Archives de catégorie : Livrables

Entretiens — L’arthotèque-Galerie Pierre Tal-Coat d’Hennebont

Panneau situé à l’entrée du centre socioculturel d’Hennebont ©ARP 2023

En janvier 1999, l’artothèque d’Hennebont inaugure ses espaces. La brochure municipale annonçant son ouverture indique que sa collection est riche de plus de 400 œuvres (gravures, sérigraphies, lithographies, photographies, etc.) témoignant de la création artistique allant des années 1950 jusqu’à la dernière décennie du XXème siècle. Afin d’en apprendre davantage sur cette structure municipale, l’équipe ARP a rencontré Jean-Philippe Dhollande, directeur de la culture de la ville d’Hennebont, ainsi que Fanny Gingreau, responsable de l’artothèque-galerie. De cette rencontre résulte des entretiens dont nous reproduisons ici quelques extraits.

Vue de l’artothèque d’Hennebont ©ARP 2023

Équipe ARP : « Pouvez-vous revenir sur l’histoire de l’artothèque-galerie ? »

Jean-Philippe Dhollande : « L’artothèque est liée à l’histoire de ce bâtiment [le centre socio-culturel, qui comprend notamment la médiathèque, l’artothèque et la galerie] et à Jacques Guilchet. C’est lui qui a créé cette médiathèque en 1985 […] et qui a accompagné la création de l’artothèque avec Thierry Le Saëc. »

Fanny Gingreau : « Dans les années 1980/1985, l’équipe municipale, avec Jacques Guilchet et Thierry Le Saëc, s’est intéressée à l’accessibilité à l’art, à la démocratisation de l’art. De fait, la collection [de l’artothèque] a commencée à être créée dans ces années-là. […] Il y a, selon moi, plusieurs époques dans l’histoire de l’artothèque. La première est celle de Thierry Le Saëc et de Béatrice Frutos [la première responsable de l’artothèque]. Ensuite, il y a la période où Lucie Cabanne a la charge de la structure. Toutefois, l’accessibilité à l’art voulue par la mairie dans les années 1980 est toujours présente aujourd’hui.

Vue de la galerie jouxtant l’artothèque d’Hennebont ©ARP 2023

Équipe ARP : « Quelles étaient et quelles sont les missions de l’artothèque ? »

Jean-Philippe Dhollande : « Le projet des artothèques, c’était de rendre l’art contemporain accessible. Il y avait cette idée de démocratisation de la culture. […] L’art est un support à la discussion, il faut que ça le reste. Les trois principes sur lesquels a été créée l’artothèque sont toujours d’actualité :  la constitution d’un fonds d’art contemporain ; le soutien à la création par les achats ; rendre accessible l’art contemporain à un large public via le prêt d’œuvres. »

Fanny Gingreau : « Aujourd’hui, l’objectif est de continuer à constituer la collection. […] La diffusion de la collection reste vraiment le cœur de mon travail. Il s’agit de faire le lien entre les artistes et les abonnés [de l’artothèque]. […] L’idée, c’est de trouver des publics les plus divers et les sensibiliser à l’art. »

Vue de l’artothèque d’Hennebont ©ARP 2023

Équipe ARP : « Comment s’est constituée la collection d’œuvres de l’artothèque et comment continue-t-elle à s’enrichir ? »

Fanny Gingreau : « À partir de 1985, il y a eu des expositions dans le hall de la médiathèque. […] Les acquisitions se faisaient auprès des artistes qui exposaient. […] Il y a également eu un partenariat avec le festival « L’art dans les chapelles » […] car la ville d’Hennebont était sur le parcours de cette manifestation artistique. […] Je trouve que l’artothèque est un endroit qui permet d’avoir des artistes reconnus, comme Soulages, Alechinsky […] et en même temps, c’est aussi le lieu où l’on peut rencontrer des artistes du territoire. […] J’ai une programmation qui est très liée aux artistes de la région et j’achète à chaque exposition une œuvre. Cela fait partie de la politique de soutien aux artistes portée par l’artothèque. […] Pour sortir un peu de la dimension locale de la collection, je compte beaucoup sur les dépôts et sur les dons. Les commandes du CNAP, que nous conservons en dépôt, donnent une dimension nationale à la collection. […] Lorsque l’on parle de constituer la collection comme un panorama de l’art actuel, il y a un biais puisqu’il s’agit d’un panorama de l’estampe et de la gravure, donc d’une partie seulement de l’art contemporain. On ne reflète pas l’art vidéo, la performance, etc. mais seulement ce qui se fait actuellement dans la limite de ce qui est empruntable ».

Jean-Philippe Dhollande : « Au départ, je pense que c’était Thierry Le Saëc qui choisissait les œuvres. […] Après, avec Béatrice Frutos puis avec Lucie, on faisait des prospections et j’ai aidé au choix des œuvres. […] Aujourd’hui, on achète une œuvre des artistes que l’on expose à la galerie et puis après, c’est au gré des sollicitations, des rencontres que fait Fanny Gingreau et puis ce qu’elle imagine qu’il y a à compléter dans le fonds […]. L’artothèque doit être le reflet de l’art actuel ».

