Archives par mot-clé : Archives

Visite dans les archives — Angers

1982-1983 Une convention révisée, adoptée par le Cnap.

Le 16 septembre 1982, la ville d’Angers et le ministère de la culture signent une convention de développement culturel dans laquelle est annoncée la “création d’une galerie de prêt”. Ce projet est suivi par la signature, le 25 octobre 1982, d’une autre convention, entre la ville d’Angers représentée par Jean Monnier, et le ministère de la culture, qui valide et pose les fondements de la création de la galerie de prêt d’œuvres d’art contemporain.

AM Archives vivantes Angers 2094W22 Action culturelle, Extrait de la convention entre le ministère de la culture et la ville d’Angers, le 16 septembre 1982, p.18, ©ARP2024
AM Archives vivantes Angers 2094W22 Action culturelle, Convention entre le ministère de la culture et la ville d’Angers pour la création de la galerie de prêt d’œuvres d’art contemporain, le 25 octobre 1982, p.1/3, ©ARP2024

La convention est immédiatement adressée au directeur du service des affaires culturelles, J. Hervouet. Celui-ci alerte Gérard Pilet, adjoint au maire d’Angers en charge de la culture, au sujet de trois articles ( le 5, 10 et 11) qui soulèvent, selon lui, des interrogations, parce qu’ils ne définissent pas clairement à qui revient la propriété de la collection d’œuvres d’art acquise. Il lui demande en conséquence de consulter le ministère afin que celui-ci clarifie ses intentions.

Le 29 juin 1983, Geneviève Gallot, secrétaire générale du FIACRE, remet la convention de création de la galerie de prêt à la ville d’Angers sans qu’aucune modification n’y ait été apportée.

AM Archives vivantes Angers 2094W22 Action culturelle, Lettre de Hervouet adressée à Gérard Pilet, le 6 juillet 1983, ©ARP2024

Hervouet reprend alors le dossier et fait part, dès le 6 juillet 1983, à Gérard Pilet, des erreurs qu’il a notées. Il lui signale que la convention remise par le FIACRE ne porte pas la signature du ministère de la culture, que le lieu dans lequel la galerie de prêt doit être implantée n’est pas correctement désigné, et que les articles 5, 10 et 11 qui n’ont pas été modifiés, lui posent toujours problème. Il récapitule le motif de son inquiétude, cite les articles et les commente : “les œuvres acquises au moyen de la subvention d’État et du budget annuel de la Ville sont inscrites à l’Inventaire Général des Œuvres de l’État et la propriété des œuvres acquises revient au Ministère de la Culture. Il s’agit, en l’occurrence, d’un paragraphe léonin et je ne vois pas comment la Ville, ayant acquis des œuvres d’art sur son budget, pourrait les rétrocéder à l’État. Il y a manifestement un problème comptable qu’il convient d’éclaircir au plus vite”.

Afin d’accélérer la procédure, Hervouet propose une solution : “Je pense que l’un des paragraphes aurait pu mentionner que les œuvres acquises au moyen des subventions de l’État serait propriété de l’État et que les œuvres acquises sur les fonds municipaux demeurent propriété de la Ville.”

AM Archives vivantes Angers 2094W22 Action culturelle, Lettre de Gérard Pilet adressée au ministre de la culture, le 19 juillet 1983, ©ARP2024

Gérard Pilet prend alors l’initiative d’écrire le 19 juillet 1983 au ministre de la culture pour “recevoir des assurances de [sa] part en ce qui concerne la propriété des œuvres” car “la rédaction des articles 5, 10 et 11 laisse penser que l’État serait propriétaire de toutes les œuvres, y compris celles acquises par la Ville sur son propre budget.” Il suggère de reformuler ces articles sur le modèle qui lui a proposé Hervouet : “les œuvres acquises au moyen des subventions de l’État seront propriété de l’État; les œuvres acquises sur les fonds de la Ville d’Angers demeureront propriété de la Ville.”

AM Archives vivantes Angers 2094W22 Action culturelle, Lettre de Claude Mollard adressée à Gérard Pilet, le 10 octobre 1983, ©ARP2024

Le 10 octobre 1983, Claude Mollard répond à Gérard Pilet pour lui assurer que “les œuvres acquises sur les fonds de la Ville d’Angers demeureront propriété de la Ville” et conclut “Il ne saurait y avoir, de notre part, aucune ambiguïté sur ce point.”

AM Archives vivantes Angers 2094W22 Action culturelle, Lettre de Gérard Pilet adressée à Éliane Lecomte, le 14 octobre 1983, ©ARP2024

Quelques jours plus tard, la situation clarifiée, Gérard Pilet envoie à Éliane Lecomte, chargée de mission au ministère de la culture, le compte rendu de la réunion au cours de laquelle il a validé le cahier des charges de la future galerie de prêt en présence des membres du service des affaires culturelles de la ville, de la conservatrice des musées, Viviane Huchard, et d’Agnès Chevalier, conservatrice-adjointe de la Bibliothèque.

AM Mulhouse 1269W137 Artothèque 1983-1990, deuxième page de la convention adressée par le CNAP à la ville de Mulhouse, le 20 juillet 1983 ©ARP2024

Ces échanges, entre les représentants du service des affaires culturelles de la ville d’Angers et les services chargés, au ministère de la culture de faire appliquer les éléments de la convention de développement culturel, s’ils ont permis de clarifier la propriété des œuvres acquises pour la galerie de prêt d’Angers, ont également donné lieu à des amendements dans les nouvelles conventions adressées aux villes, puisqu’à partir de juillet 1983, l’article 11, intégralement réécrit, indique que “Les œuvres acquises sont inaliénables. En cas de dissolution de l’organisme gestionnaire, les œuvres acquises grâce aux subventions du CNAP sont la propriété du CNAP, celles acquises grâce aux subventions des collectivités locales sont propriété des collectivités.”

