Tous les articles par Juliette Lavie

L’ Artothèque d’Angers fête ses 40 ans

Traversée # 1 (15 mai-22 septembre 2024)

Le 14 mai dernier, le premier des deux volets de l’exposition Traversée, organisés pour célébrer les quarante ans de l’artothèque d’Angers, a été inauguré. Traversée # 1 propose, jusqu’au 22 septembre, une plongée dans la collection de l’artothèque conçue à partir d’une sélection d’œuvres représentatives des acquisitions réalisées au cours des quarante années de soutien à la création et opéré par les deux responsables successives de l’artothèque, Joëlle Lebailly (1983-2013) et Élodie Derval (depuis 2013).

Vue de l’accrochage Traversée # 1 présenté dans l’espace de l’artothèque d’Angers ©ARP2024

Ce premier accrochage présente les œuvres du collectif Bruni/Babarit, d’Andy Goldsworthy, de Mario Giacomelli, Paola De Pietri, Alix Delmas, Claire Trotignon, Marc Deneyer, Franck Gérard, Éric Fonteneau, Amélie Labourdette, Mélanie Delattre-Vogt, Christophe Mauberret, Anne Favret & Patrick Manez, Camille Hervouët, William Klein, Chimène Denneulin, Sylvie Fajfrowska, Martine Aballéa, Georges Rousse, Denis Darzacq, Chema Madoz, Laurent Dejente, Mathieu Delalle, Dieter Appelt, Isabelle Waternaux, Djamel Tatah, Patrick Tosani, Bruce Wrighton, Yann Thoreau, Vivian Meyer.

Vue de l’accrochage Traversée # 1 présenté dans l’espace de l’artothèque d’Angers ©ARP2024

Ce premier volet est aussi l’occasion de rendre hommage à Joëlle Lebailly, à ses choix, ses actions, qui ont fait de l’artothèque l’établissement culturel qu’il est devenu et dont la collection de plus de 1385 pièces est l’une des plus riches de France, ce dont témoigne l’ensemble des douze œuvres retenues de Farida Le Suavé, Claire Maugeais, Bernard Calet, Anne-Marie Filaire, Jean-Christophe Ballot, Laurent Millet, Chrystèle Lerisse, Frédérique Lucien, Olivier Péridy, Pierrick Naud, Elina Brotherus et Jérôme Boutterin.

De gauche à droite et de haut en bas : les œuvres de Laurent Millet, Frédérique Lucien, Claire Maugeais et Pierrick Naud, Hommage à Joëlle Lebailly à l’occasion de l’accrochage traversée # 1 ©ARP2024

Enfin, quelques documents d’archives retracent l’histoire de l’artothèque d’Angers.

Cette vitrine présente des articles publiés à l’occasion de l’inauguration de l’artothèque en 1984, un numéro de la revue Rar éditée par l’artothèque, l’ouvrage édité à l’occasion des 20 ans de l’artothèque d’Angers et les trois catalogues édités à l’occasion des commandes publiques réalisées par le Cnap (Centre national des arts plastiques) en partenariat avec l’ADRA (Association de Développement et de Recherche sur les Artothèques) ©ARP2024

L’organisation de cette traversée a été réalisée par Anne Esnault, conservatrice en chef du patrimoine, directrice des musées d’Angers, Élodie Derval, responsable de l’Artothèque et commissaire de l’exposition, les assistantes d’exposition Sandrine Fauché, Lydia Blin, et les médiateurs référents Cédric Bernardeau, Virginie Lepéculier et Mari Le Roy.

Double page 6-7 de la brochure Le RU M’A Musées d’Angers publiée à l’occasion des 40 ans de l’artothèque d’Angers et de l’exposition Paysage matière à pensées réalisée en partenariat avec le FRAC des Pays de la Loire ©ARP2024

Pour retrouver le programme des festivités prévues à l’occasion de cet anniversaire https://musees.angers.fr/expositions/evenement/76815-les-40-ans-de-lartotheque-dangers-traversee1/index.html

Enregistrement à Vitré du podcast sur “L’histoire et les collections des artothèques” commandé par l’ADRA à Sens de la visite

Isabelle Tessier & Juliette Lavie au micro de Jérémie Thomas

Le jeudi 19 avril a été enregistré, à l’artothèque de Vitré, les discussions qui constitueront la matière d’un podcast sur “L’histoire et les collections des artothèques” réalisé par Sens de la visite.

