Visite dans les archives – Archives départementales du Calvados

L’implantation de l’artothèque de Caen dans l’hôtel d’Escoville

Les documents d’archives présentés aujourd’hui sont issus d’un carton (Direction régionale des Affaires Culturelles, 3313W/295, Dossiers de subventions entre 1980 et 2010) conservé par les Archives départementales du Calvados. Ces documents rendent compte du transfert de l’artothèque de Caen dans l’hôtel d’Escoville, situé place Saint-Pierre, face au château de Caen, à partir de 1994.

Façade de l’hôtel d’Escoville, côté cour,
© ARP 2024

Créée en 1986 par la ville de Caen, l’artothèque est installée dès son ouverture au sein du théâtre municipal de Caen. Mais en raison de travaux réalisés au théâtre dès le mois de mai 1991, elle doit être déplacée. L’artothèque, qui entre alors dans une phase transitoire de trois ans, se retrouve sans lieu fixe. Son installation n’est pas possible dans la bibliothèque municipale faute de place. Une solution doit alors être trouvée. Dès 1991, un projet vise à installer l’artothèque au 18 rue du 11 Novembre, dans l’ancien cinéma Eden et à proximité de la salle de spectacle Georges Brassens, mais en raison des coûts d’investissement prévus et du coût de location trop élevé, le projet n’aboutit pas. Le déplacement de l’artothèque dans l’hôtel d’Escoville n’est confirmé qu’à partir du mois de juillet 1993.

L’artothèque, dans l’attente d’être déplacée dans ses nouveaux locaux, occupe à titre provisoire une salle d’exposition municipale située dans le centre-ville de Caen. Puis les nouveaux prêts sont interrompus du début du mois de mai 1991 au début du mois de septembre 1991, une période de fermeture totale de l’artothèque. L’artothèque n’interrompt cependant pas entièrement son activité : elle présente notamment une exposition hors les murs en association avec la fondation Schlumberger consacrée à Dominique Bailly. L’exposition, divisée en deux parties, prend place à la fois dans l’orangerie du Jardin des plantes de Caen et au château de Crèvecœur-en-Auge (Calvados). Des expositions itinérantes circulent également pendant cette période.

Archives Départementales du Calvados , Projet d’aménagement de l’artothèque: plan du rez-de-chaussée, échelle 1/50, 1er juillet 1993,
© ARP 2024

L’artothèque partage alors l’hôtel d’Escoville avec l’office de tourisme, une quinzaine d’associations et divers autres occupants. La ville met ainsi gratuitement à disposition de l’artothèque deux salles d’exposition situées au rez-de-chaussée, deux salles d’exposition situées au premier étage dont l’une est partagée avec la ville de Caen un mois par an, et deux autres salles également situées au premier étage, l’ensemble représentant une surface de 240 m².

Archives Départementales du Calvados, Projet d’aménagement de l’artothèque: plan du premier étage, échelle 1/50, 1er juillet 1993,
© ARP 2024

L’aménagement comprend alors une galerie de prêt, une galerie d’exposition, un espace consacré à la documentation et à l’information ainsi que des locaux administratifs et techniques. La rénovation et l’aménagement de l’hôtel, dont le coût total est estimé à 750 055 F HT, sont réalisés suite aux travaux de l’architecte Walter Zbinden. L’État, par le biais du Préfet de la Région Basse-Normandie, verse alors une subvention de 200 000 F pour le réaménagement de l’hôtel d’Escoville. L’inauguration de l’hôtel d’Escoville rénové se fait le 26 mai 1994, en présence de Jean-Marie Girault sénateur et maire de Caen, Frank Cardineau, président de l’office de tourisme et de Jean Nouzille, président de l’artothèque. Cet aménagement va alors perdurer jusqu’en 2013, année où l’artothèque de Caen s’installe dans son lieu actuel, l’ancien palais ducal de l’abbaye aux Hommes.

Pour consulter le site des Archives départementales du Calvados https://archives.calvados.fr/



Citer ce billet
helenevaubert (2024, 2 février). Visite dans les archives – Archives départementales du Calvados. Les artothèques publiques et leurs collections (1982-2022) . Consulté le 22 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vquf

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.