Visite dans les archives – Archives départementales du Calvados

L’implantation de l’artothèque de Caen dans l’hôtel d’Escoville

Les documents d’archives présentés aujourd’hui sont issus d’un carton (Direction régionale des Affaires Culturelles, 3313W/295, Dossiers de subventions entre 1980 et 2010) conservé par les Archives départementales du Calvados. Ces documents rendent compte du transfert de l’artothèque de Caen dans l’hôtel d’Escoville, situé place Saint-Pierre, face au château de Caen, à partir de 1994.

Façade de l’hôtel d’Escoville, côté cour,
© ARP 2024

Créée en 1986 par la ville de Caen, l’artothèque est installée dès son ouverture au sein du théâtre municipal de Caen. Mais en raison de travaux réalisés au théâtre dès le mois de mai 1991, elle doit être déplacée. L’artothèque, qui entre alors dans une phase transitoire de trois ans, se retrouve sans lieu fixe. Son installation n’est pas possible dans la bibliothèque municipale faute de place. Une solution doit alors être trouvée. Dès 1991, un projet vise à installer l’artothèque au 18 rue du 11 Novembre, dans l’ancien cinéma Eden et à proximité de la salle de spectacle Georges Brassens, mais en raison des coûts d’investissement prévus et du coût de location trop élevé, le projet n’aboutit pas. Le déplacement de l’artothèque dans l’hôtel d’Escoville n’est confirmé qu’à partir du mois de juillet 1993.

L’artothèque, dans l’attente d’être déplacée dans ses nouveaux locaux, occupe à titre provisoire une salle d’exposition municipale située dans le centre-ville de Caen. Puis les nouveaux prêts sont interrompus du début du mois de mai 1991 au début du mois de septembre 1991, une période de fermeture totale de l’artothèque. L’artothèque n’interrompt cependant pas entièrement son activité : elle présente notamment une exposition hors les murs en association avec la fondation Schlumberger consacrée à Dominique Bailly. L’exposition, divisée en deux parties, prend place à la fois dans l’orangerie du Jardin des plantes de Caen et au château de Crèvecœur-en-Auge (Calvados). Des expositions itinérantes circulent également pendant cette période.

Archives Départementales du Calvados , Projet d’aménagement de l’artothèque: plan du rez-de-chaussée, échelle 1/50, 1er juillet 1993,
© ARP 2024

L’artothèque partage alors l’hôtel d’Escoville avec l’office de tourisme, une quinzaine d’associations et divers autres occupants. La ville met ainsi gratuitement à disposition de l’artothèque deux salles d’exposition situées au rez-de-chaussée, deux salles d’exposition situées au premier étage dont l’une est partagée avec la ville de Caen un mois par an, et deux autres salles également situées au premier étage, l’ensemble représentant une surface de 240 m².

Archives Départementales du Calvados, Projet d’aménagement de l’artothèque: plan du premier étage, échelle 1/50, 1er juillet 1993,
© ARP 2024

L’aménagement comprend alors une galerie de prêt, une galerie d’exposition, un espace consacré à la documentation et à l’information ainsi que des locaux administratifs et techniques. La rénovation et l’aménagement de l’hôtel, dont le coût total est estimé à 750 055 F HT, sont réalisés suite aux travaux de l’architecte Walter Zbinden. L’État, par le biais du Préfet de la Région Basse-Normandie, verse alors une subvention de 200 000 F pour le réaménagement de l’hôtel d’Escoville. L’inauguration de l’hôtel d’Escoville rénové se fait le 26 mai 1994, en présence de Jean-Marie Girault sénateur et maire de Caen, Frank Cardineau, président de l’office de tourisme et de Jean Nouzille, président de l’artothèque. Cet aménagement va alors perdurer jusqu’en 2013, année où l’artothèque de Caen s’installe dans son lieu actuel, l’ancien palais ducal de l’abbaye aux Hommes.

Pour consulter le site des Archives départementales du Calvados https://archives.calvados.fr/

Visite dans les archives – Cherbourg

Une galerie de prêt dans le centre culturel de Cherbourg

Quand en février 1982, Luc Vasselin, maire-adjoint délégué aux affaires culturelles de la ville de Cherbourg, rencontre Bernard Gilman, à la direction du Développement culturel du ministère de la Culture, ce n’est pas avec l’intention de créer une galerie de prêt d’œuvres d’art dans le centre culturel, mais pour faire de Cherbourg une des villes sélectionnées par l’État pour bénéficier de la convention de Développement culturel proposée par le ministère.

Archives Municipales de Cherbourg, Dossier de séance du conseil municipal du 18 octobre 1982, Lettre de Dominique Wallon, chef de la mission de Développement culturel, adressée à Jean-Pierre Godefroy, maire de Cherbourg, 5 février 1982, ©ARP 2024

À la suite de ce premier échange, Gilman propose à Vasselin l’organisation de plusieurs missions de conseil, en février et en juin 1982 à Cherbourg, afin de s’assurer de l’éligibilité de la ville. Un avis favorable est prononcé. Les affaires culturelles livrent alors un projet à la Mission de développement culturel, dans lequel la municipalité “défini[t] ses objectifs et précis[e] la nature et l’orientation des actions qu’elle enten[d] entreprendre en matière culturelle”.