Nous remercions Isabelle Tessier et l’ensemble de l’équipe de l’ADRA (Association de développement et de recherche sur les artothèques) de nous avoir invité à contribuer à ce projet. Merci également à Lisa & Jérémie Thomas pour leur accompagnement dans cette expérience, leur bienveillance et pour toute l’énergie qu’ils déploieront pour rendre compte en quelques minutes des longs échanges que nous avons eu.

Isabelle Tessier et Jérémie Thomas au cours de l’enregistrement du podcast consacré à l’histoire et aux collections des artothèques ©ARP 2024
Juliette Lavie et Jérémie Thomas au cours de l’enregistrement du podcast consacré à l’histoire et aux collections des artothèques ©Isabelle Tessier 2024

Le podcast sera diffusé sur le site de l’ADRA https://www.lesartotheques.com/

Pour suivre les activités de Lisa & Jérémie Thomas, vous pouvez consulter leur site https://sensdelavisite.net/

Le Journal des Arts parle des Artothèques !

Sindbad Hammache, “Les artothèques un service apprécié en quête de visibilité”, Grand Angle, Le Journal des Arts n°632, 26 avril-9 mai 2024, p. 28-29.

Le n°632 du Journal des Arts est actuellement disponible en kiosque, vous pouvez aussi retrouver l’article de Sindbad Hammache sur le site du Journal des Arts https://www.lejournaldesarts.fr/patrimoine/70-000-oeuvres-dart-meconnues-emprunter-172122

Visite dans les archives — Angers

1982-1983 Une convention révisée, adoptée par le Cnap.

Le 16 septembre 1982, la ville d’Angers et le ministère de la culture signent une convention de développement culturel dans laquelle est annoncée la “création d’une galerie de prêt”. Ce projet est suivi par la signature, le 25 octobre 1982, d’une autre convention, entre la ville d’Angers représentée par Jean Monnier, et le ministère de la culture, qui valide et pose les fondements de la création de la galerie de prêt d’œuvres d’art contemporain.

AM Archives vivantes Angers 2094W22 Action culturelle, Extrait de la convention entre le ministère de la culture et la ville d’Angers, le 16 septembre 1982, p.18, ©ARP2024
AM Archives vivantes Angers 2094W22 Action culturelle, Convention entre le ministère de la culture et la ville d’Angers pour la création de la galerie de prêt d’œuvres d’art contemporain, le 25 octobre 1982, p.1/3, ©ARP2024

La convention est immédiatement adressée au directeur du service des affaires culturelles, J. Hervouet. Celui-ci alerte Gérard Pilet, adjoint au maire d’Angers en charge de la culture, au sujet de trois articles ( le 5, 10 et 11) qui soulèvent, selon lui, des interrogations, parce qu’ils ne définissent pas clairement à qui revient la propriété de la collection d’œuvres d’art acquise. Il lui demande en conséquence de consulter le ministère afin que celui-ci clarifie ses intentions.

Le 29 juin 1983, Geneviève Gallot, secrétaire générale du FIACRE, remet la convention de création de la galerie de prêt à la ville d’Angers sans qu’aucune modification n’y ait été apportée.

AM Archives vivantes Angers 2094W22 Action culturelle, Lettre de Hervouet adressée à Gérard Pilet, le 6 juillet 1983, ©ARP2024

Hervouet reprend alors le dossier et fait part, dès le 6 juillet 1983, à Gérard Pilet, des erreurs qu’il a notées. Il lui signale que la convention remise par le FIACRE ne porte pas la signature du ministère de la culture, que le lieu dans lequel la galerie de prêt doit être implantée n’est pas correctement désigné, et que les articles 5, 10 et 11 qui n’ont pas été modifiés, lui posent toujours problème. Il récapitule le motif de son inquiétude, cite les articles et les commente : “les œuvres acquises au moyen de la subvention d’État et du budget annuel de la Ville sont inscrites à l’Inventaire Général des Œuvres de l’État et la propriété des œuvres acquises revient au Ministère de la Culture. Il s’agit, en l’occurrence, d’un paragraphe léonin et je ne vois pas comment la Ville, ayant acquis des œuvres d’art sur son budget, pourrait les rétrocéder à l’État. Il y a manifestement un problème comptable qu’il convient d’éclaircir au plus vite”.

