Visite dans les archives – Annecy

L’équipe ARP s’est rendue à Annecy pour y découvrir l’artothèque dirigée par Marie Pontoire, qui nous a chaleureusement accueillis. Située au sein de la médiathèque Bonlieu, sa collection d’œuvres s’étend sur les trois étages de l’établissement. L’espace au rez-de-chaussée est dédié aux nombreuses estampes de la collection, l’espace d’exposition est, quant à lui, situé au premier étage, à côté duquel se trouve la collection de photographies. Au deuxième étage “la petite galerie”, dédiée à un public jeune, propose plus d’un millier d’œuvres.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est FullSizeRender-scaled.jpg.
Espace Artothèque de la bibliothèque d’agglomération Bonlieu – Annecy ©ARP 2023

Ouverte en 1984 sous l’impulsion du ministère de la Culture, l’artothèque conserve précieusement toutes ses archives que nous avons eu la chance de consulter, notamment la documentation relative à sa création. Parmi cette documentation figure un dossier sur la constitution du fonds de photographies. Particulièrement conséquent, il comprend notamment des recommandations – des listes d’artistes pour la photographie (Gisèle Freund, Jean-Loup Sieff, Gilles Hermann…) , ainsi que divers renseignements sur quelques galeries parisiennes (Galerie Baudouin Lebon, Creatis, Studio 666…) – faites par le CNAP (Centre national des arts plastiques) et le ministère de Culture. Dans cet ensemble, nous avons découvert une copie d’une lettre écrite par Jean Lacambre, conservateur et responsable du service de documentation du Musée national d’art moderne, datée du 23 octobre 1983, avec une liste de noms d’artistes photographiés par Félix Rozen. Dans cette lettre, Jean Lacambre accorde toute son attention au travail de ce peintre et sculpteur, qui a contribué à la création, pour le Musée national d’art moderne, « d’un fonds de plusieurs dizaines de photographies d’artistes allant bien au-delà des simples reportages », afin de le faire connaître.

Archives Internes de l’artothèque de la bibliothèque d’agglomération Bonlieu – Annecy, Registre d’inventaire Convention-Dépots, Lettre de Jean Lacambre, conservateur et responsable du service de documentation du Musée national d’art moderne, écrite le 23 octobre 1983 ©ARP 2023

Malgré la présence de cette lettre, aucune œuvre de Rozen n’est aujourd’hui conservée dans la collection de l’artothèque d’Annecy, alors même que les portraits d’artistes qu’elle mentionne représentent ceux sélectionnés par le CNAP. Actuellement, ces portraits sont conservés dans le fonds Félix Rozen accessible à la bibliothèque Kandinsky qui contient des supports photographiques collectés ou produits par Félix Rozen (diapositifs, négatifs noir et blanc et couleur, planches- contact, tirages de travail et d’exposition). Il s’agit principalement de reproductions d’œuvres, de photographies personnelles et de voyage, ainsi que les portraits d’artistes Appel, Christo, Messagier, Raynaud, Lam, Soulages etc., en couleurs et en noir et blanc achetés, en 1982, par le Musée national d’art moderne, proposés par Jean Lacambre.

Placée sans doute par le CNAP dans la documentation fournie aux artothèques, cette lettre trouvée dans les archives de l’artothèque d’Annecy, témoigne de l’ambition du ministère de la Culture de créer une documentation sur les artistes. Elle nous invite à chercher si elle a été suivie d’effets dans certaines artothèques.

Pour en savoir plus sur l’artothèque de la bibliothèque d’agglomération Bonlieu – Annecy https://bibliotheques.annecy.fr/infos-pratiques/actualites-infos-reseau/635-lartotheque-de-la-bibliotheque-bonlieu

Le Fonds Félix Rozen est décrit sur le site de la bibliothèque Kandinsky et est consultable sur place https://bibliothequekandinsky.centrepompidou.fr/opac?id=4bf5074a-f943-4ee6-a92b-0ef170605fa0

Takesada Matsutani à l’Institut national d’histoire de l’art

L’équipe ARP se saisit de l’occasion que lui donne l’exposition d’une sélection de quatre estampes de Takesada Matsutani (né en 1937) à l’Institut national d’histoire de l’art, pour signaler la présence d’une œuvre de cet artiste dans les collections de l’artothèque de Caen et de l’artothèque de L’Aisne.

