Visite dans les archives — Mulhouse

La Bibliothèque municipale de Mulhouse éditrice d’estampes — Geneviève Munch, Cocktail Explosif, lithographie tirée par l’atelier Michael Woolworth, printemps 1988.

Archives Municipales de Mulhouse, Service de la bibliothèque Grand’rue, 1269W137, Circulaire adressée par le maire de Mulhouse, Joseph Klifa, à la municipalité, datée du 7 avril 1988, version annotée “Approuvé par la municipalité le 18 avril 1988”, ©ARP2024

Le 7 avril 1988, le maire de Mulhouse, Joseph Klifa rédige une circulaire à l’attention du conseil municipal concernant l’édition d’estampes par la bibliothèque municipale Grand’rue dans laquelle une artothèque a été inaugurée en 1984. Il s’agit alors de donner la possibilité à la bibliothèque de “devenir éditeur ou co-éditeur de lithographies d’artistes régionaux” pour répondre non seulement à la demande du public, mais aussi à “la mission d’aide à la création inhérente à l’existence même de l’artothèque” en permettant “à de jeunes artistes locaux de publier leurs travaux avec le soutien d’un lithographe confirmé”. Le projet est alors de proposer à Mulhouse “cette forme d’édition que d’autres artothèques pratiquent couramment avec beaucoup de succès.”

La municipalité approuve l’initiative et la possibilité, le cas échéant, d’y associer “l’ACTA (Agence culturelle et technique d’Alsace) favorable à ce type de coopération”. La première édition est immédiatement lancée avec l’artiste strasbourgeoise, Geneviève Munch, et le lithographe Michael Woolworth, dont l’atelier est à Paris, déjà sélectionnés par l’artothécaire, Anne Fléchon, comme l’indique le devis établi par Michael Woolworth, le 9 mars 1988, au moment du SAGA (Salon des arts graphiques et de l’édition d’art) organisé au Grand Palais.

Archives Municipales de Mulhouse, Service de la bibliothèque Grand’rue, 1269W137, Devis réalisé par Michael Woolworth pour l’édition “d’1 lithographie de Geneviève Munch, (format 56×76 cm, Vélin d’Arches 250g, 60 exemplaires, 3 passages (8603 fr.), 5 passages (13882 fr.) ces prix incluent le tirage, les essais ainsi que l’achat du papier”, Paris Grand Palais, daté du 9 mars 1988, ©ARP2024

En juin 1988, le tirage de l’œuvre de Geneviève Munch Cocktail explosif est réalisé. Il s’agit d’une lithographie format Jésus 76×56 cm imprimée en 3 couleurs, tirée à 60 exemplaires sur Vélin d’Arches 250g que complètent 10 épreuves d’artiste dont “le suivi et le tirage ont été assuré par Michael Woolworth”. Immédiatement, une conférence de presse est organisée pour faire connaître la nouvelle activité de la bibliothèque et l’œuvre éditée. La presse locale, le taille-doucier et éditeur Rémy Bucciali, le photographe et directeur de l’AMC (Association Mulhousienne de la Culture) Paul Kanitzer, M. Blondel qui préside l’ACTA, le graveur et professeur de l’École des Beaux-Arts de Mulhouse, Robert Simon, et la directrice du FRAC Alsace Évelyne Schmitt , comptent parmi les invités.

Aussitôt la question de la diffusion et de la mise en vente à 500 fr des 60 exemplaires de la lithographie se pose. Danielle Taesch, qui dirige la bibliothèque, et Anne Fléchon contactent leurs collègues artothécaires, Joëlle Lebailly de l’artothèque d’Angers, Christiane Talmard qui dirige celle d’Annecy, Jeanne Holveck à Lyon et Patrice Cotensin à Caen afin de les leur proposer. Ce dernier répond à Anne Fléchon et lui signale que “l’artothèque de Caen édite des estampes et multiples depuis janvier 1987”. Il lui propose non pas d’acheter la lithographie originale éditée par Mulhouse, mais de procéder à des échanges d’éditions, argumentant que “cela serait une façon originale et non-commerciale d’enrichir nos collections respectives.”

Archives Municipales de Mulhouse, Service de la bibliothèque Grand’rue, 1269W137, Lettre de Patrice Cotensin adressée à Anne Fléchon, sur laquelle figure la note manuscrite de Danielle Taesch (Anne pourquoi pas?), datée du 11 juillet 1988, ©ARP2024

L’idée séduit Danielle Taesch qui lui écrit le 25 juillet 1988 pour lui indiquer son souhait d’obtenir “des photos de la lithographie de Robert Maggiani, du bois de Jacques Deschamps et de l’album de sérigraphies de J. Cl. Mattrat Atlas” afin de faire son choix. Aucune suite ne semble avoir été donnée à cette proposition ; et si la lithographie de Geneviève Munch ne figure pas dans l’inventaire de l’artothèque de Caen, celles sélectionnées par Danielle Taesch dans la liste qui lui a été proposée ne figurent pas davantage dans celui de l’artothèque de Mulhouse.

Si pour le moment, seul le premier exemplaire de la lithographie de Geneviève Munch est localisé et fait partie de la collection de l’artothèque de Mulhouse, et qu’une dizaine d’exemplaires sont encore conservés dans le cabinet des estampes de la Bibliothèque Grand’rue, bientôt, grâce à la base de données du projet ARP, la localisation des exemplaires acquis, s’il en est par d’autres artothèques à l’échelle nationale, sera possible.

Dans l’attente de cette future découverte, les recherches dans les archives de l’artothèque de Mulhouse ont déjà donné à voir un nombre important d’informations sur cette structure culturelle comme le projet d’édition d’estampes qu’elle a porté pour soutenir la création artistique contemporaine.

Pour plus d’informations sur la bibliothèque Grand’rue où se trouve actuellement la collection de l’artothèque de Mulhouse voir https://bibliotheques.mulhouse.fr/grandrue

Une partie des archives historiques de l’artothèque est conservée aux archives municipales de la ville que vous pouvez contacter à partir de la page suivante https://www.mulhouse.fr/bouger-sortir/culture/archives/



Citer ce billet
Juliette Lavie (2024, 18 mars). Visite dans les archives — Mulhouse. Les artothèques publiques et leurs collections (1982-2022) . Consulté le 22 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/w1lq

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.