Afin d’accélérer la procédure, Hervouet propose une solution : “Je pense que l’un des paragraphes aurait pu mentionner que les œuvres acquises au moyen des subventions de l’État serait propriété de l’État et que les œuvres acquises sur les fonds municipaux demeurent propriété de la Ville.”

AM Archives vivantes Angers 2094W22 Action culturelle, Lettre de Gérard Pilet adressée au ministre de la culture, le 19 juillet 1983, ©ARP2024

Gérard Pilet prend alors l’initiative d’écrire le 19 juillet 1983 au ministre de la culture pour “recevoir des assurances de [sa] part en ce qui concerne la propriété des œuvres” car “la rédaction des articles 5, 10 et 11 laisse penser que l’État serait propriétaire de toutes les œuvres, y compris celles acquises par la Ville sur son propre budget.” Il suggère de reformuler ces articles sur le modèle qui lui a proposé Hervouet : “les œuvres acquises au moyen des subventions de l’État seront propriété de l’État; les œuvres acquises sur les fonds de la Ville d’Angers demeureront propriété de la Ville.”

AM Archives vivantes Angers 2094W22 Action culturelle, Lettre de Claude Mollard adressée à Gérard Pilet, le 10 octobre 1983, ©ARP2024

Le 10 octobre 1983, Claude Mollard répond à Gérard Pilet pour lui assurer que “les œuvres acquises sur les fonds de la Ville d’Angers demeureront propriété de la Ville” et conclut “Il ne saurait y avoir, de notre part, aucune ambiguïté sur ce point.”

AM Archives vivantes Angers 2094W22 Action culturelle, Lettre de Gérard Pilet adressée à Éliane Lecomte, le 14 octobre 1983, ©ARP2024

Quelques jours plus tard, la situation clarifiée, Gérard Pilet envoie à Éliane Lecomte, chargée de mission au ministère de la culture, le compte rendu de la réunion au cours de laquelle il a validé le cahier des charges de la future galerie de prêt en présence des membres du service des affaires culturelles de la ville, de la conservatrice des musées, Viviane Huchard, et d’Agnès Chevalier, conservatrice-adjointe de la Bibliothèque.

AM Mulhouse 1269W137 Artothèque 1983-1990, deuxième page de la convention adressée par le CNAP à la ville de Mulhouse, le 20 juillet 1983 ©ARP2024

Ces échanges, entre les représentants du service des affaires culturelles de la ville d’Angers et les services chargés, au ministère de la culture de faire appliquer les éléments de la convention de développement culturel, s’ils ont permis de clarifier la propriété des œuvres acquises pour la galerie de prêt d’Angers, ont également donné lieu à des amendements dans les nouvelles conventions adressées aux villes, puisqu’à partir de juillet 1983, l’article 11, intégralement réécrit, indique que “Les œuvres acquises sont inaliénables. En cas de dissolution de l’organisme gestionnaire, les œuvres acquises grâce aux subventions du CNAP sont la propriété du CNAP, celles acquises grâce aux subventions des collectivités locales sont propriété des collectivités.”

En conséquence, les imprécisions relevées par le service des affaires culturelles d’Angers ont servi les intérêts de tous, en clarifiant le statut d’inaliénabilité des collections et la propriété des œuvres d’art contemporain acquises par les galeries de prêt créées au début des années 1980, en modifiant les conventions signées par les villes, telle que Mulhouse et les suivantes, et le ministère de la culture.

Les archives de la galerie de prêt d’Angers sont conservées par les archives municipales et en grande partie par le service des archives vivantes. Pour plus d’information sur cet établissement culturel voir le site des musées d’Angers https://musees.angers.fr/lieux/artotheque-d-angers/index.html

La Base de Données collections-artotheques du Projet ARP (épisode 2)

Enrichissement de la collection “Artistes”

La base de données connaît actuellement une avancée significative grâce à l’aide apportée par les 42 étudiant.e.s du Master Patrimoine et Musées de l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

Nous leur avons confié, après une présentation de la base de données, du vade-mecum et des outils numériques utiles aux recherches documentaires, la saisie de données dans la collection “Artistes” de la base. Ils ont travaillé à partir des inventaires des artothèques de Strasbourg, Le Ring à Nantes (fermée), Art delivery, Toulouse (fermée), La Roche-sur-Yon, Montpellier, Mulhouse, Le Frac-Artothèque Nouvelle Aquitaine et Grand Est/plus vite. Leur contribution a ainsi permis d’enrichir rapidement cette collection.