En conséquence, les imprécisions relevées par le service des affaires culturelles d’Angers ont servi les intérêts de tous, en clarifiant le statut d’inaliénabilité des collections et la propriété des œuvres d’art contemporain acquises par les galeries de prêt créées au début des années 1980, en modifiant les conventions signées par les villes, telle que Mulhouse et les suivantes, et le ministère de la culture.

Les archives de la galerie de prêt d’Angers sont conservées par les archives municipales et en grande partie par le service des archives vivantes. Pour plus d’information sur cet établissement culturel voir le site des musées d’Angers https://musees.angers.fr/lieux/artotheque-d-angers/index.html

Visite dans les archives — Montpellier

Le transfert des œuvres de l’artothèque de Montpellier au Musée Fabre

Tiroirs conservant les œuvres de l’artothèque au cabinet d’Arts graphiques du Musée Fabre ©ARP 2024

En février 2013, le Musée Fabre organise une exposition de certaines de ses œuvres conservées dans son cabinet des Arts graphiques. Le dossier de presse publié à cette occasion annonce que « le fonds d’estampes, riche de 1000 gravures, s’est vu augmenté en 1996 d’environ 300 pièces contemporaines issues de l’ancienne artothèque qui composent un panorama intéressant de la deuxième moitié du XXème siècle (Asse, Cueco, Alechinsky…) » [Montpellier Agglomération, « dossier de presse, “l’atelier de l’œuvre” », février 2013,p. 11]. Afin d’en apprendre davantage sur cette artothèque et sur le transfert de sa collection au cabinet des Arts graphiques, l’équipe ARP s’est rendu aux archives municipales de Montpellier et au Musée Fabre.

Tiroirs conservant les œuvres de l’artothèque au cabinet d’Arts graphiques du Musée Fabre ©ARP 2024

L’histoire de l’artothèque de Montpellier est relativement singulière. Elle fait partie des galeries de prêts « historiques », c’est-à-dire fondées avec le soutien du ministère de la Culture. Si le vote du conseil municipal procédant à la création de l’artothèque stipule que le Musée Fabre doit « en assurer le contrôle », il semble que dans les faits elle a disposé d’une certaine autonomie [Délibération du conseil municipal de Montpellier, 23 septembre 1982, cote 1D180, AM Montpellier]. L’artothèque rassemble en son sein la galerie municipale d’art contemporain ainsi qu’une salle d’exposition, une collection de livres d’artistes et un cabinet de dessin (appelé aussi galerie d’art graphique). En 1986, la galerie de prêt ouvre une antenne au sein de l’hôpital Lapeyronnie. Ces services sont placés tout au long de leur existence (1983-1996) sous la direction de Jeanne Struyve qui est seule responsable des achats des œuvres [à ce propos, voir Béatrice Auvray, Quarante-six artothèques publiques en France, mémoire de maîtrise, dir. Jean-Marc Poinsot, Université de Haute-Bretagne, Rennes 2, 1994, n. p.].

Archives municipales de Montpellier, Direction des affaires culturelles, 569W143, Établissement socio-culturels de la Ville de Montpellier dépendant de la Direction des Affaires Culturelles, aménagement et avant-projets de l’artothèque (1980-1992) ©ARP 2024

Grâce à un budget d’acquisition conséquent (il est en moyenne de 128 555 francs par an durant la période 1983-1991) [voir « Bilan d’activité 1990 » et « Bilan d’activité 1991 », cote 548W18, AM Montpellier], l’artothèque est riche en 1995 d’une collection de plus de 2000 œuvres [« Registre d’inventaire (de 1980 à 1992) », cote 607W4, AM Montpellier]. Celles-ci représentent le travail de plusieurs centaines d’artistes qui sont « mondialement reconnus pour leur contribution à l’histoire de l’art : Delaunay, Calder, Bram Van Velde, Tàpies, Chillida, Morellet… [mais aussi] des artistes régionaux avec un travail graphique reconnu : De Charmoy, Gramatzki, Gunsett, Jaulmes, Dezeuze, Bioulès, Di Rosa, Combas, Hugo, Montbron » [« Bilan d’activité 1990 », cote 548W18, AM Montpellier].

Archives municipales de Montpellier, Artothèque gestion, 607W4, registre d’inventaire (de 1980 à 1992) ©ARP 2024

En 1996, l’artothèque, ainsi que l’ensemble des services de la galerie d’art contemporain de Montpellier, ferment. Une partie de la collection est alors versée au Musée Fabre. Afin d’en apprendre plus sur ce transfert, nous avons rencontré Mme Marina Bousvarou, chargée de campagnes de restauration et du cabinet des Arts graphiques au Musée Fabre. Elle a supervisé le recollement et le reconditionnement des œuvres issues de l’artothèque.  Si elle n’a pu nous renseigner sur les conditions de ce transfert, elle nous a fourni un inventaire détaillé des dessins, estampes et photographies conservés actuellement au cabinet des Arts graphiques. Alors que l’artothèque disposait de plus de 2000 œuvres lors de sa fermeture, l’inventaire du cabinet n’en recense que 413. Si les archives municipales détiennent des dossiers concernant le fonctionnement de l’artothèque au cours des années 1983-1995, rien ne mentionne sa fermeture et la dispersion de sa collection. De même, aucun document justifiant le choix des œuvres qui sont désormais au musée n’a été retrouvé. L’équipe ARP poursuit donc ses recherches !

Pour en savoir plus, l’inventaire des archives municipales de Montpellier est disponible ici. Quant au cabinet d’Arts graphiques du Musée Fabre, une partie de sa collection est présentée ici.

Les Artothèques. Histoire(s) de collections III — Programme

L’équipe ARP est heureuse de présenter le programme de la journée d’étude Les Artothèques. Histoire(s) de collections III qui aura lieu le jeudi 28 mars 2024 à l’Institut national d’histoire de l’art

Artothèque de La Roche-sur-Yon, espace de prêt, Médiathèque Benjamin Rabier ©artothèque de La Roche-sur-Yon, 2018.

