Enregistrement à Vitré du podcast sur “L’histoire et les collections des artothèques” commandé par l’ADRA à Sens de la visite

Isabelle Tessier & Juliette Lavie au micro de Jérémie Thomas

Le jeudi 19 avril a été enregistré, à l’artothèque de Vitré, les discussions qui constitueront la matière d’un podcast sur “L’histoire et les collections des artothèques” réalisé par Sens de la visite.

Nous remercions Isabelle Tessier et l’ensemble de l’équipe de l’ADRA (Association de développement et de recherche sur les artothèques) de nous avoir invité à contribuer à ce projet. Merci également à Lisa & Jérémie Thomas pour leur accompagnement dans cette expérience, leur bienveillance et pour toute l’énergie qu’ils déploieront pour rendre compte en quelques minutes des longs échanges que nous avons eu.

Isabelle Tessier et Jérémie Thomas au cours de l’enregistrement du podcast consacré à l’histoire et aux collections des artothèques ©ARP 2024
Juliette Lavie et Jérémie Thomas au cours de l’enregistrement du podcast consacré à l’histoire et aux collections des artothèques ©Isabelle Tessier 2024

Le podcast sera diffusé sur le site de l’ADRA https://www.lesartotheques.com/

Pour suivre les activités de Lisa & Jérémie Thomas, vous pouvez consulter leur site https://sensdelavisite.net/

Le Journal des Arts parle des Artothèques !

Sindbad Hammache, “Les artothèques un service apprécié en quête de visibilité”, Grand Angle, Le Journal des Arts n°632, 26 avril-9 mai 2024, p. 28-29.

Le n°632 du Journal des Arts est actuellement disponible en kiosque, vous pouvez aussi retrouver l’article de Sindbad Hammache sur le site du Journal des Arts https://www.lejournaldesarts.fr/patrimoine/70-000-oeuvres-dart-meconnues-emprunter-172122

Visite dans les archives — Angers

1982-1983 Une convention révisée, adoptée par le Cnap.

Le 16 septembre 1982, la ville d’Angers et le ministère de la culture signent une convention de développement culturel dans laquelle est annoncée la “création d’une galerie de prêt”. Ce projet est suivi par la signature, le 25 octobre 1982, d’une autre convention, entre la ville d’Angers représentée par Jean Monnier, et le ministère de la culture, qui valide et pose les fondements de la création de la galerie de prêt d’œuvres d’art contemporain.

AM Archives vivantes Angers 2094W22 Action culturelle, Extrait de la convention entre le ministère de la culture et la ville d’Angers, le 16 septembre 1982, p.18, ©ARP2024
AM Archives vivantes Angers 2094W22 Action culturelle, Convention entre le ministère de la culture et la ville d’Angers pour la création de la galerie de prêt d’œuvres d’art contemporain, le 25 octobre 1982, p.1/3, ©ARP2024

La convention est immédiatement adressée au directeur du service des affaires culturelles, J. Hervouet. Celui-ci alerte Gérard Pilet, adjoint au maire d’Angers en charge de la culture, au sujet de trois articles ( le 5, 10 et 11) qui soulèvent, selon lui, des interrogations, parce qu’ils ne définissent pas clairement à qui revient la propriété de la collection d’œuvres d’art acquise. Il lui demande en conséquence de consulter le ministère afin que celui-ci clarifie ses intentions.

Le 29 juin 1983, Geneviève Gallot, secrétaire générale du FIACRE, remet la convention de création de la galerie de prêt à la ville d’Angers sans qu’aucune modification n’y ait été apportée.

AM Archives vivantes Angers 2094W22 Action culturelle, Lettre de Hervouet adressée à Gérard Pilet, le 6 juillet 1983, ©ARP2024

Hervouet reprend alors le dossier et fait part, dès le 6 juillet 1983, à Gérard Pilet, des erreurs qu’il a notées. Il lui signale que la convention remise par le FIACRE ne porte pas la signature du ministère de la culture, que le lieu dans lequel la galerie de prêt doit être implantée n’est pas correctement désigné, et que les articles 5, 10 et 11 qui n’ont pas été modifiés, lui posent toujours problème. Il récapitule le motif de son inquiétude, cite les articles et les commente : “les œuvres acquises au moyen de la subvention d’État et du budget annuel de la Ville sont inscrites à l’Inventaire Général des Œuvres de l’État et la propriété des œuvres acquises revient au Ministère de la Culture. Il s’agit, en l’occurrence, d’un paragraphe léonin et je ne vois pas comment la Ville, ayant acquis des œuvres d’art sur son budget, pourrait les rétrocéder à l’État. Il y a manifestement un problème comptable qu’il convient d’éclaircir au plus vite”.