Capture d’écran de la base de données le 5 février 2024. Page Collection “Artistes”, 2612 fiches artistes figurent alors dans cette collection.

Après trois mois, le résultat a largement dépassé nos attentes. La collection “Artistes” qui était constituée de 2612 fiches avant leur contribution, compte désormais 4117 noms d’artistes et de collectifs. Ils sont ainsi parvenus à créer 1505 fiches de plus, soit environ 36 fiches par étudiant.es.

Capture d’écran de la base de données le 19 avril 2024. Page Collection “Artistes”, 4117 fiches artistes figurent désormais dans cette collection.

En quelques chiffres, et dans l’état actuel d’avancement de la saisie, nous pouvons dire qu’il y a 1149 artistes femmes, 2877 artistes français.e.s, environ 800 artistes internationaux qui ont vécu pendant une partie de leur carrière en France ou y vivent actuellement, 184 artistes états-unien.ne.s, 160 artistes allemand.e.s, 97 artistes suisses, 87 artistes britanniques, 37 artistes japonais.e.s, 14 artistes mexicain.ne.s, 14 artistes coréen.ne.s etc., représenté.e.s par au moins une œuvre dans les collections des artothèques.

Capture d’écran de la base de données le 19 avril 2024. Page 5 d’un ensemble de 46 pages de résultats ( soit 1149 fiches) liés à la recherche : les artistes femmes présentent dans la base de données.

Nous remercions chaleureusement l’ensemble des étudiant.e.s du Master Patrimoine et Musées de l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne pour leur travail, leur engagement et leur intérêt.

Nous poursuivons actuellement l’enrichissement de cette collection.

Visite dans les archives — Mulhouse

La Bibliothèque municipale de Mulhouse éditrice d’estampes — Geneviève Munch, Cocktail Explosif, lithographie tirée par l’atelier Michael Woolworth, printemps 1988.

Archives Municipales de Mulhouse, Service de la bibliothèque Grand’rue, 1269W137, Circulaire adressée par le maire de Mulhouse, Joseph Klifa, à la municipalité, datée du 7 avril 1988, version annotée “Approuvé par la municipalité le 18 avril 1988”, ©ARP2024

Le 7 avril 1988, le maire de Mulhouse, Joseph Klifa rédige une circulaire à l’attention du conseil municipal concernant l’édition d’estampes par la bibliothèque municipale Grand’rue dans laquelle une artothèque a été inaugurée en 1984. Il s’agit alors de donner la possibilité à la bibliothèque de “devenir éditeur ou co-éditeur de lithographies d’artistes régionaux” pour répondre non seulement à la demande du public, mais aussi à “la mission d’aide à la création inhérente à l’existence même de l’artothèque” en permettant “à de jeunes artistes locaux de publier leurs travaux avec le soutien d’un lithographe confirmé”. Le projet est alors de proposer à Mulhouse “cette forme d’édition que d’autres artothèques pratiquent couramment avec beaucoup de succès.”

La municipalité approuve l’initiative et la possibilité, le cas échéant, d’y associer “l’ACTA (Agence culturelle et technique d’Alsace) favorable à ce type de coopération”. La première édition est immédiatement lancée avec l’artiste strasbourgeoise, Geneviève Munch, et le lithographe Michael Woolworth, dont l’atelier est à Paris, déjà sélectionnés par l’artothécaire, Anne Fléchon, comme l’indique le devis établi par Michael Woolworth, le 9 mars 1988, au moment du SAGA (Salon des arts graphiques et de l’édition d’art) organisé au Grand Palais.