Pour rappel cette nouvelle édition se propose de poursuivre l’étude des collections des artothèques sous l’angle de leur histoire et de leur matérialité. Elle réunira à la fois des spécialistes de l’estampe, de la photographie et du multiple qui proposeront leurs regards sur ces collections ; et des responsables d’artothèques, des restauratrices et des représentantes de la mention Conservation-restauration des biens culturels (CRBC) de l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, et de l’Institut National du Patrimoine (INP) qui aborderont le sujet de la conservation préventive et de la restauration des collections en artothèques.

Interventions, tables-rondes alterneront dans cette journée organisée par Juliette Lavie et animée par les membres de l’équipe ARP.

Programme :

9h15 Accueil

9h30 Ouverture

Les artothèques publiques françaises et leurs collections 1982-2022 (ANR 22-CE27-0007)

Première partie

Modération Juliette Lavie (université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)

9h45 Le projet des galeries de prêts dans les archives du ministère de la Culture Arnaud Bertinet, (université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)

10h25 Après le multiple : l’estampe des années 1980-2000 Emmanuel Pernoud, (université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)

11h Pause

Deuxième partie

Modération Juliette Lavie (université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)

11h30 Table-ronde

L’artothèque de La Roche-sur-Yon. Histoires d’une collection (1998-2024)

Avec la participation de Sandra Doublet (Responsable de l’artothèque de La Roche-sur-Yon depuis 2019), d’Hélène Jagot (Directrice des Musées et Château de Tours, Directrice du Musée de La Roche-sur-Yon de 2005 à 2018) et d’Anne-Lise Broyer (Artiste-plasticienne)

13h Pause

Troisième partie

Modération Arnaud Bertinet (université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)

14h30 Véra Molnár, pourquoi l’estampe ? Vincent Baby (institut national d’histoire de l’art INHA)

15h45 Pause

Quatrième Partie

Modération Claire Bételu (université Paris 1 Panthéon-Sorbonne) et Rachel Suteau (institut National du Patrimoine INP)

16h15 Table-ronde

Conservation préventive en artothèques : Constats et Perspectives

Avec la participation d’Isabelle Tessier (Responsable de l’artothèque de Vitré, co-présidente de l’ADRA), de Gwenola Furic (Restauratrice diplômée de l’INP) et d’Aurélie Perreux (Responsable de l’artothèque de Saint-Priest, Restauratrice diplômée de l’INP)

17h30 Clôture de la journée

Pour télécharger le programme cliquer sur le lien placé ci-après

Visite dans les archives – Archives départementales du Calvados

L’implantation de l’artothèque de Caen dans l’hôtel d’Escoville

Les documents d’archives présentés aujourd’hui sont issus d’un carton (Direction régionale des Affaires Culturelles, 3313W/295, Dossiers de subventions entre 1980 et 2010) conservé par les Archives départementales du Calvados. Ces documents rendent compte du transfert de l’artothèque de Caen dans l’hôtel d’Escoville, situé place Saint-Pierre, face au château de Caen, à partir de 1994.

Façade de l’hôtel d’Escoville, côté cour,
© ARP 2024

Créée en 1986 par la ville de Caen, l’artothèque est installée dès son ouverture au sein du théâtre municipal de Caen. Mais en raison de travaux réalisés au théâtre dès le mois de mai 1991, elle doit être déplacée. L’artothèque, qui entre alors dans une phase transitoire de trois ans, se retrouve sans lieu fixe. Son installation n’est pas possible dans la bibliothèque municipale faute de place. Une solution doit alors être trouvée. Dès 1991, un projet vise à installer l’artothèque au 18 rue du 11 Novembre, dans l’ancien cinéma Eden et à proximité de la salle de spectacle Georges Brassens, mais en raison des coûts d’investissement prévus et du coût de location trop élevé, le projet n’aboutit pas. Le déplacement de l’artothèque dans l’hôtel d’Escoville n’est confirmé qu’à partir du mois de juillet 1993.

L’artothèque, dans l’attente d’être déplacée dans ses nouveaux locaux, occupe à titre provisoire une salle d’exposition municipale située dans le centre-ville de Caen. Puis les nouveaux prêts sont interrompus du début du mois de mai 1991 au début du mois de septembre 1991, une période de fermeture totale de l’artothèque. L’artothèque n’interrompt cependant pas entièrement son activité : elle présente notamment une exposition hors les murs en association avec la fondation Schlumberger consacrée à Dominique Bailly. L’exposition, divisée en deux parties, prend place à la fois dans l’orangerie du Jardin des plantes de Caen et au château de Crèvecœur-en-Auge (Calvados). Des expositions itinérantes circulent également pendant cette période.

Archives Départementales du Calvados , Projet d’aménagement de l’artothèque: plan du rez-de-chaussée, échelle 1/50, 1er juillet 1993,
© ARP 2024

L’artothèque partage alors l’hôtel d’Escoville avec l’office de tourisme, une quinzaine d’associations et divers autres occupants. La ville met ainsi gratuitement à disposition de l’artothèque deux salles d’exposition situées au rez-de-chaussée, deux salles d’exposition situées au premier étage dont l’une est partagée avec la ville de Caen un mois par an, et deux autres salles également situées au premier étage, l’ensemble représentant une surface de 240 m².

Archives Départementales du Calvados, Projet d’aménagement de l’artothèque: plan du premier étage, échelle 1/50, 1er juillet 1993,
© ARP 2024

L’aménagement comprend alors une galerie de prêt, une galerie d’exposition, un espace consacré à la documentation et à l’information ainsi que des locaux administratifs et techniques. La rénovation et l’aménagement de l’hôtel, dont le coût total est estimé à 750 055 F HT, sont réalisés suite aux travaux de l’architecte Walter Zbinden. L’État, par le biais du Préfet de la Région Basse-Normandie, verse alors une subvention de 200 000 F pour le réaménagement de l’hôtel d’Escoville. L’inauguration de l’hôtel d’Escoville rénové se fait le 26 mai 1994, en présence de Jean-Marie Girault sénateur et maire de Caen, Frank Cardineau, président de l’office de tourisme et de Jean Nouzille, président de l’artothèque. Cet aménagement va alors perdurer jusqu’en 2013, année où l’artothèque de Caen s’installe dans son lieu actuel, l’ancien palais ducal de l’abbaye aux Hommes.