Archives Municipales de Cherbourg, Dossier de séance du conseil municipal du 18 octobre 1982, Lettre de Dominique Wallon, directeur du Développement culturel, adressée à Jean-Pierre Godefroy, maire de Cherbourg, s/c commissaire de la République de la Manche, 6 octobre 1982, p.1/2, ©ARP 2024

Dominique Wallon, nommé en juin 1982 à la direction de cette mission, demande, dans une lettre adressée au maire de Cherbourg, Jean-Pierre Godefroy, “d’apporter [au projet] les modifications ou précisions suivantes”, parmi lesquelles il cite “l’ouverture d’une Galerie de Prêt”. Il lui précise que “L’État est disposé à aider la Ville de Cherbourg à mettre en place une artothèque, l’aide initiale pourra consister en la mise à disposition d’un fonds d’estampes et de photographies, l’octroi d’une subvention de démarrage, la prise en charge de la formation des personnels affectés à ce service”. Dominique Wallon conclut sa lettre par la mention “Sous réserve de ces modifications, je vous confirme que le montant global de la dotation globale de fonctionnement qui sera versée à la ville en 1982 s’élève à 570 000 F.” Cette injonction à créer une galerie de prêt pour obtenir la signature de la convention de Développement culturel souligne l’importance de sa mise en œuvre, et lui confère un rôle prépondérant dans la politique culturelle engagée, à cette date, par le ministère de la Culture.

Archives Municipales de Cherbourg, Dossier de séance du conseil municipal du 18 octobre 1982, Projet de convention de Développement culturel entre la ville [Cherbourg] et l’État, 19 octobre 1982, p. 10, copie du projet remis par la mairie à la sous-préfecture, ©ARP 2024

Cherbourg répond favorablement à la demande de Dominique Wallon en indiquant, dans la rubrique du projet consacrée aux actions en faveur de la création, envisager “dès 1982 l’ouverture d’une Galerie de prêt, outil permanent qui viendra compléter l’ensemble des actions destinées à mettre l’Art contemporain à la portée de tous.”

Le projet de convention de Développement culturel entre la ville et l’État ainsi amendé, est accepté par le ministère de la Culture qui verse 570 000 F, dont 200 000 F pour les actions en faveur de la création et une aide de 200 000 F supplémentaire, pour la création de la galerie de prêt. Il est ensuite présenté et approuvé par les membres du Conseil municipal de la ville de Cherbourg le 18 octobre 1982.

Archives Municipales de Cherbourg, 3-58 Affaires Culturelles, Centre culturel, Expositions 1983-1986, Bilan d’activité 1982-1983, adressé par Karim Kouider, directeur du service animation du centre culturel de Cherbourg, à Luc Vasselin, maire-adjoint délégué aux affaires culturelles, 27 janvier 1984, ©ARP 2024

Dès décembre 1982, la ville organise, au titre de la convention, une exposition consacrée à François Morellet, suivie par Multiples : Louvel & Py, Audouard, Guere, Joubert, Duhaze, en mai 1983, dans le cadre de l’ouverture de l’artothèque. Au même moment, celle-ci constitue un fonds d’estampes et de photographies pour l’emprunt qu’elle présente en septembre 1983 (Doisneau, Freund, Depardon, Klein… etc), afin de “faire reconnaître”, ainsi que le projet culturel de la ville le stipule, “la photographie comme Art”.

Archives internes de l’artothèque de Cherbourg, Registre des acquisitions de photographies 1983-2000, p.1, ©ARP 2024

Alors que les affaires culturelles de la ville de Cherbourg n’avaient pas envisagé de créer une galerie de prêt, celle-ci fut l’une des premières artothèques à voir le jour en France dans un centre culturel qui rappelle avec sa bibliothèque, son théâtre, son musée et sa galerie de prêt, les services des maisons de la culture inaugurées dans les années 1960 par André Malraux.

Pour connaître les projets culturels portés par la ville de Cherbourg dans les années 1970-1980 nous vous invitons à contacter les archives municipales de la ville https://www.cherbourg.fr/infos-services/culture-et-loisirs/les-archives-municipales/presentation-2634.html

Vous retrouverez l’actualité de l’artothèque à cette adresse https://www.cherbourg.fr/infos-services/culture-et-loisirs/centre-d-art-artotheque-et-lieux-d-exposition/artotheque-323.html

Visite dans les archives – Arles

L’artothèque d’Arles et les artistes locaux

Entrée de la médiathèque d’Arles ©ARP 2023

Si la ville d’Arles est connue pour ses Rencontres de la photographie, elle l’est moins pour son artothèque. Pourtant, une galerie de prêt d’œuvres a bel et bien pris place au sein de la médiathèque de la ville, dans le centre historique. C’est dans les anciens bâtiments de l’Hôtel Dieu que la médiathèque et l’artothèque, sont inaugurées en 1989. Aujourd’hui, cela fait une dizaine d’années que l’ancienne galerie de prêt est en sommeil. M. Venture, conservateur en chef de la médiathèque, nous a ouvert les portes des réserves de son établissement. Nous avons ainsi pu accéder à aux archives de l’artothèque, qui côtoient des œuvres signées par Erró, Jean-Pierre Pincemin, Nancy Wilson et tant d’autres.