Archives Municipales de Mulhouse, Service de la bibliothèque Grand’rue, 1269W137, Devis réalisé par Michael Woolworth pour l’édition “d’1 lithographie de Geneviève Munch, (format 56×76 cm, Vélin d’Arches 250g, 60 exemplaires, 3 passages (8603 fr.), 5 passages (13882 fr.) ces prix incluent le tirage, les essais ainsi que l’achat du papier”, Paris Grand Palais, daté du 9 mars 1988, ©ARP2024

En juin 1988, le tirage de l’œuvre de Geneviève Munch Cocktail explosif est réalisé. Il s’agit d’une lithographie format Jésus 76×56 cm imprimée en 3 couleurs, tirée à 60 exemplaires sur Vélin d’Arches 250g que complètent 10 épreuves d’artiste dont “le suivi et le tirage ont été assuré par Michael Woolworth”. Immédiatement, une conférence de presse est organisée pour faire connaître la nouvelle activité de la bibliothèque et l’œuvre éditée. La presse locale, le taille-doucier et éditeur Rémy Bucciali, le photographe et directeur de l’AMC (Association Mulhousienne de la Culture) Paul Kanitzer, M. Blondel qui préside l’ACTA, le graveur et professeur de l’École des Beaux-Arts de Mulhouse, Robert Simon, et la directrice du FRAC Alsace Évelyne Schmitt , comptent parmi les invités.

Aussitôt la question de la diffusion et de la mise en vente à 500 fr des 60 exemplaires de la lithographie se pose. Danielle Taesch, qui dirige la bibliothèque, et Anne Fléchon contactent leurs collègues artothécaires, Joëlle Lebailly de l’artothèque d’Angers, Christiane Talmard qui dirige celle d’Annecy, Jeanne Holveck à Lyon et Patrice Cotensin à Caen afin de les leur proposer. Ce dernier répond à Anne Fléchon et lui signale que “l’artothèque de Caen édite des estampes et multiples depuis janvier 1987”. Il lui propose non pas d’acheter la lithographie originale éditée par Mulhouse, mais de procéder à des échanges d’éditions, argumentant que “cela serait une façon originale et non-commerciale d’enrichir nos collections respectives.”

Archives Municipales de Mulhouse, Service de la bibliothèque Grand’rue, 1269W137, Lettre de Patrice Cotensin adressée à Anne Fléchon, sur laquelle figure la note manuscrite de Danielle Taesch (Anne pourquoi pas?), datée du 11 juillet 1988, ©ARP2024

L’idée séduit Danielle Taesch qui lui écrit le 25 juillet 1988 pour lui indiquer son souhait d’obtenir “des photos de la lithographie de Robert Maggiani, du bois de Jacques Deschamps et de l’album de sérigraphies de J. Cl. Mattrat Atlas” afin de faire son choix. Aucune suite ne semble avoir été donnée à cette proposition ; et si la lithographie de Geneviève Munch ne figure pas dans l’inventaire de l’artothèque de Caen, celles sélectionnées par Danielle Taesch dans la liste qui lui a été proposée ne figurent pas davantage dans celui de l’artothèque de Mulhouse.

Si pour le moment, seul le premier exemplaire de la lithographie de Geneviève Munch est localisé et fait partie de la collection de l’artothèque de Mulhouse, et qu’une dizaine d’exemplaires sont encore conservés dans le cabinet des estampes de la Bibliothèque Grand’rue, bientôt, grâce à la base de données du projet ARP, la localisation des exemplaires acquis, s’il en est par d’autres artothèques à l’échelle nationale, sera possible.

Dans l’attente de cette future découverte, les recherches dans les archives de l’artothèque de Mulhouse ont déjà donné à voir un nombre important d’informations sur cette structure culturelle comme le projet d’édition d’estampes qu’elle a porté pour soutenir la création artistique contemporaine.

Pour plus d’informations sur la bibliothèque Grand’rue où se trouve actuellement la collection de l’artothèque de Mulhouse voir https://bibliotheques.mulhouse.fr/grandrue

Une partie des archives historiques de l’artothèque est conservée aux archives municipales de la ville que vous pouvez contacter à partir de la page suivante https://www.mulhouse.fr/bouger-sortir/culture/archives/

Les Artothèques. Histoire(s) de collections III — Programme

L’équipe ARP est heureuse de présenter le programme de la journée d’étude Les Artothèques. Histoire(s) de collections III qui aura lieu le jeudi 28 mars 2024 à l’Institut national d’histoire de l’art

Artothèque de La Roche-sur-Yon, espace de prêt, Médiathèque Benjamin Rabier ©artothèque de La Roche-sur-Yon, 2018.