Celles-ci ont acquis, respectivement, en 2019 et en 2023, auprès de Fecit Pinxit – L’Institut des métiers de l’estampe originale – , le portfolio Faire bonne impression, dans lequel se trouve l’œuvre Circle Yellow que Takesada Matsutani a réalisée en taille douce avec Les ateliers Moret. C’est ainsi, par l’acquisition de ce portfolio, tiré à 30 exemplaires, composé de dix estampes réalisées dans dix ateliers par dix artistes, imprimé en 2019 à l’occasion de la manifestation Le Siècle Soulages organisée par la ville de Rodez et Rodez Agglomération, que ces deux artothèques ont fait entrer cet artiste japonais, résidant en France, dans leurs collections.

Archives Internes de l’Artothèque de Caen-Espaces d’art contemporain, Registre d’inventaire 2018-, vol.3, page sur laquelle figure l’achat du portfolio Faire bonne impression. Portfolio de 10 estampes, 13/30, acquisition 2019 auprès de Fexit-Pincit ©ARP 2023

L’exposition réalisée à l’occasion de la donation par Takesada Matsutani d’une partie importante de son oeuvre gravé est à voir à l’INHA au 2-4 rue Vivienne, 75002 Paris. Pour plus d’informations sur la donation : https://www.inha.fr/fr/actualites/actualites-de-l-inha/en-2020/donation-de-takesada-matsutani-a-l-institut-national-d-histoire-de-l-art.html

Pour plus de détails sur le portfolio Faire bonne impression https://www.fecit-pinxit.fr/estampes/les-ateliers-moret-avec-takesada-matsutani-didier-manonvillier-matthieu-perramantthomas-fouque/

Visite dans les archives – Caen

Les Archives de la ville de Caen et de Caen la mer – Dossiers déposés par la Direction de la culture de la ville de Caen – La création de l’artothèque de Caen

Les documents d’archives présentés aujourd’hui ont été retrouvés dans trois cartons ( Direction de la culture 33W2 (1) Artothèque, Boite 203 et Boite 204) conservés par les archives de la ville de Caen et de Caen la mer. Ils contiennent un ensemble de pièces hétérogènes déposées par la Direction de la culture de la ville de Caen, dont quelques-unes datées de 1985 et 1986 qui rendent compte des circonstances à l’origine de la création de l’artothèque de Caen.

AM de la ville de Caen et Caen la mer, Direction de la culture 33W2(1) Artothèque – Projet d’ouverture d’une artothèque à Caen dans le cadre de la convention Arts Plastiques – Compte rendu de la réunion du 5 mars 1985 – ©ARP 2023

Le premier document sélectionné est un compte-rendu d’une réunion organisée, le 5 mars 1985, entre Chantal Rivière, maire adjoint chargé des Affaires culturelles, Vincent Valère, conseiller artistique du ministère de la Culture, François-Xavier Hauville, directeur du Service municipal des Affaires culturelles et son adjoint, Philippe Houssin, Alain Tapié, Conservateur au musée des Beaux-Arts, Mademoiselle Coves, administrateur au Théâtre municipal et Alain Chevalier, graphiste au Théâtre, afin de “préparer la création d’une Artothèque implantée à Caen et dont la réalisation s’inscrit dans le cadre de la convention Arts Plastiques entre la ville de Caen et le Ministère de la Culture”. Ce document présente les personnalités à l’origine du projet réunies pour discuter de “la nature et la finalité, [du] mode de fonctionnement et [du] choix du lieu d’implantation” de la future artothèque, et pour fixer les éléments nécessaires à la signature de la convention de développement culturel avec le ministère de la Culture afin que la ville de Caen obtienne les crédits du département de la décentralisation artistique affectés aux artothèques.

AM de la ville de Caen et Caen la mer, Direction de la culture 33W2(1) Artothèque – Lettre de Chantal Rivière adressée à Patrice Cotensin, le 25 novembre 1985 – ©ARP 2023

À la suite de cette rencontre, les discussions préliminaires se poursuivent avec Patrice Cotensin que Chantal Rivière associe au projet et auquel elle confie, ainsi qu’en témoigne une lettre qu’elle lui adresse le 25 novembre 1985, “une mission d’étude” afin d’officialiser sa participation. Dans cette lettre, elle lui signifie ses attentes et sa connaissance du dossier en lui exposant les grandes lignes à faire figurer dans son “esquisse” comme la prise en compte d’une politique d’exposition de la création vivante et d’une politique d’acquisition d’oeuvres pour que l’artothèque soit “le Centre d’une vie culturelle régionale au niveau des Arts plastiques”.

