Visite dans les archives – Rennes

Les Archives de la critique d’art de Rennes – L’artothèque sur les rails

Les recherches de l’équipe ARP concernant les artothèques de Bretagne nous ont conduits aux Archives de la critique d’art de Rennes. Créée en 1989, cette structure conserve des fonds d’archives de critiques, de théoricien·nes, d’historien·nes de l’art, d’artistes, de collectionneur·euses, de galeries, de centres d’art, de manifestations culturelles et d’institutions. Et parmi ces dernières, la DRAC (Direction Régionale des Affaires Culturelles) Bretagne. Les DRAC sont placées sous l’autorité des préfet·es de région et sont chargées de mettre en œuvre, au niveau régional, la politique culturelle définie par le gouvernement. En liaison avec la Délégation aux arts plastiques, les DRAC interviennent dans le domaine de l’art contemporain et font partie des acteurs majeurs de la création des artothèques.

Le fonds d’archives de la DRAC Bretagne contient de nombreuses informations sur la création des artothèques et sur leurs premiers mois d’existence. On apprend ainsi qu’en 1982, trois villes bretonnes souhaitent ouvrir des galeries de prêt d’œuvres d’art. L’année suivante, l’artothèque de Vitré débute ses activités ; puis en 1984, c’est au tour de celle de Saint-Brieuc. Quant à Brest, c’est en 1985 qu’elle accueille son public.

            C’est également en 1985 que le Ministère de la Culture lance la première édition de la « Ruée vers l’art », dans le cadre du « Mois des musées et des arts plastiques ». Plus de quatre cents manifestations artistiques sont alors prévues partout en France en novembre. En Bretagne, la DRAC organise – avec le concours de la SNCF Bretagne et les artothèques de Brest, de Saint-Brieuc et de Vitré – l’« Artothèque sur les rails ». Du 7 au 29 novembre, un « wagon-exposition » réalise quotidiennement les trajets Rennes-Brest et Rennes-Quimper afin de présenter une sélection d’œuvres acquises et conservées par les galeries de prêts bretonnes. Le double objectif de cet évènement est de faire connaître les artothèques et de familiariser le public avec l’estampe.

Archives de la Critique d’art, Rennes, FR ACA DRAC K0391 34003 – Dossier France. Bretagne. La Ruée vers l’art – 1985 – Communiqué de presse. Artothèque sur les rails. Brest – Saint-Brieuc – Vitré ©ARP 2023

Dix-neuf artistes français·es et étranger·es sont ainsi exposé·es. Leurs préoccupations les rapprochent des tendances figuratives des années 1960, 1970 et du début des années 1980 comme la nouvelle figuration, la figuration narrative ou encore la figuration libre. Les organisateur·ices de cette exposition itinérante souhaitent en effet, selon le « Communiqué de presse »retrouvé par l’équipe ARP, « montrer quelques aspects de la figuration contemporaine dans ses rapports au récit, à la narration, à la fiction ». Quinze de ces artistes sont inscrits sur la « Liste des estampes » fournie par le CNAP (Centre National des Arts Plastiques) aux artothèques lors de leur création et qui leur fournit une première sélection pour l’acquisition de leurs œuvres. Aussi, l’« Artothèque sur les rails » expose des estampes d’Eduardo Arroyo, de Valerio Adami, d’Henri Cueco, de Gérard Fromanger, de Peter Klasen, de Jacques Monory, de Bernard Rancillac, d’Hervé Télémaque, de Wolfgang Gäfgen, de Joël Kermarrec, d’Antonio Recalcati, de Gérard Schlosser, de Leonardo Cremonini, de Roberto Matta et de Gérard Titus-Carmel. Les autres artistes présenté·es sont Jean-Charles Blais, Hervé Di Rosa, Jean Le Gac et [Jill ?] Culiner.

            Si l’équipe n’a pas encore eu la possibilité d’en savoir plus sur cet évènement (déroulé, réception, etc.), ces documents de la DRAC Bretagne conservés aux Archives de la critique d’art de Rennes nous ont tout de même permis d’en apprendre davantage sur les politiques de démocratisation et de décentralisation de l’art menées par le Ministère de la Culture (Mois des musées et des arts plastiques, « Ruée vers l’art », etc.) et sur le rôle qu’ont pu y jouer les artothèques.

Pour en savoir plus sur les documents conservés par les Archives de la critique d’art, le lecteur peut consulter son catalogue en ligne à cette adresse: https://www.archivesdelacritiquedart.org/

L’ Atelier d’Éric Seydoux

Une exposition événement à voir à la Bibliothèque nationale de France, site François Mitterrand, Galerie des donateurs (21 novembre 2023 au 21 janvier 2024)

Actuellement, se tient à la Bibliothèque nationale de France, sur le site François Mitterand, l’exposition L’Atelier Éric Seydoux. Celle-ci était attendue par les membres de l’équipe ARP, car elle présente le parcours, les engagements, et l’activité de l’imprimeur et éditeur en sérigraphie Éric Seydoux (1946-2013) dont les estampes, les affiches et parfois les livres font partie des collections de nombreuses artothèques publiques françaises.