Œuvres de l’artothèque d’Arles ©ARP 2023

Lors de son ouverture au public en février 1989, la galerie de prêt d’œuvres dispose d’une collection de 150 œuvres (lettre d’Hélène Cavalier à Antoine Lemaire, 30 novembre 1994, carton « Lemoine Arto », dossier « Divers courriers renseignements coopération »). En 1994, elle en compte 319 (lettre d’Hélène Cavalier à Antoine Lemaire, ibid.). Toutefois, le rythme des acquisitions ralentit au cours des années puisque l’artothèque rassemble 350 œuvres en 1998 (lettre d’Antoine Lemaire, 12 février 1998, carton « Lemoine Arto », dossier « Divers courriers renseignements coopération »).

Médiathèque d’ArlesArchives de l’artothèque d’Arles – Carton Lemoine Arto 2 – Fonds local – S. D. ©ARP 2023

Ces œuvres sont, pour la plupart, réalisées par des artistes que l’on retrouve fréquemment dans les autres artothèques françaises, comme Robert Combas, Valerio Adami, Pierre Alechinsky, mais on découvre également des peintres ou des photographes résidant dans la région d’Arles. Dix-neuf artistes sont ainsi réuni·es dans le « fonds local » de l’artothèque (document « Fonds local », sans date, carton « Lemoine Arto 2 »). Il s’agit notamment de Mark Alsterlind, de Mehdi Moutashar, de Lucien Clergue, d’Agnès Sabino ou encore de Christian Gattinoni. La dénomination « locale » de ce fonds renvoie ainsi au lieu de résidence et/ou de travail de ces peintres et photographes plutôt qu’à leur réputation qui, pour certains, dépasse la région arlésienne. Cette volonté de mettre en avant des acteur·rices locaux de la création artistique est de nouveau affichée lors de l’exposition « Provence Prestige » organisée par l’artothèque en 1995 (carton « Lemoine Arto », dossier « Provence prestige », 1995). Du 4 au 27 novembre, 23 œuvres d’artistes issu·es ou résident·es du Pays d’Arles sont accrochées dans les locaux de la médiathèque. Ces estampes, peintures et photographies font partie de la collection de l’artothèque et peuvent donc, une fois l’exposition clôturée, être empruntées. Parmi les exposant·es, notons les noms de Barbara Winko, de Christian Gattinoni, de Martine Bergoin, d’Ange Manganelli, de Lucien Clergue, de Jean-Jacques Ceccarelli, etc., c’est-à-dire des artistes reconnu·es internationalement et d’autres jouissant d’une moins grande notoriété.

Médiathèque d’ArlesArchives de l’artothèque d’Arles – Carton Arto – Étiquette volante – S. D. ©ARP 2023

Si cette exposition met en lumière une partie de la collection de l’artothèque, elle met également en évidence le rôle que souhaiterait jouer une telle structure dans le développement de la création artistique sur le territoire français et dans sa visibilité. Cette visite dans les archives nous a permis de mieux comprendre comment une artothèque tente de constituer une collection d’œuvres qui mêle à la fois des artistes jouissant d’une renommée nationale voire internationale et des artistes au rayonnement essentiellement régional.

Visite dans les archives – Vitré

1983 – Les premières acquisitions d’œuvres de l’artothèque de Vitré

Quelles étaient les premières œuvres proposées au prêt à Vitré ? La consultation des archives conservées par l’artothèque permet aujourd’hui de le savoir.

Archives internes de l’artothèque de Vitré, Achats d’estampes nationales et régionales – année 1983 – Dossier consacré aux acquisitions d’œuvres 1983-1987 ©ARP 2023

En effet, la liste des premières acquisitions réalisées en 1983 y a été retrouvée parmi un ensemble de listes d’achats effectués par la ville jusqu’en 1987. Celle-ci est composée de deux feuillets. Le premier répertorie les achats d’estampes qualifiées de nationales et régionales, le second les achats de photographies.

Archives internes de l’artothèque de Vitré, Achats des photographies – année 1983 – Dossier consacré aux acquisitions d’œuvres 1983-1987 ©ARP 2023

En cette seule année 1983, la ville de Vitré acquiert, pour un montant de 161 150 fr. – correspondant à l’enveloppe confiée par le ministère de la Culture, hors encadrement, aux collectivités -, 193 oeuvres, dont 138 estampes et 55 photographies, réalisées par 71 artistes, qui constituent le fonds initial de l’artothèque. Celui-ci a été acheté, soit auprès de galeries parisiennes A.B.C.D, Maeght, La Hune, Jean Briance et Denise René, soit auprès d’artistes, notamment Cueco. Il se compose, pour plus de la moitié, d’estampes réalisées par des artistes nationaux, dont les noms figurent sur la liste fournie par le CNAP en 1982, comme Adami, Monory, Dorny, Aillaud, Soto, Cremonini, et d’un tiers de photographies produites pour moitié également par des artistes priorisés par l’État comme Brihat, Claude Batho, Clergue et Sieff. Cet ensemble compte par exemple la lithographie Crocodile réalisée par Aillaud avec l’atelier Franck Bordas en 1983 et l’album OPUS 50, édité par Georges Fall pour Opus International en 1974, composé de 22 estampes tirées à 150 exemplaires, dont celles d’Aillaud, Arroyo, Kowalski, Rancillac, Monony, Klasen, Schlosser, Erro, Equipo Cronica, acquis par l’artothèque chez A.B.C.D. Plusieurs photographies, Tulipe Noire et Oignon de Brihat, Le Rêve de Claude Batho, Tokyo de Klein et une photographie de la série La Vallée de la mort, réalisée par Sieff en 1977, font également partie de cette sélection.