Pour consulter le site des Archives départementales du Calvados https://archives.calvados.fr/

Visite dans les archives – Cherbourg

Une galerie de prêt dans le centre culturel de Cherbourg

Quand en février 1982, Luc Vasselin, maire-adjoint délégué aux affaires culturelles de la ville de Cherbourg, rencontre Bernard Gilman, à la direction du Développement culturel du ministère de la Culture, ce n’est pas avec l’intention de créer une galerie de prêt d’œuvres d’art dans le centre culturel, mais pour faire de Cherbourg une des villes sélectionnées par l’État pour bénéficier de la convention de Développement culturel proposée par le ministère.

Archives Municipales de Cherbourg, Dossier de séance du conseil municipal du 18 octobre 1982, Lettre de Dominique Wallon, chef de la mission de Développement culturel, adressée à Jean-Pierre Godefroy, maire de Cherbourg, 5 février 1982, ©ARP 2024

À la suite de ce premier échange, Gilman propose à Vasselin l’organisation de plusieurs missions de conseil, en février et en juin 1982 à Cherbourg, afin de s’assurer de l’éligibilité de la ville. Un avis favorable est prononcé. Les affaires culturelles livrent alors un projet à la Mission de développement culturel, dans lequel la municipalité “défini[t] ses objectifs et précis[e] la nature et l’orientation des actions qu’elle enten[d] entreprendre en matière culturelle”.

Archives Municipales de Cherbourg, Dossier de séance du conseil municipal du 18 octobre 1982, Lettre de Dominique Wallon, directeur du Développement culturel, adressée à Jean-Pierre Godefroy, maire de Cherbourg, s/c commissaire de la République de la Manche, 6 octobre 1982, p.1/2, ©ARP 2024

Dominique Wallon, nommé en juin 1982 à la direction de cette mission, demande, dans une lettre adressée au maire de Cherbourg, Jean-Pierre Godefroy, “d’apporter [au projet] les modifications ou précisions suivantes”, parmi lesquelles il cite “l’ouverture d’une Galerie de Prêt”. Il lui précise que “L’État est disposé à aider la Ville de Cherbourg à mettre en place une artothèque, l’aide initiale pourra consister en la mise à disposition d’un fonds d’estampes et de photographies, l’octroi d’une subvention de démarrage, la prise en charge de la formation des personnels affectés à ce service”. Dominique Wallon conclut sa lettre par la mention “Sous réserve de ces modifications, je vous confirme que le montant global de la dotation globale de fonctionnement qui sera versée à la ville en 1982 s’élève à 570 000 F.” Cette injonction à créer une galerie de prêt pour obtenir la signature de la convention de Développement culturel souligne l’importance de sa mise en œuvre, et lui confère un rôle prépondérant dans la politique culturelle engagée, à cette date, par le ministère de la Culture.

Archives Municipales de Cherbourg, Dossier de séance du conseil municipal du 18 octobre 1982, Projet de convention de Développement culturel entre la ville [Cherbourg] et l’État, 19 octobre 1982, p. 10, copie du projet remis par la mairie à la sous-préfecture, ©ARP 2024

Cherbourg répond favorablement à la demande de Dominique Wallon en indiquant, dans la rubrique du projet consacrée aux actions en faveur de la création, envisager “dès 1982 l’ouverture d’une Galerie de prêt, outil permanent qui viendra compléter l’ensemble des actions destinées à mettre l’Art contemporain à la portée de tous.”

Le projet de convention de Développement culturel entre la ville et l’État ainsi amendé, est accepté par le ministère de la Culture qui verse 570 000 F, dont 200 000 F pour les actions en faveur de la création et une aide de 200 000 F supplémentaire, pour la création de la galerie de prêt. Il est ensuite présenté et approuvé par les membres du Conseil municipal de la ville de Cherbourg le 18 octobre 1982.

Archives Municipales de Cherbourg, 3-58 Affaires Culturelles, Centre culturel, Expositions 1983-1986, Bilan d’activité 1982-1983, adressé par Karim Kouider, directeur du service animation du centre culturel de Cherbourg, à Luc Vasselin, maire-adjoint délégué aux affaires culturelles, 27 janvier 1984, ©ARP 2024

Dès décembre 1982, la ville organise, au titre de la convention, une exposition consacrée à François Morellet, suivie par Multiples : Louvel & Py, Audouard, Guere, Joubert, Duhaze, en mai 1983, dans le cadre de l’ouverture de l’artothèque. Au même moment, celle-ci constitue un fonds d’estampes et de photographies pour l’emprunt qu’elle présente en septembre 1983 (Doisneau, Freund, Depardon, Klein… etc), afin de “faire reconnaître”, ainsi que le projet culturel de la ville le stipule, “la photographie comme Art”.

Archives internes de l’artothèque de Cherbourg, Registre des acquisitions de photographies 1983-2000, p.1, ©ARP 2024

Alors que les affaires culturelles de la ville de Cherbourg n’avaient pas envisagé de créer une galerie de prêt, celle-ci fut l’une des premières artothèques à voir le jour en France dans un centre culturel qui rappelle avec sa bibliothèque, son théâtre, son musée et sa galerie de prêt, les services des maisons de la culture inaugurées dans les années 1960 par André Malraux.