Parmi les soixante oeuvres exposées dans la galerie des donateurs de la BnF certaines font écho à celles présentes à Caen, qui a reçu en don une sérigraphie d’Al Martin par l’atelier Éric Seydoux en 1997 et conserve douze oeuvres, de Pierre Buraglio, Philippe Compagnon, Frédérique Lucien, Didier Mencoboni, Paul Cox et Jean Zuber, éditées par l’atelier. Au-delà de cet exemple, l’exposition a permis aux membres de l’équipe de constater la diversité du réseau d’artistes – Guy de Rougemont, Buraglio, Hélène Delprat, Claude Viallat, Pierre Soulages, Françoise Pétrovitch – avec lesquels Éric Seydoux a collaborés, et ainsi de connaître une part de l’écosystème soutenu par les acquisitions des artothèques au cours des quarante années d’existence de ce lieu unique de l’impression et de l’édition d’art en France.

Pour en savoir plus sur l’exposition L’Atelier Éric Seydoux dont le commissariat a été réalisé par Céline Chicha-Castex et Cécile Pocheau-Lesteven, département des Estampes et de la photographie, BnF, suivre le lien https://www.bnf.fr/fr/agenda/latelier-eric-seydoux

La Base de Données collections-artotheques du Projet ARP (épisode 1)

Création et Suivi

Pendant plusieurs mois, l’équipe ARP a développé avec Bulle Tuil-Leonetti, Ingénieure de recherche au sein de l’UAR3103 In Visu CNRS/INHA, une base de données ouverte sur les collections des artothèques publiques françaises. Celle-ci a été élaborée selon les pratiques FAIR et conçue avec le modèle de description standard open source Dublin Core qualifié implémenté dans l’outil open source OMEKA S. L’objectif était de concevoir une base de données adaptée aux spécificités du projet ARP dont le but est de recenser, réunir et mener des études comparées et statistiques, réalisées selon une approche à la fois quantitative et qualitative sur les collections des artothèques et leur écosystème culturel, social et économique.

Cette base de données, désormais opérationnelle, est hébergée par l’INHA sous le nom de domaine collections-artotheques. Actuellement, les membres de l’équipe, dont les étudiant.e.s inscrit.e.s en Master 1 et 2 Patrimoine et Musées de l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, effectuent la saisie dans la base de données des informations présentes dans les inventaires des collections des artothèques (noms des artistes, des producteurs et vendeurs, soit un ensemble d’acteurs du monde de l’art, éditeurs, imprimeurs-fabricants, galeries, agences photographiques, etc), collectés grâce à l’engagement de nos référents en région.

La base de données, dans sa version de travail, présente sept “collections” qui correspondent aux sept catégories sélectionnées par les membres de l’équipe : les artothèques, comme lieux de conservation des collections, les artothécaires, les conseillers artistiques et directeurs d’établissements, responsables des acquisitions et de la gestion des collections, les oeuvres acquises, les artistes, auteurs des oeuvres acquises pour faire collection, les producteurs qui ont contribué à l’élaboration des oeuvres, les vendeurs qui ont participé aux acquisitions.

Actuellement la “collection” Artistes est la plus documentée ; elle compte 1173 fiches dont celles des 192 artistes qui figurent sur les deux listes fournies – Estampes et Photographies – par le CNAP aux artothèques entre 1983 et 1986.

Parmi ces artistes, Gilles Aillaud auquel le Centre Pompidou consacre, jusqu’au 26 février une exposition Gilles Aillaud, Animal Politique https://www.centrepompidou.fr/fr/programme/agenda/evenement/DgS6TDU. Cet artiste, très présent, dans les collections des artothèques possède sa fiche “d’identité” dans la base de données, à laquelle est reliée la liste du CNAP sous la forme d’un document téléchargeable en pdf.

Quelques-unes de ses oeuvres ont déjà été intégrées à la collection “Oeuvres”, comme la lithographie Crocodile tirée à 30 exemplaires qu’Aillaud a réalisée en 1983, acquise en 1985 auprès du Studio Franck Bordas par l’artothèque de Toulouse, dont la collection a été déposée en 1995, au moment de sa fermeture, aux Abattoirs Musée-FRAC Occitanie Toulouse.

L’ensemble des informations – les années de réalisation et d’acquisition, le numéro de tirage, l’identité du vendeur – qui figurent dans cette fiche “Oeuvre” pourront être interrogées, comparées, croisées, une fois que les saisies seront plus nombreuses, avec celles réunies dans d’autres fiches oeuvres consacrées à la production d’Aillaud présente dans l’ensemble des artothèques publiques françaises en activité et fermées dont les collections auront été intégrées dans la base de données.

À terme, cet outil (dont l’accès public est prévu en 2026 par le biais d’une plateforme numérique hébergée par Huma-num ou AGORHA-INHA) recensera l’ensemble des collections des artothèques publiques. Il proposera ainsi le plus grand ensemble d’estampes et de photographies contemporaines interrogeable et donnera accès à des données historiques, économiques et matérielles jusqu’à présent inaccessibles transformant les recherches en histoire de l’art, en économie de l’art, en histoire culturelle etc.

Pour plus d’informations sur le laboratoire In Visu CNRS/INHA qui nous aide au quotidien dans l’élaboration de notre base de données voir https://invisu.cnrs.fr/