Vue de l’artothèque d’Hennebont ©ARP 2023

Équipe ARP : « Souhaitez vous favoriser un courant ou une tendance de l’histoire de l’art en particulier ? »

Jean-Philippe Dhollande : « Non. Ce qui est intéressant c’est de montrer la diversité de ce qui se fait. Cela étant, la nature des acquisitions évolue selon celui ou celle qui les fait. Les programmations dans la galerie sont différentes également selon celui ou celle qui est en poste à ce moment-là. La dimension subjective est très importante dans les choix des acquisitions. Et puis, en vingt-cinq ans le public a changé.

Fanny Gingreau : « J’aimerais bien de ne pas favoriser un mouvement. J’ai envie de représenter le panorama de ce qui se fait actuellement. […] J’ai plusieurs œuvres assez figuratives dont l’objet est le lien avec la nature. Mais j’aime beaucoup l’abstraction et notamment celle qui se rapproche de l’abstraction lyrique. Je n’ai pas vraiment de lignes ou d’axes prédéfinis, ma volonté c’est d’être la plus éclectique possible. Il y a tout de même des thèmes récurrents : le lien avec la nature, l’humain, l’introspection. […] Ce sont beaucoup les questions d’actualité qui président à mes choix. […] Au départ, je ne sélectionnais que des artistes qui faisaient de la gravure, des estampes ou de la photo mais j’avais l’impression de m’enfermer. Par la suite, il y a eu des achats d’aquarelles, des dessins, des volumes, des pièces uniques ont intégrées la collection. Aujourd’hui, j’ai envie de m’ouvrir à d’autres médiums, d’autres techniques. J’ai envie de plus de volume, j’ai envie de sortir des murs, de sortir du cadre. »

Vue de l’artothèque d’Hennebont ©ARP 2023

Équipe ARP : « Quels liens entretenez-vous avec les structures municipales, régionales et nationales ? »

Jean-Philippe Dhollande : « Le fonds de l’artothèque est parfois mis à profit d’actions municipales. Aussi, à l’occasion de la Semaine de la petite enfance, une partie du fonds qui traite de ce sujet a été exposé. Il en va de même pour le sport, par exemple. En ce qui concerne le milieu scolaire, cela fait trois ans que l’on met en place des parcours d’éducation artistique et culturel (EAC) qui sont fortement encouragés par la DRAC [Direction régionale des Affaires culturelles] et l’éducation nationale. Il s’agit de visites de la galerie et d’emprunts d’œuvres à la bibliothèque selon un projet pédagogique élaboré par l’établissement scolaire. Par ailleurs, nous entretenons des relations avec la DRAC en tant que bénéficiaire de ses subventions. Nous avons également des rapports avec le FNAC [Fonds national d’art contemporain] car nous avons certaines de leurs œuvres en dépôt [notamment les portfolios Estampes et Révolution, 200 ans après et Heureux le visionnaire dont la seule arme et le stylet du graveur, commandés par le ministère de la Culture en 1989 et en 1996]. Enfin, nous sommes en lien avec le CNAP [Centre national des arts plastiques] qui passe, avec l’ADRA [Association de développement et de recherche sur les artothèques], des commandes auprès des artistes.

Fanny Gingreau : Le lien avec l’ADRA est important car les commandes d’estampes réalisées conjointement avec le CNAP (Quotidien, Emanata et Les temps changent) [et qui intègrent la collection de l’artothèque sous la forme de dépôts], permettent de garder une vision plus nationale sur la création artistique. Je travaille également en collaboration avec d’autres structures. Il y a la galerie Le Lieu [tenue par une association, en partenariat avec la ville de Lorient] qui est tournée vers la photo (cela explique pourquoi l’artothèque d’Hennebont ne conserve pas beaucoup de photos, sans pour autant qu’il y ait de chasse gardée) ; il y a la galerie du Faouëdic [espace d’exposition municipal, à Lorient] qui expose des artistes plus connus ou émergents ; il y a aussi l’Atelier d’Estienne à Pont-Scorff [centre d’art contemporain municipal] qui présente davantage d’artistes nationaux. Je pense qu’on est assez complémentaires dans nos programmations. Il y a aussi le domaine de Kerguéhennec [centre d’art contemporain géré par le département du Morbihan] mais qui est un peu plus éloigné de nous. Une fois par an (en fin d’année, d’octobre à décembre), il y a une exposition commune avec ces structures artistiques qui proposent un parcours à travers différents centres d’art du pays de Lorient. En ce moment [décembre 2023], il y a les « Rencontres photographiques du pays de Lorient » et c’est la galerie Le Lieu qui a en a la direction artistique. L’exposition actuelle à la galerie de l’artothèque d’Hennebont (Amélie Labourdette, « KÓSMOS ») rentre dans ce cadre de ce partenariat.

Aujourd’hui, la collection de l’artothèque d’Hennebont est riche de plus de 1100 œuvres dont l’immense majorité peut être empruntée. Outre le prêt, l’artothèque continue son travail de diffusion et de valorisation de l’art contemporain par le biais d’expositions, de projets d’éditions, d’ateliers d’animation et de médiation, etc.

L’artothèque-galerie d’Hennebont dispose d’un site internet sur lequel vous pouvez consulter le catalogue de la collection mais aussi son actualité.