Pour connaître les projets culturels portés par la ville de Cherbourg dans les années 1970-1980 nous vous invitons à contacter les archives municipales de la ville https://www.cherbourg.fr/infos-services/culture-et-loisirs/les-archives-municipales/presentation-2634.html

Vous retrouverez l’actualité de l’artothèque à cette adresse https://www.cherbourg.fr/infos-services/culture-et-loisirs/centre-d-art-artotheque-et-lieux-d-exposition/artotheque-323.html

Visite dans les archives – Annecy

L’équipe ARP s’est rendue à Annecy pour y découvrir l’artothèque dirigée par Marie Pontoire, qui nous a chaleureusement accueillis. Située au sein de la médiathèque Bonlieu, sa collection d’œuvres s’étend sur les trois étages de l’établissement. L’espace au rez-de-chaussée est dédié aux nombreuses estampes de la collection, l’espace d’exposition est, quant à lui, situé au premier étage, à côté duquel se trouve la collection de photographies. Au deuxième étage “la petite galerie”, dédiée à un public jeune, propose plus d’un millier d’œuvres.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est FullSizeRender-scaled.jpg.
Espace Artothèque de la bibliothèque d’agglomération Bonlieu – Annecy ©ARP 2023

Ouverte en 1984 sous l’impulsion du ministère de la Culture, l’artothèque conserve précieusement toutes ses archives que nous avons eu la chance de consulter, notamment la documentation relative à sa création. Parmi cette documentation figure un dossier sur la constitution du fonds de photographies. Particulièrement conséquent, il comprend notamment des recommandations – des listes d’artistes pour la photographie (Gisèle Freund, Jean-Loup Sieff, Gilles Hermann…) , ainsi que divers renseignements sur quelques galeries parisiennes (Galerie Baudouin Lebon, Creatis, Studio 666…) – faites par le CNAP (Centre national des arts plastiques) et le ministère de Culture. Dans cet ensemble, nous avons découvert une copie d’une lettre écrite par Jean Lacambre, conservateur et responsable du service de documentation du Musée national d’art moderne, datée du 23 octobre 1983, avec une liste de noms d’artistes photographiés par Félix Rozen. Dans cette lettre, Jean Lacambre accorde toute son attention au travail de ce peintre et sculpteur, qui a contribué à la création, pour le Musée national d’art moderne, « d’un fonds de plusieurs dizaines de photographies d’artistes allant bien au-delà des simples reportages », afin de le faire connaître.

Archives Internes de l’artothèque de la bibliothèque d’agglomération Bonlieu – Annecy, Registre d’inventaire Convention-Dépots, Lettre de Jean Lacambre, conservateur et responsable du service de documentation du Musée national d’art moderne, écrite le 23 octobre 1983 ©ARP 2023

Malgré la présence de cette lettre, aucune œuvre de Rozen n’est aujourd’hui conservée dans la collection de l’artothèque d’Annecy, alors même que les portraits d’artistes qu’elle mentionne représentent ceux sélectionnés par le CNAP. Actuellement, ces portraits sont conservés dans le fonds Félix Rozen accessible à la bibliothèque Kandinsky qui contient des supports photographiques collectés ou produits par Félix Rozen (diapositifs, négatifs noir et blanc et couleur, planches- contact, tirages de travail et d’exposition). Il s’agit principalement de reproductions d’œuvres, de photographies personnelles et de voyage, ainsi que les portraits d’artistes Appel, Christo, Messagier, Raynaud, Lam, Soulages etc., en couleurs et en noir et blanc achetés, en 1982, par le Musée national d’art moderne, proposés par Jean Lacambre.

Placée sans doute par le CNAP dans la documentation fournie aux artothèques, cette lettre trouvée dans les archives de l’artothèque d’Annecy, témoigne de l’ambition du ministère de la Culture de créer une documentation sur les artistes. Elle nous invite à chercher si elle a été suivie d’effets dans certaines artothèques.

Pour en savoir plus sur l’artothèque de la bibliothèque d’agglomération Bonlieu – Annecy https://bibliotheques.annecy.fr/infos-pratiques/actualites-infos-reseau/635-lartotheque-de-la-bibliotheque-bonlieu

Le Fonds Félix Rozen est décrit sur le site de la bibliothèque Kandinsky et est consultable sur place https://bibliothequekandinsky.centrepompidou.fr/opac?id=4bf5074a-f943-4ee6-a92b-0ef170605fa0

Visite dans les archives – Caen

Les Archives de la ville de Caen et de Caen la mer – Dossiers déposés par la Direction de la culture de la ville de Caen – La création de l’artothèque de Caen

Les documents d’archives présentés aujourd’hui ont été retrouvés dans trois cartons ( Direction de la culture 33W2 (1) Artothèque, Boite 203 et Boite 204) conservés par les archives de la ville de Caen et de Caen la mer. Ils contiennent un ensemble de pièces hétérogènes déposées par la Direction de la culture de la ville de Caen, dont quelques-unes datées de 1985 et 1986 qui rendent compte des circonstances à l’origine de la création de l’artothèque de Caen.

AM de la ville de Caen et Caen la mer, Direction de la culture 33W2(1) Artothèque – Projet d’ouverture d’une artothèque à Caen dans le cadre de la convention Arts Plastiques – Compte rendu de la réunion du 5 mars 1985 – ©ARP 2023

Le premier document sélectionné est un compte-rendu d’une réunion organisée, le 5 mars 1985, entre Chantal Rivière, maire adjoint chargé des Affaires culturelles, Vincent Valère, conseiller artistique du ministère de la Culture, François-Xavier Hauville, directeur du Service municipal des Affaires culturelles et son adjoint, Philippe Houssin, Alain Tapié, Conservateur au musée des Beaux-Arts, Mademoiselle Coves, administrateur au Théâtre municipal et Alain Chevalier, graphiste au Théâtre, afin de “préparer la création d’une Artothèque implantée à Caen et dont la réalisation s’inscrit dans le cadre de la convention Arts Plastiques entre la ville de Caen et le Ministère de la Culture”. Ce document présente les personnalités à l’origine du projet réunies pour discuter de “la nature et la finalité, [du] mode de fonctionnement et [du] choix du lieu d’implantation” de la future artothèque, et pour fixer les éléments nécessaires à la signature de la convention de développement culturel avec le ministère de la Culture afin que la ville de Caen obtienne les crédits du département de la décentralisation artistique affectés aux artothèques.