Pour rappel cette nouvelle édition se propose de poursuivre l’étude des collections des artothèques sous l’angle de leur histoire et de leur matérialité. Elle réunira à la fois des spécialistes de l’estampe, de la photographie et du multiple qui proposeront leurs regards sur ces collections ; et des responsables d’artothèques, des restauratrices et des représentantes de la mention Conservation-restauration des biens culturels (CRBC) de l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, et de l’Institut National du Patrimoine (INP) qui aborderont le sujet de la conservation préventive et de la restauration des collections en artothèques.

Interventions, tables-rondes alterneront dans cette journée organisée par Juliette Lavie et animée par les membres de l’équipe ARP.

Programme :

9h15 Accueil

9h30 Ouverture

Les artothèques publiques françaises et leurs collections 1982-2022 (ANR 22-CE27-0007)

Première partie

Modération Juliette Lavie (université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)

9h45 Le projet des galeries de prêts dans les archives du ministère de la Culture Arnaud Bertinet, (université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)

10h25 Après le multiple : l’estampe des années 1980-2000 Emmanuel Pernoud, (université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)

11h Pause

Deuxième partie

Modération Juliette Lavie (université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)

11h30 Table-ronde

L’artothèque de La Roche-sur-Yon. Histoires d’une collection (1998-2024)

Avec la participation de Sandra Doublet (Responsable de l’artothèque de La Roche-sur-Yon depuis 2019), d’Hélène Jagot (Directrice des Musées et Château de Tours, Directrice du Musée de La Roche-sur-Yon de 2005 à 2018) et d’Anne-Lise Broyer (Artiste-plasticienne)

13h Pause

Troisième partie

Modération Arnaud Bertinet (université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)

14h30 Véra Molnár, pourquoi l’estampe ? Vincent Baby (institut national d’histoire de l’art INHA)

15h45 Pause

Quatrième Partie

Modération Claire Bételu (université Paris 1 Panthéon-Sorbonne) et Rachel Suteau (institut National du Patrimoine INP)

16h15 Table-ronde

Conservation préventive en artothèques : Constats et Perspectives

Avec la participation d’Isabelle Tessier (Responsable de l’artothèque de Vitré, co-présidente de l’ADRA), de Gwenola Furic (Restauratrice diplômée de l’INP) et d’Aurélie Perreux (Responsable de l’artothèque de Saint-Priest, Restauratrice diplômée de l’INP)

17h30 Clôture de la journée

Pour télécharger le programme cliquer sur le lien placé ci-après

Préparation de l’envoi de la commande d’œuvres d’art imprimé, “Les temps changent…” Cnap-Adra

Livret réalisé par la graphiste Line Martin-Célo © Line Martin-Célo

Après Quotidien (2019) et Emanata (2021), Les temps changent… est la nouvelle commande que réalise le Centre national des arts plastiques (Cnap) sur l’initiative du ministère de la Culture en partenariat avec l’Association de développement et de recherche sur les artothèques (ADRA). Cette commande d’œuvres d’art imprimé compte cette année six cent quarante-huit œuvres – sérigraphie, héliogravure, risographie, eau-forte, lithographie, pochoir – réalisées par douze artistes sélectionnés Pauline Barzilaï, Tamaris Borrelly, Io Burgard, Alix Delmas, Leah Desmousseaux, Vanessa Dziuba, Juliette Green, Seulgi Lee, Diego Movilla, Paul Pouvreau, Super Terrain, Agnès Thurnauer.

Chacun a travaillé en collaboration avec un atelier parmi les treize retenus (Atelier Arcay, Atelier Michaël Woolworth, Atelier René Tazé, Atelier R.L.D, Écran total, Fidèle, Héliog – Atelier Fanny Boucher, La Fraternelle-Maison du peuple, La presse purée, L’Estampe moderne, Lézard graphique, l’Institut sérigraphique, Tchikebe) pour produire une œuvre qui témoigne de la grande vitalité du multiple en France, du maintien des savoir-faire et de l’innovation des ateliers d’impression.