Le 2 janvier 1986, Patrice Cotensin lui remet son étude. Sur quatre pages, il développe un projet, introduit par un préambule, dans lequel il exprime le souhait de “concevoir [à l’artothèque] une politique des arts plastiques […], en étroite entente avec ce qui se fera au Musée des Beaux-Arts” et dans les institutions culturelles de Caen. Il établit ensuite des catégories : objet et objectifs, lieux, personnel, comité d’achat, modalités du prêt, statut, budget – dans lesquelles il fait part de ses idées et des éléments nécessaires à la création de l’artothèque.

AM de la ville de Caen et Caen la mer, Direction de la culture Boîte 203 – Lettre de Patrice Cotensin adressée à Chantal Rivière, le 2 janvier 1986 – ©ARP 2023

Il préconise notamment de l’implanter dans le Théâtre municipal, de “constituer une collection vivante d’oeuvres contemporaines de qualité (essentiellement de multiples – estampes, photos-)”, et de “susciter chez les artistes contemporains habitant la région le désir de travailler le multiple”. Il décrit ensuite les missions à entreprendre, recommande le recrutement de plusieurs personnes sans néanmoins se positionner, ni en tant que futur directeur, ni vis-à-vis de la composition du comité d’acquisition, du statut “juridico-administratif” ou du budget à allouer à l’artothèque. Cette “esquisse”, proposée par Patrice Cotensin, avec les suggestions de Chantal Rivière, fixe ainsi, dès janvier 1986, le projet de création de l’artothèque de Caen tel qu’il est validé le 13 mai 1986 par le ministère de la Culture.

AM de la ville de Caen et Caen la mer, Direction de la culture Boîte 204 – Facture adressée par la direction des Journaux Officiels, à Mme Rivière C, Artothèque de Caen, 05/03/1987 au motif des frai forfaitaire pour la création d’une association déclarée le 27 janvier 1987 – ©ARP 2023

Immédiatement, la ville confie à Patrice Cotensin, secondé par Claire Tangy et Sylvain Briet, la direction de l’artothèque qui ouvre au public en septembre 1986 dans le Théâtre municipal. Toutefois, ce n’est que le 27 janvier 1987 que l’artothèque acquiert officiellement son statut, à la suite de la déclaration, effectuée en préfecture par Chantal Rivière, en sa qualité de trésorière, de la création de l’Association de l’artothèque de Caen qui en assure la gestion et en fixe les missions à savoir : “prêter […], aux particuliers et aux collectivités, des estampes et photographies contemporaines appartenant notamment à la ville de Caen; organiser des expositions d’art contemporain et favoriser la création artistique”.

AM de la ville de Caen et Caen la mer, Direction de la culture Boîte 203 – Première des quatre pages du Bilan d’activités rédigé par Patrice Cotensin et envoyé à la ville de Caen, le 16 juin 1987 – ©ARP 2023

Le 16 juin 1987, Patrice Cotensin remet son premier bilan d’activités à la ville de Caen. Les actions réalisées montrent qu’après seulement huit mois d’existence, l’artothèque s’inscrit déjà parmi les institutions culturelles des arts-plastiques de la ville. Elle répond en effet à l’ensemble du “cahier des charges” qui lui a été fixé, avec à la fois une politique d’acquisition d’oeuvres multiples, effectuée auprès de nombreux interlocuteurs nationaux – l’Atelier Alma à Lyon, Prisunic, la galerie Biren etc. – une programmation culturelle variée qui compte plusieurs expositions comme celles consacrées à Olivier Debré, Henri Cartier-Bresson et à L’atelier URDLA, et enfin, des actions de soutien à la création par l’édition d’estampes. Pour cette première saison, elles ont été produites avec quatre artistes, Robert Maggiani, Jean-Gérard Gwezenneg, Philippe Ségéral, Nicolas Alquin, et contribuent à enrichir, comme Patrice Cotensin l’écrit à la ville, ” la collection de l’artothèque”.