AM de la ville de Caen et Caen la mer, Direction de la culture 33W2(1) Artothèque – Lettre de Chantal Rivière adressée à Patrice Cotensin, le 25 novembre 1985 – ©ARP 2023

À la suite de cette rencontre, les discussions préliminaires se poursuivent avec Patrice Cotensin que Chantal Rivière associe au projet et auquel elle confie, ainsi qu’en témoigne une lettre qu’elle lui adresse le 25 novembre 1985, “une mission d’étude” afin d’officialiser sa participation. Dans cette lettre, elle lui signifie ses attentes et sa connaissance du dossier en lui exposant les grandes lignes à faire figurer dans son “esquisse” comme la prise en compte d’une politique d’exposition de la création vivante et d’une politique d’acquisition d’oeuvres pour que l’artothèque soit “le Centre d’une vie culturelle régionale au niveau des Arts plastiques”.

Le 2 janvier 1986, Patrice Cotensin lui remet son étude. Sur quatre pages, il développe un projet, introduit par un préambule, dans lequel il exprime le souhait de “concevoir [à l’artothèque] une politique des arts plastiques […], en étroite entente avec ce qui se fera au Musée des Beaux-Arts” et dans les institutions culturelles de Caen. Il établit ensuite des catégories : objet et objectifs, lieux, personnel, comité d’achat, modalités du prêt, statut, budget – dans lesquelles il fait part de ses idées et des éléments nécessaires à la création de l’artothèque.

AM de la ville de Caen et Caen la mer, Direction de la culture Boîte 203 – Lettre de Patrice Cotensin adressée à Chantal Rivière, le 2 janvier 1986 – ©ARP 2023

Il préconise notamment de l’implanter dans le Théâtre municipal, de “constituer une collection vivante d’oeuvres contemporaines de qualité (essentiellement de multiples – estampes, photos-)”, et de “susciter chez les artistes contemporains habitant la région le désir de travailler le multiple”. Il décrit ensuite les missions à entreprendre, recommande le recrutement de plusieurs personnes sans néanmoins se positionner, ni en tant que futur directeur, ni vis-à-vis de la composition du comité d’acquisition, du statut “juridico-administratif” ou du budget à allouer à l’artothèque. Cette “esquisse”, proposée par Patrice Cotensin, avec les suggestions de Chantal Rivière, fixe ainsi, dès janvier 1986, le projet de création de l’artothèque de Caen tel qu’il est validé le 13 mai 1986 par le ministère de la Culture.

AM de la ville de Caen et Caen la mer, Direction de la culture Boîte 204 – Facture adressée par la direction des Journaux Officiels, à Mme Rivière C, Artothèque de Caen, 05/03/1987 au motif des frai forfaitaire pour la création d’une association déclarée le 27 janvier 1987 – ©ARP 2023

Immédiatement, la ville confie à Patrice Cotensin, secondé par Claire Tangy et Sylvain Briet, la direction de l’artothèque qui ouvre au public en septembre 1986 dans le Théâtre municipal. Toutefois, ce n’est que le 27 janvier 1987 que l’artothèque acquiert officiellement son statut, à la suite de la déclaration, effectuée en préfecture par Chantal Rivière, en sa qualité de trésorière, de la création de l’Association de l’artothèque de Caen qui en assure la gestion et en fixe les missions à savoir : “prêter […], aux particuliers et aux collectivités, des estampes et photographies contemporaines appartenant notamment à la ville de Caen; organiser des expositions d’art contemporain et favoriser la création artistique”.

AM de la ville de Caen et Caen la mer, Direction de la culture Boîte 203 – Première des quatre pages du Bilan d’activités rédigé par Patrice Cotensin et envoyé à la ville de Caen, le 16 juin 1987 – ©ARP 2023

Le 16 juin 1987, Patrice Cotensin remet son premier bilan d’activités à la ville de Caen. Les actions réalisées montrent qu’après seulement huit mois d’existence, l’artothèque s’inscrit déjà parmi les institutions culturelles des arts-plastiques de la ville. Elle répond en effet à l’ensemble du “cahier des charges” qui lui a été fixé, avec à la fois une politique d’acquisition d’oeuvres multiples, effectuée auprès de nombreux interlocuteurs nationaux – l’Atelier Alma à Lyon, Prisunic, la galerie Biren etc. – une programmation culturelle variée qui compte plusieurs expositions comme celles consacrées à Olivier Debré, Henri Cartier-Bresson et à L’atelier URDLA, et enfin, des actions de soutien à la création par l’édition d’estampes. Pour cette première saison, elles ont été produites avec quatre artistes, Robert Maggiani, Jean-Gérard Gwezenneg, Philippe Ségéral, Nicolas Alquin, et contribuent à enrichir, comme Patrice Cotensin l’écrit à la ville, ” la collection de l’artothèque”.

Pour consulter les archives de la ville de Caen et de Caen la mer se rendre sur le site http://Archives de la Ville de Caen et de Caen la mer _ Caen.fr

Visite dans les archives – Brest

Les Archives municipales de Brest – Itinérance d’une artothèque

Archives municipales de Brest ©ARP 2023

Dans le cadre de ses recherches sur les artothèques bretonnes, l’équipe ARP s’est rendue aux Archives municipales de Brest. En effet, dès 1982, la cité du Ponant souscrit au projet du Ministère de la Culture de créer sur son territoire une artothèque. L’année suivante, la nouvelle galerie de prêt d’œuvres d’art dresse un premier bilan des achats qu’elle a effectué grâce à la subvention de 200 000 francs allouée par l’État. Le dossier « Assurance des expositions (1970-1988) » (cote 360W17) conservé par les Archives municipales contient la liste des œuvres acquises durant l’année 1983. Il y en a 194, réalisées par 98 artistes.