Ces premiers achats confirment le souhait de la ville de suivre fidèlement les conditions d’attribution de la subvention de développement culturel accordée par le ministère de la Culture, en acquérant notamment un fonds pour l’artothèque où le nombre d’estampes supplante celui des photographies, et dans laquelle les artistes sélectionnés par le CNAP figurent en bonne place. Ce fonds initial tel qu’il a été constitué, souligne, avec évidence, l’inscription de l’artothèque de Vitré dans le cadre suivi par les artothèques créées au début des années 1980. Mais, il montre également la capacité que l’établissement a eu de se réinventer au fil des années. Car, aujourd’hui, ce qui fait la spécificité, voire, la notoriété de l’artothèque de Vitré, n’est pas cette partie de la collection, mais bien les photographies qui y sont réunies et qu’Isabelle Tessier, responsable de l’artothèque, a présentées, à l’été 2023, dans l’exposition La Collection (1983-2023). Les 40 ans de l’artothèque de Vitré Communauté, qui rappelle l’originalité et la grande qualité des acquisitions opérées, par l’artothèque depuis 1989, au moment où l’orientation de la collection s’est faite en faveur de la photographie.

La Collection (1983-2023) Les 40 ans de l’artothèque de Vitré Communauté, exposition réalisée par l’artothèque Le Quai des arts, 17 juin 2023-15 octobre 2023, commissariat Isabelle Tessier ©ARP 2023

Pour plus d’informations sur l’exposition La Collection (1983-2023) Les 40 ans de l’artothèque de Vitré Communauté voir https://www.lesartotheques.com/agenda/40-ans-de-la-collection/ et https://www.bretagne-vitre.com/agenda/lexposition-la-collection-1983-2023-par-lartotheque-le-quai-des-arts/

Rendez-vous sur la page Le Quai des arts pour en savoir plus sur l’artothèque de Vitré communauté https://www.vitrecommunaute.org/lartotheque-de-vitre/

Visite dans les archives – Annecy

L’équipe ARP s’est rendue à Annecy pour y découvrir l’artothèque dirigée par Marie Pontoire, qui nous a chaleureusement accueillis. Située au sein de la médiathèque Bonlieu, sa collection d’œuvres s’étend sur les trois étages de l’établissement. L’espace au rez-de-chaussée est dédié aux nombreuses estampes de la collection, l’espace d’exposition est, quant à lui, situé au premier étage, à côté duquel se trouve la collection de photographies. Au deuxième étage “la petite galerie”, dédiée à un public jeune, propose plus d’un millier d’œuvres.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est FullSizeRender-scaled.jpg.
Espace Artothèque de la bibliothèque d’agglomération Bonlieu – Annecy ©ARP 2023

Ouverte en 1984 sous l’impulsion du ministère de la Culture, l’artothèque conserve précieusement toutes ses archives que nous avons eu la chance de consulter, notamment la documentation relative à sa création. Parmi cette documentation figure un dossier sur la constitution du fonds de photographies. Particulièrement conséquent, il comprend notamment des recommandations – des listes d’artistes pour la photographie (Gisèle Freund, Jean-Loup Sieff, Gilles Hermann…) , ainsi que divers renseignements sur quelques galeries parisiennes (Galerie Baudouin Lebon, Creatis, Studio 666…) – faites par le CNAP (Centre national des arts plastiques) et le ministère de Culture. Dans cet ensemble, nous avons découvert une copie d’une lettre écrite par Jean Lacambre, conservateur et responsable du service de documentation du Musée national d’art moderne, datée du 23 octobre 1983, avec une liste de noms d’artistes photographiés par Félix Rozen. Dans cette lettre, Jean Lacambre accorde toute son attention au travail de ce peintre et sculpteur, qui a contribué à la création, pour le Musée national d’art moderne, « d’un fonds de plusieurs dizaines de photographies d’artistes allant bien au-delà des simples reportages », afin de le faire connaître.

Archives Internes de l’artothèque de la bibliothèque d’agglomération Bonlieu – Annecy, Registre d’inventaire Convention-Dépots, Lettre de Jean Lacambre, conservateur et responsable du service de documentation du Musée national d’art moderne, écrite le 23 octobre 1983 ©ARP 2023

Malgré la présence de cette lettre, aucune œuvre de Rozen n’est aujourd’hui conservée dans la collection de l’artothèque d’Annecy, alors même que les portraits d’artistes qu’elle mentionne représentent ceux sélectionnés par le CNAP. Actuellement, ces portraits sont conservés dans le fonds Félix Rozen accessible à la bibliothèque Kandinsky qui contient des supports photographiques collectés ou produits par Félix Rozen (diapositifs, négatifs noir et blanc et couleur, planches- contact, tirages de travail et d’exposition). Il s’agit principalement de reproductions d’œuvres, de photographies personnelles et de voyage, ainsi que les portraits d’artistes Appel, Christo, Messagier, Raynaud, Lam, Soulages etc., en couleurs et en noir et blanc achetés, en 1982, par le Musée national d’art moderne, proposés par Jean Lacambre.