Depuis quelques jours, un ensemble d’exemplaires de la commande sont en cours de préparation à Vitré, conditionnés par les soins de l’ADRA, pour rejoindre dans les semaines à venir le réseau en vue d’être intégrés aux collections des trente-cinq artothèques réparties sur le territoire.

Préparation de l’envoi de la commande œuvres d’art imprimé “Les temps changent…” Cnap-Adra, Vitré, 30 janvier 2024 ©ARP2024

Depuis le 3 février un exemplaire du CNAP est exposé à l’artothèque de Caen, il retrouvera ensuite les collections du FNAC. Quant aux autres exemplaires, ils seront présentés dans chaque établissement et mis ensuite à la disposition des emprunteurs des artothèques, contribuant, ainsi, à la diffusion de l’art contemporain.

Le Cnap présente la commande et les conditions qui ont permis la sélection des douze artistes retenus https://www.cnap.fr/les-laureats-de-la-commande-nationale-destampes-les-temps-changent

Pour plus d’informations sur la commande, sur les lauréats et les ateliers lire le communiqué de presse https://www.cnap.fr/sites/default/files/CP%20-%20Laur%C3%A9ats%20commande%20nationale%20destampes%20%20Les%20temps%20changent.pdf

L’ADRA présente la commande et sa diffusion sur son site https://www.lesartotheques.com/agenda/1906/

Nous vous engageons également à visionner les cinq vidéos réalisées par le Cnap et publiées sur sa chaîne Youtube. Celles-ci sont consacrées à la commande et montrent la réalisation des œuvres dans quelques ateliers d’impression https://www.youtube.com/@cnap-centrenationaldesarts7004/search?query=les%20temps%20changent

Les Artothèques. Histoire(s) de collections III

Annonce : Journée d’étude, jeudi 28 mars 2024 9h-18h, galerie Colbert, salle Vasari, INHA

Cette journée d’étude, organisée dans le cadre du projet de recherche Les artothèques publiques françaises et leurs collections 1982-2022 -ANR 22-CE27-0007-, s’inscrit dans le prolongement des manifestations réalisées en 2021 et 2022 par les membres de l’équipe ARP (Artothèque, Recherche, Patrimoine)

Artothèque de La-Roche-sur-Yon, artothèque, espace de prêt ©artothèque de La Roche-sur-Yon 2018

Cette nouvelle édition se propose de poursuivre l’étude des collections des artothèques sous l’angle de leur histoire et de leur matérialité. Elle réunira à la fois des spécialistes de l’estampe, de la photographie et du multiple qui proposeront leurs regards sur ces collections ; et des responsables d’artothèques, des restauratrices et des représentantes de la mention Conservation-restauration des biens culturels (CRBC) de l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, et de l’Institut National du Patrimoine (INP) qui aborderont le sujet de la conservation préventive et de la restauration des collections en artothèques.

Interventions, tables-rondes alterneront dans cette journée organisée par Juliette Lavie et animée par les membres de l’équipe ARP.

(Programme à venir)

Visite dans les archives – Cherbourg

Une galerie de prêt dans le centre culturel de Cherbourg

Quand en février 1982, Luc Vasselin, maire-adjoint délégué aux affaires culturelles de la ville de Cherbourg, rencontre Bernard Gilman, à la direction du Développement culturel du ministère de la Culture, ce n’est pas avec l’intention de créer une galerie de prêt d’œuvres d’art dans le centre culturel, mais pour faire de Cherbourg une des villes sélectionnées par l’État pour bénéficier de la convention de Développement culturel proposée par le ministère.

Archives Municipales de Cherbourg, Dossier de séance du conseil municipal du 18 octobre 1982, Lettre de Dominique Wallon, chef de la mission de Développement culturel, adressée à Jean-Pierre Godefroy, maire de Cherbourg, 5 février 1982, ©ARP 2024

À la suite de ce premier échange, Gilman propose à Vasselin l’organisation de plusieurs missions de conseil, en février et en juin 1982 à Cherbourg, afin de s’assurer de l’éligibilité de la ville. Un avis favorable est prononcé. Les affaires culturelles livrent alors un projet à la Mission de développement culturel, dans lequel la municipalité “défini[t] ses objectifs et précis[e] la nature et l’orientation des actions qu’elle enten[d] entreprendre en matière culturelle”.