Afin d’accélérer la procédure, Hervouet propose une solution : “Je pense que l’un des paragraphes aurait pu mentionner que les œuvres acquises au moyen des subventions de l’État serait propriété de l’État et que les œuvres acquises sur les fonds municipaux demeurent propriété de la Ville.”

AM Archives vivantes Angers 2094W22 Action culturelle, Lettre de Gérard Pilet adressée au ministre de la culture, le 19 juillet 1983, ©ARP2024

Gérard Pilet prend alors l’initiative d’écrire le 19 juillet 1983 au ministre de la culture pour “recevoir des assurances de [sa] part en ce qui concerne la propriété des œuvres” car “la rédaction des articles 5, 10 et 11 laisse penser que l’État serait propriétaire de toutes les œuvres, y compris celles acquises par la Ville sur son propre budget.” Il suggère de reformuler ces articles sur le modèle qui lui a proposé Hervouet : “les œuvres acquises au moyen des subventions de l’État seront propriété de l’État; les œuvres acquises sur les fonds de la Ville d’Angers demeureront propriété de la Ville.”

AM Archives vivantes Angers 2094W22 Action culturelle, Lettre de Claude Mollard adressée à Gérard Pilet, le 10 octobre 1983, ©ARP2024

Le 10 octobre 1983, Claude Mollard répond à Gérard Pilet pour lui assurer que “les œuvres acquises sur les fonds de la Ville d’Angers demeureront propriété de la Ville” et conclut “Il ne saurait y avoir, de notre part, aucune ambiguïté sur ce point.”

AM Archives vivantes Angers 2094W22 Action culturelle, Lettre de Gérard Pilet adressée à Éliane Lecomte, le 14 octobre 1983, ©ARP2024

Quelques jours plus tard, la situation clarifiée, Gérard Pilet envoie à Éliane Lecomte, chargée de mission au ministère de la culture, le compte rendu de la réunion au cours de laquelle il a validé le cahier des charges de la future galerie de prêt en présence des membres du service des affaires culturelles de la ville, de la conservatrice des musées, Viviane Huchard, et d’Agnès Chevalier, conservatrice-adjointe de la Bibliothèque.

AM Mulhouse 1269W137 Artothèque 1983-1990, deuxième page de la convention adressée par le CNAP à la ville de Mulhouse, le 20 juillet 1983 ©ARP2024

Ces échanges, entre les représentants du service des affaires culturelles de la ville d’Angers et les services chargés, au ministère de la culture de faire appliquer les éléments de la convention de développement culturel, s’ils ont permis de clarifier la propriété des œuvres acquises pour la galerie de prêt d’Angers, ont également donné lieu à des amendements dans les nouvelles conventions adressées aux villes, puisqu’à partir de juillet 1983, l’article 11, intégralement réécrit, indique que “Les œuvres acquises sont inaliénables. En cas de dissolution de l’organisme gestionnaire, les œuvres acquises grâce aux subventions du CNAP sont la propriété du CNAP, celles acquises grâce aux subventions des collectivités locales sont propriété des collectivités.”

En conséquence, les imprécisions relevées par le service des affaires culturelles d’Angers ont servi les intérêts de tous, en clarifiant le statut d’inaliénabilité des collections et la propriété des œuvres d’art contemporain acquises par les galeries de prêt créées au début des années 1980, en modifiant les conventions signées par les villes, telle que Mulhouse et les suivantes, et le ministère de la culture.

Les archives de la galerie de prêt d’Angers sont conservées par les archives municipales et en grande partie par le service des archives vivantes. Pour plus d’information sur cet établissement culturel voir le site des musées d’Angers https://musees.angers.fr/lieux/artotheque-d-angers/index.html

La Base de Données collections-artotheques du Projet ARP (épisode 2)

Enrichissement de la collection “Artistes”

La base de données connaît actuellement une avancée significative grâce à l’aide apportée par les 42 étudiant.e.s du Master Patrimoine et Musées de l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

Nous leur avons confié, après une présentation de la base de données, du vade-mecum et des outils numériques utiles aux recherches documentaires, la saisie de données dans la collection “Artistes” de la base. Ils ont travaillé à partir des inventaires des artothèques de Strasbourg, Le Ring à Nantes (fermée), Art delivery, Toulouse (fermée), La Roche-sur-Yon, Montpellier, Mulhouse, Le Frac-Artothèque Nouvelle Aquitaine et Grand Est/plus vite. Leur contribution a ainsi permis d’enrichir rapidement cette collection.