Placée sans doute par le CNAP dans la documentation fournie aux artothèques, cette lettre trouvée dans les archives de l’artothèque d’Annecy, témoigne de l’ambition du ministère de la Culture de créer une documentation sur les artistes. Elle nous invite à chercher si elle a été suivie d’effets dans certaines artothèques.

Pour en savoir plus sur l’artothèque de la bibliothèque d’agglomération Bonlieu – Annecy https://bibliotheques.annecy.fr/infos-pratiques/actualites-infos-reseau/635-lartotheque-de-la-bibliotheque-bonlieu

Le Fonds Félix Rozen est décrit sur le site de la bibliothèque Kandinsky et est consultable sur place https://bibliothequekandinsky.centrepompidou.fr/opac?id=4bf5074a-f943-4ee6-a92b-0ef170605fa0

Takesada Matsutani à l’Institut national d’histoire de l’art

L’équipe ARP se saisit de l’occasion que lui donne l’exposition d’une sélection de quatre estampes de Takesada Matsutani (né en 1937) à l’Institut national d’histoire de l’art, pour signaler la présence d’une œuvre de cet artiste dans les collections de l’artothèque de Caen et de l’artothèque de L’Aisne.

Celles-ci ont acquis, respectivement, en 2019 et en 2023, auprès de Fecit Pinxit – L’Institut des métiers de l’estampe originale – , le portfolio Faire bonne impression, dans lequel se trouve l’œuvre Circle Yellow que Takesada Matsutani a réalisée en taille douce avec Les ateliers Moret. C’est ainsi, par l’acquisition de ce portfolio, tiré à 30 exemplaires, composé de dix estampes réalisées dans dix ateliers par dix artistes, imprimé en 2019 à l’occasion de la manifestation Le Siècle Soulages organisée par la ville de Rodez et Rodez Agglomération, que ces deux artothèques ont fait entrer cet artiste japonais, résidant en France, dans leurs collections.

Archives Internes de l’Artothèque de Caen-Espaces d’art contemporain, Registre d’inventaire 2018-, vol.3, page sur laquelle figure l’achat du portfolio Faire bonne impression. Portfolio de 10 estampes, 13/30, acquisition 2019 auprès de Fexit-Pincit ©ARP 2023

L’exposition réalisée à l’occasion de la donation par Takesada Matsutani d’une partie importante de son oeuvre gravé est à voir à l’INHA au 2-4 rue Vivienne, 75002 Paris. Pour plus d’informations sur la donation : https://www.inha.fr/fr/actualites/actualites-de-l-inha/en-2020/donation-de-takesada-matsutani-a-l-institut-national-d-histoire-de-l-art.html

Pour plus de détails sur le portfolio Faire bonne impression https://www.fecit-pinxit.fr/estampes/les-ateliers-moret-avec-takesada-matsutani-didier-manonvillier-matthieu-perramantthomas-fouque/

Visite dans les archives – Caen

Les Archives de la ville de Caen et de Caen la mer – Dossiers déposés par la Direction de la culture de la ville de Caen – La création de l’artothèque de Caen

Les documents d’archives présentés aujourd’hui ont été retrouvés dans trois cartons ( Direction de la culture 33W2 (1) Artothèque, Boite 203 et Boite 204) conservés par les archives de la ville de Caen et de Caen la mer. Ils contiennent un ensemble de pièces hétérogènes déposées par la Direction de la culture de la ville de Caen, dont quelques-unes datées de 1985 et 1986 qui rendent compte des circonstances à l’origine de la création de l’artothèque de Caen.

AM de la ville de Caen et Caen la mer, Direction de la culture 33W2(1) Artothèque – Projet d’ouverture d’une artothèque à Caen dans le cadre de la convention Arts Plastiques – Compte rendu de la réunion du 5 mars 1985 – ©ARP 2023

Le premier document sélectionné est un compte-rendu d’une réunion organisée, le 5 mars 1985, entre Chantal Rivière, maire adjoint chargé des Affaires culturelles, Vincent Valère, conseiller artistique du ministère de la Culture, François-Xavier Hauville, directeur du Service municipal des Affaires culturelles et son adjoint, Philippe Houssin, Alain Tapié, Conservateur au musée des Beaux-Arts, Mademoiselle Coves, administrateur au Théâtre municipal et Alain Chevalier, graphiste au Théâtre, afin de “préparer la création d’une Artothèque implantée à Caen et dont la réalisation s’inscrit dans le cadre de la convention Arts Plastiques entre la ville de Caen et le Ministère de la Culture”. Ce document présente les personnalités à l’origine du projet réunies pour discuter de “la nature et la finalité, [du] mode de fonctionnement et [du] choix du lieu d’implantation” de la future artothèque, et pour fixer les éléments nécessaires à la signature de la convention de développement culturel avec le ministère de la Culture afin que la ville de Caen obtienne les crédits du département de la décentralisation artistique affectés aux artothèques.

