qu’Isabelle Tessier, responsable de l’artothèque, a présentées, à l’été 2023, dans l’exposition La Collection (1983-2023). Les 40 ans de l’artothèque de Vitré Communauté, qui rappelle l’originalité et la grande qualité des acquisitions opérées, par l’artothèque depuis 1989, au moment où l’orientation de la collection s’est faite en faveur de la photographie.

La Collection (1983-2023) Les 40 ans de l’artothèque de Vitré Communauté, exposition réalisée par l’artothèque Le Quai des arts, 17 juin 2023-15 octobre 2023, commissariat Isabelle Tessier ©ARP 2023

Pour plus d’informations sur l’exposition La Collection (1983-2023) Les 40 ans de l’artothèque de Vitré Communauté voir https://www.lesartotheques.com/agenda/40-ans-de-la-collection/ et https://www.bretagne-vitre.com/agenda/lexposition-la-collection-1983-2023-par-lartotheque-le-quai-des-arts/

Rendez-vous sur la page Le Quai des arts pour en savoir plus sur l’artothèque de Vitré communauté https://www.vitrecommunaute.org/lartotheque-de-vitre/

Visite dans les archives – Annecy

L’équipe ARP s’est rendue à Annecy pour y découvrir l’artothèque dirigée par Marie Pontoire, qui nous a chaleureusement accueillis. Située au sein de la médiathèque Bonlieu, sa collection d’œuvres s’étend sur les trois étages de l’établissement. L’espace au rez-de-chaussée est dédié aux nombreuses estampes de la collection, l’espace d’exposition est, quant à lui, situé au premier étage, à côté duquel se trouve la collection de photographies. Au deuxième étage “la petite galerie”, dédiée à un public jeune, propose plus d’un millier d’œuvres.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est FullSizeRender-scaled.jpg.
Espace Artothèque de la bibliothèque d’agglomération Bonlieu – Annecy ©ARP 2023

Ouverte en 1984 sous l’impulsion du ministère de la Culture, l’artothèque conserve précieusement toutes ses archives que nous avons eu la chance de consulter, notamment la documentation relative à sa création. Parmi cette documentation figure un dossier sur la constitution du fonds de photographies. Particulièrement conséquent, il comprend notamment des recommandations – des listes d’artistes pour la photographie (Gisèle Freund, Jean-Loup Sieff, Gilles Hermann…) , ainsi que divers renseignements sur quelques galeries parisiennes (Galerie Baudouin Lebon, Creatis, Studio 666…) – faites par le CNAP (Centre national des arts plastiques) et le ministère de Culture. Dans cet ensemble, nous avons découvert une copie d’une lettre écrite par Jean Lacambre, conservateur et responsable du service de documentation du Musée national d’art moderne, datée du 23 octobre 1983, avec une liste de noms d’artistes photographiés par Félix Rozen. Dans cette lettre, Jean Lacambre accorde toute son attention au travail de ce peintre et sculpteur, qui a contribué à la création, pour le Musée national d’art moderne, « d’un fonds de plusieurs dizaines de photographies d’artistes allant bien au-delà des simples reportages », afin de le faire connaître.

Archives Internes de l’artothèque de la bibliothèque d’agglomération Bonlieu – Annecy, Registre d’inventaire Convention-Dépots, Lettre de Jean Lacambre, conservateur et responsable du service de documentation du Musée national d’art moderne, écrite le 23 octobre 1983 ©ARP 2023

Malgré la présence de cette lettre, aucune œuvre de Rozen n’est aujourd’hui conservée dans la collection de l’artothèque d’Annecy, alors même que les portraits d’artistes qu’elle mentionne représentent ceux sélectionnés par le CNAP. Actuellement, ces portraits sont conservés dans le fonds Félix Rozen accessible à la bibliothèque Kandinsky qui contient des supports photographiques collectés ou produits par Félix Rozen (diapositifs, négatifs noir et blanc et couleur, planches- contact, tirages de travail et d’exposition). Il s’agit principalement de reproductions d’œuvres, de photographies personnelles et de voyage, ainsi que les portraits d’artistes Appel, Christo, Messagier, Raynaud, Lam, Soulages etc., en couleurs et en noir et blanc achetés, en 1982, par le Musée national d’art moderne, proposés par Jean Lacambre.

Placée sans doute par le CNAP dans la documentation fournie aux artothèques, cette lettre trouvée dans les archives de l’artothèque d’Annecy, témoigne de l’ambition du ministère de la Culture de créer une documentation sur les artistes. Elle nous invite à chercher si elle a été suivie d’effets dans certaines artothèques.

Pour en savoir plus sur l’artothèque de la bibliothèque d’agglomération Bonlieu – Annecy https://bibliotheques.annecy.fr/infos-pratiques/actualites-infos-reseau/635-lartotheque-de-la-bibliotheque-bonlieu

Le Fonds Félix Rozen est décrit sur le site de la bibliothèque Kandinsky et est consultable sur place https://bibliothequekandinsky.centrepompidou.fr/opac?id=4bf5074a-f943-4ee6-a92b-0ef170605fa0

Takesada Matsutani à l’Institut national d’histoire de l’art

L’équipe ARP se saisit de l’occasion que lui donne l’exposition d’une sélection de quatre estampes de Takesada Matsutani (né en 1937) à l’Institut national d’histoire de l’art, pour signaler la présence d’une œuvre de cet artiste dans les collections de l’artothèque de Caen et de l’artothèque de L’Aisne.

Celles-ci ont acquis, respectivement, en 2019 et en 2023, auprès de Fecit Pinxit – L’Institut des métiers de l’estampe originale – , le portfolio Faire bonne impression, dans lequel se trouve l’œuvre Circle Yellow que Takesada Matsutani a réalisée en taille douce avec Les ateliers Moret. C’est ainsi, par l’acquisition de ce portfolio, tiré à 30 exemplaires, composé de dix estampes réalisées dans dix ateliers par dix artistes, imprimé en 2019 à l’occasion de la manifestation Le Siècle Soulages organisée par la ville de Rodez et Rodez Agglomération, que ces deux artothèques ont fait entrer cet artiste japonais, résidant en France, dans leurs collections.

Archives Internes de l’Artothèque de Caen-Espaces d’art contemporain, Registre d’inventaire 2018-, vol.3, page sur laquelle figure l’achat du portfolio Faire bonne impression. Portfolio de 10 estampes, 13/30, acquisition 2019 auprès de Fexit-Pincit ©ARP 2023

L’exposition réalisée à l’occasion de la donation par Takesada Matsutani d’une partie importante de son oeuvre gravé est à voir à l’INHA au 2-4 rue Vivienne, 75002 Paris. Pour plus d’informations sur la donation : https://www.inha.fr/fr/actualites/actualites-de-l-inha/en-2020/donation-de-takesada-matsutani-a-l-institut-national-d-histoire-de-l-art.html

Pour plus de détails sur le portfolio Faire bonne impression https://www.fecit-pinxit.fr/estampes/les-ateliers-moret-avec-takesada-matsutani-didier-manonvillier-matthieu-perramantthomas-fouque/