Capture d’écran de la base de données le 5 février 2024. Page Collection “Artistes”, 2612 fiches artistes figurent alors dans cette collection.

Après trois mois, le résultat a largement dépassé nos attentes. La collection “Artistes” qui était constituée de 2612 fiches avant leur contribution, compte désormais 4117 noms d’artistes et de collectifs. Ils sont ainsi parvenus à créer 1505 fiches de plus, soit environ 36 fiches par étudiant.es.

Capture d’écran de la base de données le 19 avril 2024. Page Collection “Artistes”, 4117 fiches artistes figurent désormais dans cette collection.

En quelques chiffres, et dans l’état actuel d’avancement de la saisie, nous pouvons dire qu’il y a 1149 artistes femmes, 2877 artistes français.e.s, environ 800 artistes internationaux qui ont vécu pendant une partie de leur carrière en France ou y vivent actuellement, 184 artistes états-unien.ne.s, 160 artistes allemand.e.s, 97 artistes suisses, 87 artistes britanniques, 37 artistes japonais.e.s, 14 artistes mexicain.ne.s, 14 artistes coréen.ne.s etc., représenté.e.s par au moins une œuvre dans les collections des artothèques.

Capture d’écran de la base de données le 19 avril 2024. Page 5 d’un ensemble de 46 pages de résultats ( soit 1149 fiches) liés à la recherche : les artistes femmes présentent dans la base de données.

Nous remercions chaleureusement l’ensemble des étudiant.e.s du Master Patrimoine et Musées de l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne pour leur travail, leur engagement et leur intérêt.

Nous poursuivons actuellement l’enrichissement de cette collection.

Entretiens — L’arthotèque-Galerie Pierre Tal-Coat d’Hennebont

Panneau situé à l’entrée du centre socioculturel d’Hennebont ©ARP 2023

En janvier 1999, l’artothèque d’Hennebont inaugure ses espaces. La brochure municipale annonçant son ouverture indique que sa collection est riche de plus de 400 œuvres (gravures, sérigraphies, lithographies, photographies, etc.) témoignant de la création artistique allant des années 1950 jusqu’à la dernière décennie du XXème siècle. Afin d’en apprendre davantage sur cette structure municipale, l’équipe ARP a rencontré Jean-Philippe Dhollande, directeur de la culture de la ville d’Hennebont, ainsi que Fanny Gingreau, responsable de l’artothèque-galerie. De cette rencontre résulte des entretiens dont nous reproduisons ici quelques extraits.

Vue de l’artothèque d’Hennebont ©ARP 2023

Équipe ARP : « Pouvez-vous revenir sur l’histoire de l’artothèque-galerie ? »

Jean-Philippe Dhollande : « L’artothèque est liée à l’histoire de ce bâtiment [le centre socio-culturel, qui comprend notamment la médiathèque, l’artothèque et la galerie] et à Jacques Guilchet. C’est lui qui a créé cette médiathèque en 1985 […] et qui a accompagné la création de l’artothèque avec Thierry Le Saëc. »

Fanny Gingreau : « Dans les années 1980/1985, l’équipe municipale, avec Jacques Guilchet et Thierry Le Saëc, s’est intéressée à l’accessibilité à l’art, à la démocratisation de l’art. De fait, la collection [de l’artothèque] a commencée à être créée dans ces années-là. […] Il y a, selon moi, plusieurs époques dans l’histoire de l’artothèque. La première est celle de Thierry Le Saëc et de Béatrice Frutos [la première responsable de l’artothèque]. Ensuite, il y a la période où Lucie Cabanne a la charge de la structure. Toutefois, l’accessibilité à l’art voulue par la mairie dans les années 1980 est toujours présente aujourd’hui.