AM de la ville de Caen et Caen la mer, Direction de la culture 33W2(1) Artothèque – Lettre de Chantal Rivière adressée à Patrice Cotensin, le 25 novembre 1985 – ©ARP 2023

À la suite de cette rencontre, les discussions préliminaires se poursuivent avec Patrice Cotensin que Chantal Rivière associe au projet et auquel elle confie, ainsi qu’en témoigne une lettre qu’elle lui adresse le 25 novembre 1985, “une mission d’étude” afin d’officialiser sa participation. Dans cette lettre, elle lui signifie ses attentes et sa connaissance du dossier en lui exposant les grandes lignes à faire figurer dans son “esquisse” comme la prise en compte d’une politique d’exposition de la création vivante et d’une politique d’acquisition d’oeuvres pour que l’artothèque soit “le Centre d’une vie culturelle régionale au niveau des Arts plastiques”.

Le 2 janvier 1986, Patrice Cotensin lui remet son étude. Sur quatre pages, il développe un projet, introduit par un préambule, dans lequel il exprime le souhait de “concevoir [à l’artothèque] une politique des arts plastiques […], en étroite entente avec ce qui se fera au Musée des Beaux-Arts” et dans les institutions culturelles de Caen. Il établit ensuite des catégories : objet et objectifs, lieux, personnel, comité d’achat, modalités du prêt, statut, budget – dans lesquelles il fait part de ses idées et des éléments nécessaires à la création de l’artothèque.

AM de la ville de Caen et Caen la mer, Direction de la culture Boîte 203 – Lettre de Patrice Cotensin adressée à Chantal Rivière, le 2 janvier 1986 – ©ARP 2023

Il préconise notamment de l’implanter dans le Théâtre municipal, de “constituer une collection vivante d’oeuvres contemporaines de qualité (essentiellement de multiples – estampes, photos-)”, et de “susciter chez les artistes contemporains habitant la région le désir de travailler le multiple”. Il décrit ensuite les missions à entreprendre, recommande le recrutement de plusieurs personnes sans néanmoins se positionner, ni en tant que futur directeur, ni vis-à-vis de la composition du comité d’acquisition, du statut “juridico-administratif” ou du budget à allouer à l’artothèque. Cette “esquisse”, proposée par Patrice Cotensin, avec les suggestions de Chantal Rivière, fixe ainsi, dès janvier 1986, le projet de création de l’artothèque de Caen tel qu’il est validé le 13 mai 1986 par le ministère de la Culture.

AM de la ville de Caen et Caen la mer, Direction de la culture Boîte 204 – Facture adressée par la direction des Journaux Officiels, à Mme Rivière C, Artothèque de Caen, 05/03/1987 au motif des frai forfaitaire pour la création d’une association déclarée le 27 janvier 1987 – ©ARP 2023

Immédiatement, la ville confie à Patrice Cotensin, secondé par Claire Tangy et Sylvain Briet, la direction de l’artothèque qui ouvre au public en septembre 1986 dans le Théâtre municipal. Toutefois, ce n’est que le 27 janvier 1987 que l’artothèque acquiert officiellement son statut, à la suite de la déclaration, effectuée en préfecture par Chantal Rivière, en sa qualité de trésorière, de la création de l’Association de l’artothèque de Caen qui en assure la gestion et en fixe les missions à savoir : “prêter […], aux particuliers et aux collectivités, des estampes et photographies contemporaines appartenant notamment à la ville de Caen; organiser des expositions d’art contemporain et favoriser la création artistique”.

AM de la ville de Caen et Caen la mer, Direction de la culture Boîte 203 – Première des quatre pages du Bilan d’activités rédigé par Patrice Cotensin et envoyé à la ville de Caen, le 16 juin 1987 – ©ARP 2023

Le 16 juin 1987, Patrice Cotensin remet son premier bilan d’activités à la ville de Caen. Les actions réalisées montrent qu’après seulement huit mois d’existence, l’artothèque s’inscrit déjà parmi les institutions culturelles des arts-plastiques de la ville. Elle répond en effet à l’ensemble du “cahier des charges” qui lui a été fixé, avec à la fois une politique d’acquisition d’oeuvres multiples, effectuée auprès de nombreux interlocuteurs nationaux – l’Atelier Alma à Lyon, Prisunic, la galerie Biren etc. – une programmation culturelle variée qui compte plusieurs expositions comme celles consacrées à Olivier Debré, Henri Cartier-Bresson et à L’atelier URDLA, et enfin, des actions de soutien à la création par l’édition d’estampes. Pour cette première saison, elles ont été produites avec quatre artistes, Robert Maggiani, Jean-Gérard Gwezenneg, Philippe Ségéral, Nicolas Alquin, et contribuent à enrichir, comme Patrice Cotensin l’écrit à la ville, ” la collection de l’artothèque”.