Ces œuvres ne sont pas prêtées à des particuliers mais aux collectivités et notamment aux établissements scolaires. En effet, l’artothèque de Brest ne dispose pas encore d’un local lui permettant d’accueillir un public qui viendrait, individuellement, lui emprunter ses œuvres. Ce n’est que le 28 novembre 1985 que l’artothèque est officiellement inaugurée à la bibliothèque municipale de Brest, au sein du « carré des arts », qui regroupe le conservatoire de musique, l’école et le musée des beaux-arts. L’espace, d’une superficie de 100 m2, doit lui permettre de présenter les œuvres du fonds mais aussi des expositions temporaires. La galerie de prêt d’œuvres de Brest répond alors, en partie, aux attentes du Ministère de la Culture qui préconise des locaux d’une superficie de « 200 m2 minimum qui permette l’accrochage permanent du plus grand nombre possible d’estampes ou de photographies » ainsi qu’un « lieu d’exposition temporaire » (Ministère de la Culture, Direction du Livre et de la Lecture, « Les Artothèques dans les bibliothèques », mars 1984, cote 437W1, AM Brest).

AM de Brest, 360W17 – Assurance des expositions: Artothèque – 1984 – Liste des estampes et photographies d’art de la Galerie de prêt achetées en 1983 ©ARP 2023

Au cours de l’automne 1988, la mairie décide de transférer l’artothèque dans les locaux de la discothèque située quelques rues plus loin. Les dossiers 445W24 et 437W1 conservent des pétitions de même que de nombreuses lettres de protestations d’employé·es municipaux et d’administré·es brestois·es à l’attention de la mairie. L’artiste Yves Picquet écrit ainsi que « l’initiation à l’art contemporain », « l’organisation d’expositions » et « la mise en valeur du fonds de l’artothèque », qui sont les piliers de l’artothèque, sont remis en question par son déménagement au sein de la discothèque (Yves Piquet, « Lettre au Maire de Brest », 22 septembre 1988, cote 437W1, AM Brest).

Malgré ces démarches, la galerie de prêt partage pendant quelques années les locaux de la discothèque avant d’intégrer la médiathèque Saint-Marc dans le courant des années 1990. Puis, en 2000, elle revient dans le « carré des arts » mais cette fois-ci en s’installant au sein du musée.

AM de Brest, 437W1 – Association des Bibliothèques de France, Agence de coopération, Association ENKI, Artothèque : correspondance – 1994 – Galerie d’œuvre d’art 1989 – Plan de la future artothèque de Brest à la bibliothèque Saint-Marc ©ARP 2023

Les documents conservés par les Archives municipales de Brest permettent de mieux saisir l’histoire de l’artothèque de la ville, notamment en ce qui concerne sa création, la constitution de sa collection mais aussi ses multiples déménagements. Concernant ces derniers, la consultation des archives laisse entrevoir la façon dont la municipalité a géré le développement de la galerie de prêt d’œuvres au sein des bibliothèques de la ville. Enfin, les lettres de protestations ainsi que les différentes pétitions qui font suite au déplacement de l’artothèque dans la discothèque illustrent bien l’importance que revêt la structure artistique auprès de certain·nes administré·es de la cité du Ponant.

Les Archives municipales de Brest recèlent de nombreuses autres informations sur la galerie de prêt d’œuvres d’art, pour les consulter le lecteur peut se rendre à cette adresse : https://archives.brest.fr/

Visite dans les archives – Rennes

Les Archives de la critique d’art de Rennes – L’artothèque sur les rails

Les recherches de l’équipe ARP concernant les artothèques de Bretagne nous ont conduits aux Archives de la critique d’art de Rennes. Créée en 1989, cette structure conserve des fonds d’archives de critiques, de théoricien·nes, d’historien·nes de l’art, d’artistes, de collectionneur·euses, de galeries, de centres d’art, de manifestations culturelles et d’institutions. Et parmi ces dernières, la DRAC (Direction Régionale des Affaires Culturelles) Bretagne. Les DRAC sont placées sous l’autorité des préfet·es de région et sont chargées de mettre en œuvre, au niveau régional, la politique culturelle définie par le gouvernement. En liaison avec la Délégation aux arts plastiques, les DRAC interviennent dans le domaine de l’art contemporain et font partie des acteurs majeurs de la création des artothèques.

Le fonds d’archives de la DRAC Bretagne contient de nombreuses informations sur la création des artothèques et sur leurs premiers mois d’existence. On apprend ainsi qu’en 1982, trois villes bretonnes souhaitent ouvrir des galeries de prêt d’œuvres d’art. L’année suivante, l’artothèque de Vitré débute ses activités ; puis en 1984, c’est au tour de celle de Saint-Brieuc. Quant à Brest, c’est en 1985 qu’elle accueille son public.

            C’est également en 1985 que le Ministère de la Culture lance la première édition de la « Ruée vers l’art », dans le cadre du « Mois des musées et des arts plastiques ». Plus de quatre cents manifestations artistiques sont alors prévues partout en France en novembre. En Bretagne, la DRAC organise – avec le concours de la SNCF Bretagne et les artothèques de Brest, de Saint-Brieuc et de Vitré – l’« Artothèque sur les rails ». Du 7 au 29 novembre, un « wagon-exposition » réalise quotidiennement les trajets Rennes-Brest et Rennes-Quimper afin de présenter une sélection d’œuvres acquises et conservées par les galeries de prêts bretonnes. Le double objectif de cet évènement est de faire connaître les artothèques et de familiariser le public avec l’estampe.