Vue de la galerie jouxtant l’artothèque d’Hennebont ©ARP 2023

Équipe ARP : « Quelles étaient et quelles sont les missions de l’artothèque ? »

Jean-Philippe Dhollande : « Le projet des artothèques, c’était de rendre l’art contemporain accessible. Il y avait cette idée de démocratisation de la culture. […] L’art est un support à la discussion, il faut que ça le reste. Les trois principes sur lesquels a été créée l’artothèque sont toujours d’actualité :  la constitution d’un fonds d’art contemporain ; le soutien à la création par les achats ; rendre accessible l’art contemporain à un large public via le prêt d’œuvres. »

Fanny Gingreau : « Aujourd’hui, l’objectif est de continuer à constituer la collection. […] La diffusion de la collection reste vraiment le cœur de mon travail. Il s’agit de faire le lien entre les artistes et les abonnés [de l’artothèque]. […] L’idée, c’est de trouver des publics les plus divers et les sensibiliser à l’art. »

Vue de l’artothèque d’Hennebont ©ARP 2023

Équipe ARP : « Comment s’est constituée la collection d’œuvres de l’artothèque et comment continue-t-elle à s’enrichir ? »

Fanny Gingreau : « À partir de 1985, il y a eu des expositions dans le hall de la médiathèque. […] Les acquisitions se faisaient auprès des artistes qui exposaient. […] Il y a également eu un partenariat avec le festival « L’art dans les chapelles » […] car la ville d’Hennebont était sur le parcours de cette manifestation artistique. […] Je trouve que l’artothèque est un endroit qui permet d’avoir des artistes reconnus, comme Soulages, Alechinsky […] et en même temps, c’est aussi le lieu où l’on peut rencontrer des artistes du territoire. […] J’ai une programmation qui est très liée aux artistes de la région et j’achète à chaque exposition une œuvre. Cela fait partie de la politique de soutien aux artistes portée par l’artothèque. […] Pour sortir un peu de la dimension locale de la collection, je compte beaucoup sur les dépôts et sur les dons. Les commandes du CNAP, que nous conservons en dépôt, donnent une dimension nationale à la collection. […] Lorsque l’on parle de constituer la collection comme un panorama de l’art actuel, il y a un biais puisqu’il s’agit d’un panorama de l’estampe et de la gravure, donc d’une partie seulement de l’art contemporain. On ne reflète pas l’art vidéo, la performance, etc. mais seulement ce qui se fait actuellement dans la limite de ce qui est empruntable ».

Jean-Philippe Dhollande : « Au départ, je pense que c’était Thierry Le Saëc qui choisissait les œuvres. […] Après, avec Béatrice Frutos puis avec Lucie, on faisait des prospections et j’ai aidé au choix des œuvres. […] Aujourd’hui, on achète une œuvre des artistes que l’on expose à la galerie et puis après, c’est au gré des sollicitations, des rencontres que fait Fanny Gingreau et puis ce qu’elle imagine qu’il y a à compléter dans le fonds […]. L’artothèque doit être le reflet de l’art actuel ».

Vue de l’artothèque d’Hennebont ©ARP 2023

Équipe ARP : « Souhaitez vous favoriser un courant ou une tendance de l’histoire de l’art en particulier ? »

Jean-Philippe Dhollande : « Non. Ce qui est intéressant c’est de montrer la diversité de ce qui se fait. Cela étant, la nature des acquisitions évolue selon celui ou celle qui les fait. Les programmations dans la galerie sont différentes également selon celui ou celle qui est en poste à ce moment-là. La dimension subjective est très importante dans les choix des acquisitions. Et puis, en vingt-cinq ans le public a changé.

Fanny Gingreau : « J’aimerais bien de ne pas favoriser un mouvement. J’ai envie de représenter le panorama de ce qui se fait actuellement. […] J’ai plusieurs œuvres assez figuratives dont l’objet est le lien avec la nature. Mais j’aime beaucoup l’abstraction et notamment celle qui se rapproche de l’abstraction lyrique. Je n’ai pas vraiment de lignes ou d’axes prédéfinis, ma volonté c’est d’être la plus éclectique possible. Il y a tout de même des thèmes récurrents : le lien avec la nature, l’humain, l’introspection. […] Ce sont beaucoup les questions d’actualité qui président à mes choix. […] Au départ, je ne sélectionnais que des artistes qui faisaient de la gravure, des estampes ou de la photo mais j’avais l’impression de m’enfermer. Par la suite, il y a eu des achats d’aquarelles, des dessins, des volumes, des pièces uniques ont intégrées la collection. Aujourd’hui, j’ai envie de m’ouvrir à d’autres médiums, d’autres techniques. J’ai envie de plus de volume, j’ai envie de sortir des murs, de sortir du cadre. »