Pour consulter les archives de la ville de Caen et de Caen la mer se rendre sur le site http://Archives de la Ville de Caen et de Caen la mer _ Caen.fr

Visite dans les archives – Brest

Les Archives municipales de Brest – Itinérance d’une artothèque

Archives municipales de Brest ©ARP 2023

Dans le cadre de ses recherches sur les artothèques bretonnes, l’équipe ARP s’est rendue aux Archives municipales de Brest. En effet, dès 1982, la cité du Ponant souscrit au projet du Ministère de la Culture de créer sur son territoire une artothèque. L’année suivante, la nouvelle galerie de prêt d’œuvres d’art dresse un premier bilan des achats qu’elle a effectué grâce à la subvention de 200 000 francs allouée par l’État. Le dossier « Assurance des expositions (1970-1988) » (cote 360W17) conservé par les Archives municipales contient la liste des œuvres acquises durant l’année 1983. Il y en a 194, réalisées par 98 artistes.

Ces œuvres ne sont pas prêtées à des particuliers mais aux collectivités et notamment aux établissements scolaires. En effet, l’artothèque de Brest ne dispose pas encore d’un local lui permettant d’accueillir un public qui viendrait, individuellement, lui emprunter ses œuvres. Ce n’est que le 28 novembre 1985 que l’artothèque est officiellement inaugurée à la bibliothèque municipale de Brest, au sein du « carré des arts », qui regroupe le conservatoire de musique, l’école et le musée des beaux-arts. L’espace, d’une superficie de 100 m2, doit lui permettre de présenter les œuvres du fonds mais aussi des expositions temporaires. La galerie de prêt d’œuvres de Brest répond alors, en partie, aux attentes du Ministère de la Culture qui préconise des locaux d’une superficie de « 200 m2 minimum qui permette l’accrochage permanent du plus grand nombre possible d’estampes ou de photographies » ainsi qu’un « lieu d’exposition temporaire » (Ministère de la Culture, Direction du Livre et de la Lecture, « Les Artothèques dans les bibliothèques », mars 1984, cote 437W1, AM Brest).

AM de Brest, 360W17 – Assurance des expositions: Artothèque – 1984 – Liste des estampes et photographies d’art de la Galerie de prêt achetées en 1983 ©ARP 2023

Au cours de l’automne 1988, la mairie décide de transférer l’artothèque dans les locaux de la discothèque située quelques rues plus loin. Les dossiers 445W24 et 437W1 conservent des pétitions de même que de nombreuses lettres de protestations d’employé·es municipaux et d’administré·es brestois·es à l’attention de la mairie. L’artiste Yves Picquet écrit ainsi que « l’initiation à l’art contemporain », « l’organisation d’expositions » et « la mise en valeur du fonds de l’artothèque », qui sont les piliers de l’artothèque, sont remis en question par son déménagement au sein de la discothèque (Yves Piquet, « Lettre au Maire de Brest », 22 septembre 1988, cote 437W1, AM Brest).

Malgré ces démarches, la galerie de prêt partage pendant quelques années les locaux de la discothèque avant d’intégrer la médiathèque Saint-Marc dans le courant des années 1990. Puis, en 2000, elle revient dans le « carré des arts » mais cette fois-ci en s’installant au sein du musée.

AM de Brest, 437W1 – Association des Bibliothèques de France, Agence de coopération, Association ENKI, Artothèque : correspondance – 1994 – Galerie d’œuvre d’art 1989 – Plan de la future artothèque de Brest à la bibliothèque Saint-Marc ©ARP 2023

Les documents conservés par les Archives municipales de Brest permettent de mieux saisir l’histoire de l’artothèque de la ville, notamment en ce qui concerne sa création, la constitution de sa collection mais aussi ses multiples déménagements. Concernant ces derniers, la consultation des archives laisse entrevoir la façon dont la municipalité a géré le développement de la galerie de prêt d’œuvres au sein des bibliothèques de la ville. Enfin, les lettres de protestations ainsi que les différentes pétitions qui font suite au déplacement de l’artothèque dans la discothèque illustrent bien l’importance que revêt la structure artistique auprès de certain·nes administré·es de la cité du Ponant.

Les Archives municipales de Brest recèlent de nombreuses autres informations sur la galerie de prêt d’œuvres d’art, pour les consulter le lecteur peut se rendre à cette adresse : https://archives.brest.fr/

Visite dans les archives – Rennes

Les Archives de la critique d’art de Rennes – L’artothèque sur les rails

Les recherches de l’équipe ARP concernant les artothèques de Bretagne nous ont conduits aux Archives de la critique d’art de Rennes. Créée en 1989, cette structure conserve des fonds d’archives de critiques, de théoricien·nes, d’historien·nes de l’art, d’artistes, de collectionneur·euses, de galeries, de centres d’art, de manifestations culturelles et d’institutions. Et parmi ces dernières, la DRAC (Direction Régionale des Affaires Culturelles) Bretagne. Les DRAC sont placées sous l’autorité des préfet·es de région et sont chargées de mettre en œuvre, au niveau régional, la politique culturelle définie par le gouvernement. En liaison avec la Délégation aux arts plastiques, les DRAC interviennent dans le domaine de l’art contemporain et font partie des acteurs majeurs de la création des artothèques.

Le fonds d’archives de la DRAC Bretagne contient de nombreuses informations sur la création des artothèques et sur leurs premiers mois d’existence. On apprend ainsi qu’en 1982, trois villes bretonnes souhaitent ouvrir des galeries de prêt d’œuvres d’art. L’année suivante, l’artothèque de Vitré débute ses activités ; puis en 1984, c’est au tour de celle de Saint-Brieuc. Quant à Brest, c’est en 1985 qu’elle accueille son public.