Archives de la Critique d’art, Rennes, FR ACA DRAC K0391 34003 – Dossier France. Bretagne. La Ruée vers l’art – 1985 – Communiqué de presse. Artothèque sur les rails. Brest – Saint-Brieuc – Vitré ©ARP 2023

Dix-neuf artistes français·es et étranger·es sont ainsi exposé·es. Leurs préoccupations les rapprochent des tendances figuratives des années 1960, 1970 et du début des années 1980 comme la nouvelle figuration, la figuration narrative ou encore la figuration libre. Les organisateur·ices de cette exposition itinérante souhaitent en effet, selon le « Communiqué de presse »retrouvé par l’équipe ARP, « montrer quelques aspects de la figuration contemporaine dans ses rapports au récit, à la narration, à la fiction ». Quinze de ces artistes sont inscrits sur la « Liste des estampes » fournie par le CNAP (Centre National des Arts Plastiques) aux artothèques lors de leur création et qui leur fournit une première sélection pour l’acquisition de leurs œuvres. Aussi, l’« Artothèque sur les rails » expose des estampes d’Eduardo Arroyo, de Valerio Adami, d’Henri Cueco, de Gérard Fromanger, de Peter Klasen, de Jacques Monory, de Bernard Rancillac, d’Hervé Télémaque, de Wolfgang Gäfgen, de Joël Kermarrec, d’Antonio Recalcati, de Gérard Schlosser, de Leonardo Cremonini, de Roberto Matta et de Gérard Titus-Carmel. Les autres artistes présenté·es sont Jean-Charles Blais, Hervé Di Rosa, Jean Le Gac et [Jill ?] Culiner.

            Si l’équipe n’a pas encore eu la possibilité d’en savoir plus sur cet évènement (déroulé, réception, etc.), ces documents de la DRAC Bretagne conservés aux Archives de la critique d’art de Rennes nous ont tout de même permis d’en apprendre davantage sur les politiques de démocratisation et de décentralisation de l’art menées par le Ministère de la Culture (Mois des musées et des arts plastiques, « Ruée vers l’art », etc.) et sur le rôle qu’ont pu y jouer les artothèques.

Pour en savoir plus sur les documents conservés par les Archives de la critique d’art, le lecteur peut consulter son catalogue en ligne à cette adresse: https://www.archivesdelacritiquedart.org/

Visite dans les archives – Lyon

Les Archives du département du Rhône et de la métropole de Lyon – Dossier déposé par la DRAC sur l’Association pour le développement des artothèques en Rhône Alpes

Un déplacement effectué par l’équipe à Lyon a permis de réaliser une visite dans les Archives du département du Rhône et de la métropole de Lyon. Celles-ci conservent sous la cote 4421W56 un dossier déposé par le service culturel de la DRAC Rhône Alpes consacré aux activités de l’Association pour le développement des artothèques en Rhône Alpes créée en 1991. Ce dossier réunit un ensemble de documents produits dans le cadre des réunions et des actions portées par cette association entre 1991 et 1994 : inventaires de collections, questionnaires remplis par les neuf artothèques membres – Annecy, Chambéry, Grenoble, Lyon, Saint-Fons, Saint-Priest, Valence, Villefranche-sur-Saône, Villeurbanne -, compte-rendus de réunions, courriers adressés à la DRAC Rhône Alpes.

Parmi les pièces significatives conservées se trouve un dossier contenant une note de synthèse rédigée à la suite de la première réunion, qui s’est tenue à la Bibliothèque Grand’Place de Grenoble, le 14 octobre 1991, à l’initiative de la DRAC Rhône Alpes, afin de valider la création d’une association dans le but de fédérer l’ensemble des artothèques de la région Rhône Alpes.

ADM de Lyon, 4421W56 DRAC Affaires culturelles – Dossiers administratifs, sur les structures et les centres d’art – artothèques – 1991-1994 – Document de travail, synthèse de la réunion du 14 octobre 1991 organisée pour fonder l’Association pour le développement des artothèques en Rhône Alpes ©ARP 2023

Cette note rédigée par Marie-Claude Jeune, conseillère pour les arts plastiques de la DRAC Rhône Alpes, dresse un bilan de la situation des artothèques dans la région qui, pour la plupart, ne sont pas, selon ses constatations, “reconnues par les institutions d’art contemporain”, et souligne l’utilité de créer une association permettant le regroupement de ces artothèques. Marie-Claude Jeune liste également les projets envisagés par la future association comme “reprendre le dialogue avec le ministère de la Culture fondateur des artothèques” qui, dit-elle, a permis l’achat entre “82 et 84 de 12000 oeuvres pour un budget de 6 millions de francs”, et “revoir [avec eux] la convention obsolète”. Ainsi, la création de cette association telle qu’elle est formulée en octobre 1991 repose en partie sur le souhait des responsables des artothèques en Rhône Alpes de redynamiser leurs structures avec l’aide du ministère de la Culture et de la DRAC afin de les inscrire davantage dans les réseaux de l’art contemporain dont ils sentent alors éloignés.

ADM de Lyon, 4421W56 DRAC Affaires culturelles – Dossiers administratifs, sur les structures et les centres d’art – artothèques – 1991-1994 – Lettre de Brigitte Laurençon, présidente de l’Association pour le développement des artothèque en Rhône Alpes et responsable de l’artothèque de Villefranche-sur-Saône, adressée à M. Beghain, directeur de la DRAC Rhône Alpes, le 7 novembre 1991 ©ARP 2023

Dès le mois de novembre 1991, Brigitte Laurençon, dans une lettre qu’elle adresse au directeur de la DRAC Rhône Alpes, Patrice Beghain, résume les idées et discussions développées au cours de la réunion du 14 octobre, et lui annonce à la fois que la décision a été prise de créer l’Association pour le développement des artothèques en Rhône Alpes, et qu’elle a été élue présidente “à l’unanimité par mes collègues”.

Ces deux documents, retrouvés dans les archives déposées par la DRAC Rhône Alpes, rendent compte des actions que les responsables des artothèques et les acteurs de la culture en France ont prises au cours de la longue histoire de ces institutions culturelles afin de les faire connaitre des réseaux de l’art contemporain, et nous renseignent sur l’origine des projets qu’ils ont réalisés. Cette visite dans les archives, comme toutes les autres, confirment l’importance des traces laissées au fil des années par ceux et celles qui ont dirigés ces établissements et auxquels l’équipe ARP souhaite rendre hommage.