Vue de l’artothèque d’Hennebont ©ARP 2023

Équipe ARP : « Quels liens entretenez-vous avec les structures municipales, régionales et nationales ? »

Jean-Philippe Dhollande : « Le fonds de l’artothèque est parfois mis à profit d’actions municipales. Aussi, à l’occasion de la Semaine de la petite enfance, une partie du fonds qui traite de ce sujet a été exposé. Il en va de même pour le sport, par exemple. En ce qui concerne le milieu scolaire, cela fait trois ans que l’on met en place des parcours d’éducation artistique et culturel (EAC) qui sont fortement encouragés par la DRAC [Direction régionale des Affaires culturelles] et l’éducation nationale. Il s’agit de visites de la galerie et d’emprunts d’œuvres à la bibliothèque selon un projet pédagogique élaboré par l’établissement scolaire. Par ailleurs, nous entretenons des relations avec la DRAC en tant que bénéficiaire de ses subventions. Nous avons également des rapports avec le FNAC [Fonds national d’art contemporain] car nous avons certaines de leurs œuvres en dépôt [notamment les portfolios Estampes et Révolution, 200 ans après et Heureux le visionnaire dont la seule arme et le stylet du graveur, commandés par le ministère de la Culture en 1989 et en 1996]. Enfin, nous sommes en lien avec le CNAP [Centre national des arts plastiques] qui passe, avec l’ADRA [Association de développement et de recherche sur les artothèques], des commandes auprès des artistes.

Fanny Gingreau : Le lien avec l’ADRA est important car les commandes d’estampes réalisées conjointement avec le CNAP (Quotidien, Emanata et Les temps changent) [et qui intègrent la collection de l’artothèque sous la forme de dépôts], permettent de garder une vision plus nationale sur la création artistique. Je travaille également en collaboration avec d’autres structures. Il y a la galerie Le Lieu [tenue par une association, en partenariat avec la ville de Lorient] qui est tournée vers la photo (cela explique pourquoi l’artothèque d’Hennebont ne conserve pas beaucoup de photos, sans pour autant qu’il y ait de chasse gardée) ; il y a la galerie du Faouëdic [espace d’exposition municipal, à Lorient] qui expose des artistes plus connus ou émergents ; il y a aussi l’Atelier d’Estienne à Pont-Scorff [centre d’art contemporain municipal] qui présente davantage d’artistes nationaux. Je pense qu’on est assez complémentaires dans nos programmations. Il y a aussi le domaine de Kerguéhennec [centre d’art contemporain géré par le département du Morbihan] mais qui est un peu plus éloigné de nous. Une fois par an (en fin d’année, d’octobre à décembre), il y a une exposition commune avec ces structures artistiques qui proposent un parcours à travers différents centres d’art du pays de Lorient. En ce moment [décembre 2023], il y a les « Rencontres photographiques du pays de Lorient » et c’est la galerie Le Lieu qui a en a la direction artistique. L’exposition actuelle à la galerie de l’artothèque d’Hennebont (Amélie Labourdette, « KÓSMOS ») rentre dans ce cadre de ce partenariat.

Aujourd’hui, la collection de l’artothèque d’Hennebont est riche de plus de 1100 œuvres dont l’immense majorité peut être empruntée. Outre le prêt, l’artothèque continue son travail de diffusion et de valorisation de l’art contemporain par le biais d’expositions, de projets d’éditions, d’ateliers d’animation et de médiation, etc.

L’artothèque-galerie d’Hennebont dispose d’un site internet sur lequel vous pouvez consulter le catalogue de la collection mais aussi son actualité.

Visite dans les archives — Montpellier

Le transfert des œuvres de l’artothèque de Montpellier au Musée Fabre

Tiroirs conservant les œuvres de l’artothèque au cabinet d’Arts graphiques du Musée Fabre ©ARP 2024

En février 2013, le Musée Fabre organise une exposition de certaines de ses œuvres conservées dans son cabinet des Arts graphiques. Le dossier de presse publié à cette occasion annonce que « le fonds d’estampes, riche de 1000 gravures, s’est vu augmenté en 1996 d’environ 300 pièces contemporaines issues de l’ancienne artothèque qui composent un panorama intéressant de la deuxième moitié du XXème siècle (Asse, Cueco, Alechinsky…) » [Montpellier Agglomération, « dossier de presse, “l’atelier de l’œuvre” », février 2013,p. 11]. Afin d’en apprendre davantage sur cette artothèque et sur le transfert de sa collection au cabinet des Arts graphiques, l’équipe ARP s’est rendu aux archives municipales de Montpellier et au Musée Fabre.