            C’est également en 1985 que le Ministère de la Culture lance la première édition de la « Ruée vers l’art », dans le cadre du « Mois des musées et des arts plastiques ». Plus de quatre cents manifestations artistiques sont alors prévues partout en France en novembre. En Bretagne, la DRAC organise – avec le concours de la SNCF Bretagne et les artothèques de Brest, de Saint-Brieuc et de Vitré – l’« Artothèque sur les rails ». Du 7 au 29 novembre, un « wagon-exposition » réalise quotidiennement les trajets Rennes-Brest et Rennes-Quimper afin de présenter une sélection d’œuvres acquises et conservées par les galeries de prêts bretonnes. Le double objectif de cet évènement est de faire connaître les artothèques et de familiariser le public avec l’estampe.

Archives de la Critique d’art, Rennes, FR ACA DRAC K0391 34003 – Dossier France. Bretagne. La Ruée vers l’art – 1985 – Communiqué de presse. Artothèque sur les rails. Brest – Saint-Brieuc – Vitré ©ARP 2023

Dix-neuf artistes français·es et étranger·es sont ainsi exposé·es. Leurs préoccupations les rapprochent des tendances figuratives des années 1960, 1970 et du début des années 1980 comme la nouvelle figuration, la figuration narrative ou encore la figuration libre. Les organisateur·ices de cette exposition itinérante souhaitent en effet, selon le « Communiqué de presse »retrouvé par l’équipe ARP, « montrer quelques aspects de la figuration contemporaine dans ses rapports au récit, à la narration, à la fiction ». Quinze de ces artistes sont inscrits sur la « Liste des estampes » fournie par le CNAP (Centre National des Arts Plastiques) aux artothèques lors de leur création et qui leur fournit une première sélection pour l’acquisition de leurs œuvres. Aussi, l’« Artothèque sur les rails » expose des estampes d’Eduardo Arroyo, de Valerio Adami, d’Henri Cueco, de Gérard Fromanger, de Peter Klasen, de Jacques Monory, de Bernard Rancillac, d’Hervé Télémaque, de Wolfgang Gäfgen, de Joël Kermarrec, d’Antonio Recalcati, de Gérard Schlosser, de Leonardo Cremonini, de Roberto Matta et de Gérard Titus-Carmel. Les autres artistes présenté·es sont Jean-Charles Blais, Hervé Di Rosa, Jean Le Gac et [Jill ?] Culiner.

            Si l’équipe n’a pas encore eu la possibilité d’en savoir plus sur cet évènement (déroulé, réception, etc.), ces documents de la DRAC Bretagne conservés aux Archives de la critique d’art de Rennes nous ont tout de même permis d’en apprendre davantage sur les politiques de démocratisation et de décentralisation de l’art menées par le Ministère de la Culture (Mois des musées et des arts plastiques, « Ruée vers l’art », etc.) et sur le rôle qu’ont pu y jouer les artothèques.

Pour en savoir plus sur les documents conservés par les Archives de la critique d’art, le lecteur peut consulter son catalogue en ligne à cette adresse: https://www.archivesdelacritiquedart.org/

L’ Atelier d’Éric Seydoux

Une exposition événement à voir à la Bibliothèque nationale de France, site François Mitterrand, Galerie des donateurs (21 novembre 2023 au 21 janvier 2024)

Actuellement, se tient à la Bibliothèque nationale de France, sur le site François Mitterand, l’exposition L’Atelier Éric Seydoux. Celle-ci était attendue par les membres de l’équipe ARP, car elle présente le parcours, les engagements, et l’activité de l’imprimeur et éditeur en sérigraphie Éric Seydoux (1946-2013) dont les estampes, les affiches et parfois les livres font partie des collections de nombreuses artothèques publiques françaises.

Parmi les soixante oeuvres exposées dans la galerie des donateurs de la BnF certaines font écho à celles présentes à Caen, qui a reçu en don une sérigraphie d’Al Martin par l’atelier Éric Seydoux en 1997 et conserve douze oeuvres, de Pierre Buraglio, Philippe Compagnon, Frédérique Lucien, Didier Mencoboni, Paul Cox et Jean Zuber, éditées par l’atelier. Au-delà de cet exemple, l’exposition a permis aux membres de l’équipe de constater la diversité du réseau d’artistes – Guy de Rougemont, Buraglio, Hélène Delprat, Claude Viallat, Pierre Soulages, Françoise Pétrovitch – avec lesquels Éric Seydoux a collaborés, et ainsi de connaître une part de l’écosystème soutenu par les acquisitions des artothèques au cours des quarante années d’existence de ce lieu unique de l’impression et de l’édition d’art en France.

Pour en savoir plus sur l’exposition L’Atelier Éric Seydoux dont le commissariat a été réalisé par Céline Chicha-Castex et Cécile Pocheau-Lesteven, département des Estampes et de la photographie, BnF, suivre le lien https://www.bnf.fr/fr/agenda/latelier-eric-seydoux

Carnet de recherche de l’équipe ARP (Artothèque, Recherche, Patrimoine) Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne-UR 4100 HiCSA ANR-22-C27-0007

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search