Archives Municipales de Cherbourg, Dossier de séance du conseil municipal du 18 octobre 1982, Lettre de Dominique Wallon, directeur du Développement culturel, adressée à Jean-Pierre Godefroy, maire de Cherbourg, s/c commissaire de la République de la Manche, 6 octobre 1982, p.1/2, ©ARP 2024

Dominique Wallon, nommé en juin 1982 à la direction de cette mission, demande, dans une lettre adressée au maire de Cherbourg, Jean-Pierre Godefroy, “d’apporter [au projet] les modifications ou précisions suivantes”, parmi lesquelles il cite “l’ouverture d’une Galerie de Prêt”. Il lui précise que “L’État est disposé à aider la Ville de Cherbourg à mettre en place une artothèque, l’aide initiale pourra consister en la mise à disposition d’un fonds d’estampes et de photographies, l’octroi d’une subvention de démarrage, la prise en charge de la formation des personnels affectés à ce service”. Dominique Wallon conclut sa lettre par la mention “Sous réserve de ces modifications, je vous confirme que le montant global de la dotation globale de fonctionnement qui sera versée à la ville en 1982 s’élève à 570 000 F.” Cette injonction à créer une galerie de prêt pour obtenir la signature de la convention de Développement culturel souligne l’importance de sa mise en œuvre, et lui confère un rôle prépondérant dans la politique culturelle engagée, à cette date, par le ministère de la Culture.

Archives Municipales de Cherbourg, Dossier de séance du conseil municipal du 18 octobre 1982, Projet de convention de Développement culturel entre la ville [Cherbourg] et l’État, 19 octobre 1982, p. 10, copie du projet remis par la mairie à la sous-préfecture, ©ARP 2024

Cherbourg répond favorablement à la demande de Dominique Wallon en indiquant, dans la rubrique du projet consacrée aux actions en faveur de la création, envisager “dès 1982 l’ouverture d’une Galerie de prêt, outil permanent qui viendra compléter l’ensemble des actions destinées à mettre l’Art contemporain à la portée de tous.”

Le projet de convention de Développement culturel entre la ville et l’État ainsi amendé, est accepté par le ministère de la Culture qui verse 570 000 F, dont 200 000 F pour les actions en faveur de la création et une aide de 200 000 F supplémentaire, pour la création de la galerie de prêt. Il est ensuite présenté et approuvé par les membres du Conseil municipal de la ville de Cherbourg le 18 octobre 1982.

Archives Municipales de Cherbourg, 3-58 Affaires Culturelles, Centre culturel, Expositions 1983-1986, Bilan d’activité 1982-1983, adressé par Karim Kouider, directeur du service animation du centre culturel de Cherbourg, à Luc Vasselin, maire-adjoint délégué aux affaires culturelles, 27 janvier 1984, ©ARP 2024

Dès décembre 1982, la ville organise, au titre de la convention, une exposition consacrée à François Morellet, suivie par Multiples : Louvel & Py, Audouard, Guere, Joubert, Duhaze, en mai 1983, dans le cadre de l’ouverture de l’artothèque. Au même moment, celle-ci constitue un fonds d’estampes et de photographies pour l’emprunt qu’elle présente en septembre 1983 (Doisneau, Freund, Depardon, Klein… etc), afin de “faire reconnaître”, ainsi que le projet culturel de la ville le stipule, “la photographie comme Art”.

Archives internes de l’artothèque de Cherbourg, Registre des acquisitions de photographies 1983-2000, p.1, ©ARP 2024

Alors que les affaires culturelles de la ville de Cherbourg n’avaient pas envisagé de créer une galerie de prêt, celle-ci fut l’une des premières artothèques à voir le jour en France dans un centre culturel qui rappelle avec sa bibliothèque, son théâtre, son musée et sa galerie de prêt, les services des maisons de la culture inaugurées dans les années 1960 par André Malraux.

Pour connaître les projets culturels portés par la ville de Cherbourg dans les années 1970-1980 nous vous invitons à contacter les archives municipales de la ville https://www.cherbourg.fr/infos-services/culture-et-loisirs/les-archives-municipales/presentation-2634.html

Vous retrouverez l’actualité de l’artothèque à cette adresse https://www.cherbourg.fr/infos-services/culture-et-loisirs/centre-d-art-artotheque-et-lieux-d-exposition/artotheque-323.html