Tiroirs conservant les œuvres de l’artothèque au cabinet d’Arts graphiques du Musée Fabre ©ARP 2024

L’histoire de l’artothèque de Montpellier est relativement singulière. Elle fait partie des galeries de prêts « historiques », c’est-à-dire fondées avec le soutien du ministère de la Culture. Si le vote du conseil municipal procédant à la création de l’artothèque stipule que le Musée Fabre doit « en assurer le contrôle », il semble que dans les faits elle a disposé d’une certaine autonomie [Délibération du conseil municipal de Montpellier, 23 septembre 1982, cote 1D180, AM Montpellier]. L’artothèque rassemble en son sein la galerie municipale d’art contemporain ainsi qu’une salle d’exposition, une collection de livres d’artistes et un cabinet de dessin (appelé aussi galerie d’art graphique). En 1986, la galerie de prêt ouvre une antenne au sein de l’hôpital Lapeyronnie. Ces services sont placés tout au long de leur existence (1983-1996) sous la direction de Jeanne Struyve qui est seule responsable des achats des œuvres [à ce propos, voir Béatrice Auvray, Quarante-six artothèques publiques en France, mémoire de maîtrise, dir. Jean-Marc Poinsot, Université de Haute-Bretagne, Rennes 2, 1994, n. p.].

Archives municipales de Montpellier, Direction des affaires culturelles, 569W143, Établissement socio-culturels de la Ville de Montpellier dépendant de la Direction des Affaires Culturelles, aménagement et avant-projets de l’artothèque (1980-1992) ©ARP 2024

Grâce à un budget d’acquisition conséquent (il est en moyenne de 128 555 francs par an durant la période 1983-1991) [voir « Bilan d’activité 1990 » et « Bilan d’activité 1991 », cote 548W18, AM Montpellier], l’artothèque est riche en 1995 d’une collection de plus de 2000 œuvres [« Registre d’inventaire (de 1980 à 1992) », cote 607W4, AM Montpellier]. Celles-ci représentent le travail de plusieurs centaines d’artistes qui sont « mondialement reconnus pour leur contribution à l’histoire de l’art : Delaunay, Calder, Bram Van Velde, Tàpies, Chillida, Morellet… [mais aussi] des artistes régionaux avec un travail graphique reconnu : De Charmoy, Gramatzki, Gunsett, Jaulmes, Dezeuze, Bioulès, Di Rosa, Combas, Hugo, Montbron » [« Bilan d’activité 1990 », cote 548W18, AM Montpellier].

Archives municipales de Montpellier, Artothèque gestion, 607W4, registre d’inventaire (de 1980 à 1992) ©ARP 2024

En 1996, l’artothèque, ainsi que l’ensemble des services de la galerie d’art contemporain de Montpellier, ferment. Une partie de la collection est alors versée au Musée Fabre. Afin d’en apprendre plus sur ce transfert, nous avons rencontré Mme Marina Bousvarou, chargée de campagnes de restauration et du cabinet des Arts graphiques au Musée Fabre. Elle a supervisé le recollement et le reconditionnement des œuvres issues de l’artothèque.  Si elle n’a pu nous renseigner sur les conditions de ce transfert, elle nous a fourni un inventaire détaillé des dessins, estampes et photographies conservés actuellement au cabinet des Arts graphiques. Alors que l’artothèque disposait de plus de 2000 œuvres lors de sa fermeture, l’inventaire du cabinet n’en recense que 413. Si les archives municipales détiennent des dossiers concernant le fonctionnement de l’artothèque au cours des années 1983-1995, rien ne mentionne sa fermeture et la dispersion de sa collection. De même, aucun document justifiant le choix des œuvres qui sont désormais au musée n’a été retrouvé. L’équipe ARP poursuit donc ses recherches !

Pour en savoir plus, l’inventaire des archives municipales de Montpellier est disponible ici. Quant au cabinet d’Arts graphiques du Musée Fabre, une partie de sa collection est présentée ici.