Visite dans les archives — Montpellier

Le transfert des œuvres de l’artothèque de Montpellier au Musée Fabre

Tiroirs conservant les œuvres de l’artothèque au cabinet d’Arts graphiques du Musée Fabre ©ARP 2024

En février 2013, le Musée Fabre organise une exposition de certaines de ses œuvres conservées dans son cabinet des Arts graphiques. Le dossier de presse publié à cette occasion annonce que « le fonds d’estampes, riche de 1000 gravures, s’est vu augmenté en 1996 d’environ 300 pièces contemporaines issues de l’ancienne artothèque qui composent un panorama intéressant de la deuxième moitié du XXème siècle (Asse, Cueco, Alechinsky…) » [Montpellier Agglomération, « dossier de presse, “l’atelier de l’œuvre” », février 2013,p. 11]. Afin d’en apprendre davantage sur cette artothèque et sur le transfert de sa collection au cabinet des Arts graphiques, l’équipe ARP s’est rendu aux archives municipales de Montpellier et au Musée Fabre.

Tiroirs conservant les œuvres de l’artothèque au cabinet d’Arts graphiques du Musée Fabre ©ARP 2024

L’histoire de l’artothèque de Montpellier est relativement singulière. Elle fait partie des galeries de prêts « historiques », c’est-à-dire fondées avec le soutien du ministère de la Culture. Si le vote du conseil municipal procédant à la création de l’artothèque stipule que le Musée Fabre doit « en assurer le contrôle », il semble que dans les faits elle a disposé d’une certaine autonomie [Délibération du conseil municipal de Montpellier, 23 septembre 1982, cote 1D180, AM Montpellier]. L’artothèque rassemble en son sein la galerie municipale d’art contemporain ainsi qu’une salle d’exposition, une collection de livres d’artistes et un cabinet de dessin (appelé aussi galerie d’art graphique). En 1986, la galerie de prêt ouvre une antenne au sein de l’hôpital Lapeyronnie. Ces services sont placés tout au long de leur existence (1983-1996) sous la direction de Jeanne Struyve qui est seule responsable des achats des œuvres [à ce propos, voir Béatrice Auvray, Quarante-six artothèques publiques en France, mémoire de maîtrise, dir. Jean-Marc Poinsot, Université de Haute-Bretagne, Rennes 2, 1994, n. p.].

Archives municipales de Montpellier, Direction des affaires culturelles, 569W143, Établissement socio-culturels de la Ville de Montpellier dépendant de la Direction des Affaires Culturelles, aménagement et avant-projets de l’artothèque (1980-1992) ©ARP 2024

Grâce à un budget d’acquisition conséquent (il est en moyenne de 128 555 francs par an durant la période 1983-1991) [voir « Bilan d’activité 1990 » et « Bilan d’activité 1991 », cote 548W18, AM Montpellier], l’artothèque est riche en 1995 d’une collection de plus de 2000 œuvres [« Registre d’inventaire (de 1980 à 1992) », cote 607W4, AM Montpellier]. Celles-ci représentent le travail de plusieurs centaines d’artistes qui sont « mondialement reconnus pour leur contribution à l’histoire de l’art : Delaunay, Calder, Bram Van Velde, Tàpies, Chillida, Morellet… [mais aussi] des artistes régionaux avec un travail graphique reconnu : De Charmoy, Gramatzki, Gunsett, Jaulmes, Dezeuze, Bioulès, Di Rosa, Combas, Hugo, Montbron » [« Bilan d’activité 1990 », cote 548W18, AM Montpellier].

Archives municipales de Montpellier, Artothèque gestion, 607W4, registre d’inventaire (de 1980 à 1992) ©ARP 2024

En 1996, l’artothèque, ainsi que l’ensemble des services de la galerie d’art contemporain de Montpellier, ferment. Une partie de la collection est alors versée au Musée Fabre. Afin d’en apprendre plus sur ce transfert, nous avons rencontré Mme Marina Bousvarou, chargée de campagnes de restauration et du cabinet des Arts graphiques au Musée Fabre. Elle a supervisé le recollement et le reconditionnement des œuvres issues de l’artothèque.  Si elle n’a pu nous renseigner sur les conditions de ce transfert, elle nous a fourni un inventaire détaillé des dessins, estampes et photographies conservés actuellement au cabinet des Arts graphiques. Alors que l’artothèque disposait de plus de 2000 œuvres lors de sa fermeture, l’inventaire du cabinet n’en recense que 413. Si les archives municipales détiennent des dossiers concernant le fonctionnement de l’artothèque au cours des années 1983-1995, rien ne mentionne sa fermeture et la dispersion de sa collection. De même, aucun document justifiant le choix des œuvres qui sont désormais au musée n’a été retrouvé. L’équipe ARP poursuit donc ses recherches !

Pour en savoir plus, l’inventaire des archives municipales de Montpellier est disponible ici. Quant au cabinet d’Arts graphiques du Musée Fabre, une partie de sa collection est présentée ici.



Citer ce billet
gwennriou (2024, 2 avril). Visite dans les archives — Montpellier. Les artothèques publiques et leurs collections (1982-2022) . Consulté le 22 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/w5ge

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.