Pour consulter les archives de la ville de Caen et de Caen la mer se rendre sur le site http://Archives de la Ville de Caen et de Caen la mer _ Caen.fr

Visite dans les archives – Brest

Les Archives municipales de Brest – Itinérance d’une artothèque

Archives municipales de Brest ©ARP 2023

Dans le cadre de ses recherches sur les artothèques bretonnes, l’équipe ARP s’est rendue aux Archives municipales de Brest. En effet, dès 1982, la cité du Ponant souscrit au projet du Ministère de la Culture de créer sur son territoire une artothèque. L’année suivante, la nouvelle galerie de prêt d’œuvres d’art dresse un premier bilan des achats qu’elle a effectué grâce à la subvention de 200 000 francs allouée par l’État. Le dossier « Assurance des expositions (1970-1988) » (cote 360W17) conservé par les Archives municipales contient la liste des œuvres acquises durant l’année 1983. Il y en a 194, réalisées par 98 artistes.

Ces œuvres ne sont pas prêtées à des particuliers mais aux collectivités et notamment aux établissements scolaires. En effet, l’artothèque de Brest ne dispose pas encore d’un local lui permettant d’accueillir un public qui viendrait, individuellement, lui emprunter ses œuvres. Ce n’est que le 28 novembre 1985 que l’artothèque est officiellement inaugurée à la bibliothèque municipale de Brest, au sein du « carré des arts », qui regroupe le conservatoire de musique, l’école et le musée des beaux-arts. L’espace, d’une superficie de 100 m2, doit lui permettre de présenter les œuvres du fonds mais aussi des expositions temporaires. La galerie de prêt d’œuvres de Brest répond alors, en partie, aux attentes du Ministère de la Culture qui préconise des locaux d’une superficie de « 200 m2 minimum qui permette l’accrochage permanent du plus grand nombre possible d’estampes ou de photographies » ainsi qu’un « lieu d’exposition temporaire » (Ministère de la Culture, Direction du Livre et de la Lecture, « Les Artothèques dans les bibliothèques », mars 1984, cote 437W1, AM Brest).

AM de Brest, 360W17 – Assurance des expositions: Artothèque – 1984 – Liste des estampes et photographies d’art de la Galerie de prêt achetées en 1983 ©ARP 2023

Au cours de l’automne 1988, la mairie décide de transférer l’artothèque dans les locaux de la discothèque située quelques rues plus loin. Les dossiers 445W24 et 437W1 conservent des pétitions de même que de nombreuses lettres de protestations d’employé·es municipaux et d’administré·es brestois·es à l’attention de la mairie. L’artiste Yves Picquet écrit ainsi que « l’initiation à l’art contemporain », « l’organisation d’expositions » et « la mise en valeur du fonds de l’artothèque », qui sont les piliers de l’artothèque, sont remis en question par son déménagement au sein de la discothèque (Yves Piquet, « Lettre au Maire de Brest », 22 septembre 1988, cote 437W1, AM Brest).

Malgré ces démarches, la galerie de prêt partage pendant quelques années les locaux de la discothèque avant d’intégrer la médiathèque Saint-Marc dans le courant des années 1990. Puis, en 2000, elle revient dans le « carré des arts » mais cette fois-ci en s’installant au sein du musée.

AM de Brest, 437W1 – Association des Bibliothèques de France, Agence de coopération, Association ENKI, Artothèque : correspondance – 1994 – Galerie d’œuvre d’art 1989 – Plan de la future artothèque de Brest à la bibliothèque Saint-Marc ©ARP 2023

Les documents conservés par les Archives municipales de Brest permettent de mieux saisir l’histoire de l’artothèque de la ville, notamment en ce qui concerne sa création, la constitution de sa collection mais aussi ses multiples déménagements. Concernant ces derniers, la consultation des archives laisse entrevoir la façon dont la municipalité a géré le développement de la galerie de prêt d’œuvres au sein des bibliothèques de la ville. Enfin, les lettres de protestations ainsi que les différentes pétitions qui font suite au déplacement de l’artothèque dans la discothèque illustrent bien l’importance que revêt la structure artistique auprès de certain·nes administré·es de la cité du Ponant.

Les Archives municipales de Brest recèlent de nombreuses autres informations sur la galerie de prêt d’œuvres d’art, pour les consulter le lecteur peut se rendre à cette adresse : https://archives.brest.fr/